Page images
PDF
EPUB

poudres seront embarquées sur des bâtimens bons voiliers , ne faisant

pas

d'eau et n'ayant point de troupes à bord.

Les båtimens de guerre , dont les équipages sont déjà assez nombreux pour occuper toutes les places à coucher, ne doivent point porter de troupes.

J'estime qu'un navire de trois à quatre cents tonneaux pourra porter commodément dans sa cale, distribuée comme ci-dessus , de 150 à 200 soldats, non compris les officiers et sous officiers qui sont logés au-dessus d'eux; par conséquent 200 bâtimens de 400 tonneaux chaque, porteront 40,000 hommes qui ne seront pas abimés par la traverséet Chaque bâtiment doit avoir un bon chirurgien et non pas un frater.

La vie d'un blanc dans ces climats destructeurs étant très précieuse, il serait à souhaiter

que

le gouvernement défendit sous les peines les plus sévères, de mettre aucun animal vivant dans la calle et dans l'entrepont; ils doivent être parqués sur le pont ou sur les gaillards. Il serait à propos d'autoriser les chirurgiens de chaque bâtiment, à embarquer des pierres à filtrer pour les matelots et pour les soldats; à prendre à bord , de la marmelade de carottes, de l'oseille, du celeri et d'autres légumes confits, pour en faire tous les jours , ou au moins trois fois par semaine, une petite soupe maigre qu'on donnerait par supplément à l'équipage et à la troupe. Quant aux lègumes qu'on distribue

pour
leur repas,

le

gou

[ocr errors]

و

vernement ferait fort bien de substituer les pois des champs, les fayaux ou haricots, aux petites fêves gourganes, qui sont pernicieuses à l'esto

mac.

و

Le capitaine Cook et son médecin prétendent que

les pois sont un anti-scorbutique. C'est pour cette raison que la marine anglaise en fait usage, et que

les fêves ne sont destinées qu'aux chevaux. Dans le courant de la journée, il conviendrait d'accorder aux marins et aux militaires, outre la ration de vin, une boisson acidulée faite avec de l'eau et du tamarin, ou bien du jus de citron et d'orange, ou tout uniment de l'eau, du sucre et du vinaigre, afin de prévenir le scorbut qu'en-, gendrent la viande salée, l'air salin et fétide , et un grand concours d'individus entassés dans un petit espace.

La prudence et la propreté exigent, le matin, après que les batteries, les entreponts et la calle auront été nétoyés, et le soir avant le coucher de l'équipage et des troupes, qu'on parfume le bâtiment avec du sucre brûlé, du genièvre ou de la poudre à canon; ayant soin, avant le parfumage , de frotter toutes les parties du bâtiment qui paraissent humides, avec des bouchons d'étoupes, afin d'enlever les miasmes putrides qui peuvent s'y trouver. Ce régime peu dispendieux et d'une nécessité si absolue, en détruisant les effets scorbutiques, empêcherait aussi l'inflammation du sang qui s'épaissit et ne peut circuler librement

par

la chaleur excessive de la ligne; il préparerait les nouveaux arrivans à soutenir sans crainte les maladies auxquelles ils seront exposés par les fatigues qu'ils doivent essuyer, et par la transition subite d'un climat froid à une température extrêmement chaude.

De la fièvre maligne et putride, connue sous le

nom de fièvre jaune.

[ocr errors]

Le docteur Keusch, médecin de Ste.-Croix, a guéri six soldats sur huit, dans l'espace de 24 heures, par

le

moyen des frictions faites simplement avec de l'huile. Ces frictions produisaient de fortes transpirations , et presque généralement de violens vomissemens. Le docteur, dans certains cas, augmentait l'efficacité de l'huile, en y ajoutant du camphre.

Un officier anglais a préservé sa troupe et lui de la fièvre de Flessingue, en peignant ses cheveux et ceux de ses soldats, avec de l'huile de Russie préparée. D'autres, dit-on , ont employé avec succès force mercure en breuvage et en frictions.

Lorsque la fièvre jaune exerçait toute sa fureur sur les blancs nouvellement débarqués d'Europe, des mulâtresses de Saint-Domingue entreprirent le traitement de ceux qui les intéressaient , après avoir été abandonnés par la Faculté, et les out guéris par le remède suivant.

Elles se procuraient un panier de citrons en partie murs, les coupalent en deax, éteurs at du sel fin sur le corps ,nud et sans moivent du moribond, et le frottaient avec les citrons pendant un quart-d'heure ou plus, jusqu'à ce que le sel et le suc des citrons eussent traversé le corps du mourant , et qu'il fut devenu ronge comune une écrevisse cuite. Avant de commencer Ceile opération , elles mettaient des briques chaudes aux pieds du malade, et les enveloppaient avec de la flanelle chaude. Quand elles avaient fini leurs frictions, elles couvraient le corps et la tête avec une ou deux couvertures de laine', afin de provoquer et d'entretenir la transpiration.

J'ai vu des hommes qui avaient perdu la parole depuis plusieurs jours, et que les médecins avaient condamnés, recouvrer la parole et les sens au bout de quelques heures.

M. Poisson, de Nantes, aspirant de marine , s'est guéri en se couchant au plus fort de la fièvre avec sa chemise, son serre-têle et son bonnet de nuit qu'il avait trempés dans un vase de vinaigre.

Ces différens remèdes prouvent qu'il faut examiner le temperament du inalade avant de lui administrer des drogues , et ne pas employer toujours le même remède et en faire une selle à tous chevaux.

Dans la fièvre jaune, dans la fièvre inflammatoire, ou toute autre fièvre, on ne saurait trop se servir de cataplasmes de gombeau, ou de tout

و

autre émolient appliqué au bas-ventre', avec des compresses de vinaigre à la tête , des lavemens de l'eau qui a servi à bouillir le gombeau, et dans laquelle on a jeté du vinaigre, de l'alkalivolatil-fluor ou du camphre : les lavemens d'eau de mer dans laquelle on a fait bouillir une poignée de gombeau , et les bains aromatiques ont aussi leur utilité Si le malade a la bouche trop sèche, il convient de lui donner à sucer des tranclies d'ananas , de mangles, ou mangos murs, de lui faire boire un peu de jus de citron, de la tisane de tamarin, d'oranges sures, ou de corosol, et de lui donner plusieurs fois dans le jour et dans la nuit, du camphre, des gouttes anodines d'Hoffman.

Il faut bien rafraîchir et bien préparer le malade, avant de lui donner le quinquina , autrement il est sûr d'attraper des obstructions au foie ou à la rate. Beaucoup de personnes en prenant une médecine composée une demi-heure avant l'accès de la fièvre , sont parvenus à changer l'heure de son retour périodique, et à hàter leur guérison par cette heureuse diversion.

J'ai vu quantité de personnes se guérir du ténesme , en quatre ou cinq jours , en faisant le régime suivant. Elles coupaient par

la moitié, deux ou trois corosols gros comme un petit auf de poule, y ajoutaient cinq à six des pulpes qui se trouvent autour de ce fruit, et versaient de l'eau bouillante sur le tout, ce qui donnait à la tisane une couleur de vin rouge plus ou moins

« PreviousContinue »