Page images
PDF
EPUB

recourir à fon aide; mais, felon l'intention de l'Eglife, & fans paffer les bornes qu'elle a pofées elle-même; autrement ces abus, ainfi que ceux qui oferoient les propofer, feront également réprouvés par la fainte Vierge elle-même. Notre dévotion envers la la fainte Vierge, dit un Auteur refpectable, doit nous conduire à l'honorer, mais non pas à la flatter (1). C'est un des points les plus importans pour quiconque aime la Religion, de découvrir les abus anciens ou nouveaux qui fe gliffent dans le culte des Saints, d'en avertir les Pafteurs auffi bien que le peuple, afin d'écarter tout ce qui eft contraire à la pureté de notre foi, & de mettre des barrières à la fuperftition. Le grand S. Charles Boro

(1) Domina noftra beatiffima Virginis Maria obfequia venerationem poftulant, non adulationem. Petrus abbas Cellenfis. lib. 9. Epit, 10.

mée, qui a tant travaillé pour faire exécuter la difcipline du Concile de Trente, & pour purger fon diocèfe de ces pratiques abufives, qu'y avoit fait naître l'ignorance, écrivoit ainsi dans fon quatrième Concile Provin cial: («Autanton doit s'appliquer à éta» blir tout ce qui peut augmenter la Religion, ou lui donner un nouveau » lustre, autant on doit apporter de soin

"

20

» & d'attention pour déraciner la fuperftition des cœurs où elle s'eft établie (1). Que dans le culte de la fainte Vierge, fi fagement établi, fi recommandé dans l'Eglife, il se soit introduit des opinions fauffes, des praticondamnables, c'eft ce dont ne M. Godeau, Evêque de

pas

در

[ocr errors]

ques doutoit

(1) Quantum in Religione ftabilienda, atq. augenda laboris ponendum eft, tantum in fuperftitione ex hominum mentibus evellenda cura, & diligentia eft impendendum.

!

Vence, qui s'exprime ainfi dans l'élo-
ge
du même S. Charles Boromée :
(La dévotion envers la fainte Vierge
alla toujours en augmentant après la
condamnation de Neftorius, & l'igno-
rance du peuple parvint au point qu'il
fe commit une infinité d'excès; de
forte qu'il faut avouer qu'au moment
des héréfies de Luther & de Calvin,
la superstition étoit telle, qu'elle faifoit
gémir tous ceux qui connoiffoient vé-
ritablement le degré d'honneur qu'on
devoit rendre à la Mère de J. C. ( 1 ).
Le fameux P. Petau, de la Compa-
gnie de Jefus, s'exprime ainfi à ce
fujet en Latin, que je vais traduire :
(Je ne crains point de donner ici un
avis aux dévots & aux panégyristes de
la fainte Vierge, c'eft de ne pas fe
laiffer trop emporter par la piété &
la dévotion qu'ils croyent lui devoir;

(1) Godeau. Hift. de l'Eglife.

» mais

"

que, contens des vrais & folides hommages qui lui conviennent, ils » laiffent de côté toutes ces pieufes fa»bles, qui ne font fondées fur aucune » autorité; autrement ce feroit tomber » dans cette espèce d'idolâtrie, que » Saint Augustin prétend être cachée » & comme innée dans le cœur de tous » les hommes; idolâtrie qu'abhorre la faine Théologie, ou plutôt la fageffe célefte, puifqu'elle ne peut admettre » & enfeigner que ce qui eft exactement conforme aux régles certaines de la » vérité (1) ». C'est encore le fentiment Dyptic. Ma-de M. Théophile Renaud, dont je ne Punet. 1. no-rapporterai point le paffage pour abréger; c'est également celui des plus fameux Théologiens, & ce fera conftamment celui de la fainte Eglife Romaine & de tous les bons Catholiques, qui,

Raynald.

rian. Sect. 3.

JI.

در

د.

(1) Petavius. lib. 14. c. 8. n. 9. Theolo gia dogmatica de Incarnat.

en

en confeillant & prêchant la vraie & bonne dévotion envers la fainte Vierge & tous les Saints, défapprouvent & déteftent les excès & les abus qui en peuvent réfulter.

CHAPITRE XXIII.

De la dévotion envers les Reliques & les Images des Saints.

L'ENSEI

71

'ENSEIGNEMENT de l'Eglise est que les reliques des Saints méritent de notre l'honneur & le refpect, tant pour part avoir été le réceptacle de l'Efprit-Saint, que parce que la foi nous enfeigne que ces mêmes corps, à la réfurrection générale, participeront à la gloire de Dieu. Il en faut dire autant des images: nous ne pouvons voir des yeux du corps les Saints qui règnent dans le Paradis; rous les connoiffons par leurs images, & elles font di

R

« PreviousContinue »