Page images
PDF
EPUB

gnes de notre respect & d'un culte religieux, par rapport aux perfonnages dont elles nous retracent les traits. Je dois avertir cependant que l'honneur qu'on rend aux reliques & aux images n'eft point de précepte, excepté dans les fonctions eccléfiaftiques, dans les occafions, & les temps détermioù ce feroit un fcandale de ne

nés

les pas vénérer. Il est toujours ordonné
de ne les pas méprifer, encore moins
de les deshonorer, parce qu'alors on
feroit justement foupçonné de ne pas
rendre aux Saints mêmes le culte qui
leur eft légitimement dû. Plût à Dieu
que le peuple fût éclairé fur ce point,
& connût ce qu'enfeigne l'Eglife, &
ce que croyent les gens inftruits en
dépit des déclamations & des injures
des hérétiques! On ne peut nier, &
l'expérience lé prouve, que les véri-
tés fpéculatives ne font
tée du menu peuple; les livres ne

à la por

pas

$

[ocr errors]

font pas faits pour lui; il lui faut des objets fenfibles, capables d'affecter les yeux & les oreilles. Les faintes images furent, par cette raifon, appelées, par S. Grégoire le grand, le livre des igno→ rans leur ufage ainfi que leur utili té reconnue, date des premiers fiè-' cles de l'Eglife: elles excitent la dévotion du peuple, ainsi que les tombeaux des Saints & leurs faintes reliques. Quoique, ainfi que je l'ai dit, les perfonnes véritablement éclairées, nayent pas befoin d'objets phyfiques. pour élever à Dieu leurs pensées, il arrive cependant que ces mêmes ima ges donnent un nouvel élan à leur devotion, amfi que nous la voyons' fonvént fe ranimer à la vue des cérémonies de l'Eglife & de ces faints Temples, où l'on conferve les' reliques authentiques des Martyrs. Il eft für que les perfonnes les plas éminentes en piété, en fe mettant à ge

1

1

[ocr errors]

noux devant l'image de J. C. cru-. cifié, fentent leur imagination s'échauf fer, & leur cœur plus vivement remué qu'auparavant.

Il n'eft aucun fidèle, dans quelque claffe qu'on le fuppofe, qui ne doive être inftruit de la doctrine de l'Eglife, fur la vénération qu'on doit aux reliques & aux images; le ma-. tériel de tous ces objets n'eft point le but de nos pensées, & elles doivent s'élancer jufqu'à Dieu & fes Saints, que ces mêmes objets retracent d'une manière plus vive à nos yeux & à

C

t

notre imagination. Les reliques des Saints confidérées en elles-mêmes, ne font autre chofe qu'une matière terreftre, les images une réunion de couleurs, dépofées fur le bois, la toile ou le papier; enfin, les ftatues les plus précieufes ne font que du bois, du marbre, de l'or ou de l'argent, ce qui eft matière ne peut mé

ji a

[ocr errors]

riter aucun culte fans tomber dans l'idolâtrie. Auffi les Payens furent-ils également condamnés par les Écritures de l'ancienne & de la nouvelle Loi, parce que non contens d'adorer de fauffes divinités, ils rendoient encore hommage à leurs fimulacres. Ainfi, lorfque nous fommes profternés devant les tombeaux, les reliques ou les images des Saints, nous devons penser que le Saint qu'elles nous rappellent, ou qu'elles nous répréfentent, n'eft pas dans le lieu où nous nous trouvons, mais dans le ciel, où il jouit d'un bonheur que rien ne peut altérer; c'est là que doivent fe porter nos penfées, nos prières, nos actions de grâces, & non pas s'arrêter à une matière infenfible. De même lorfque que nous vénérons ou baifons la fainte Croix, lorfque nous prions devant l'image de J. C. crucifié, nous fommes bien fürs que J. C. n'eft pas réelle

1

[ocr errors]
[ocr errors]

ment devant nous; mais dans le ciel
à la droite de fon Père, & que c'eft/
là où nous devons l'adorer & nous
recommander à fa miféricorde. Enforte
que les images, quelque refpectables
qu'elles foient, non par
elles-mêmes,
mais par l'objet qu'elles repréfentent,
ne font faites que pour fervir d'ali-
ment à notre dévotion, & lui don-

er un nouveau degré de vivacité : telle eft la différence effentielle qui fe trouve entre l'image de J. C. crucifié, & le S. Sacrement de l'Autel. Perfonne n'ignore que dans ce dernier il est réellement & perfonnellement préfent, conféquemment que nos priè res & notre adoration doivent s'adreffer directement à lui, au lieu que l'image qui le repréfente n'eft faite que pour nous conduire & nous élever à celui qui règne glorieufement dans le Ciel.

Plût à Dieu que la dévotion du peu

« PreviousContinue »