Page images
PDF
EPUB

ANNALES D'HYGIÈNE PUBLIQUE ET DE MÉDECINE LÉGALE, pre

mière série , collection complète de 1829 à 1853, vingt-cinq années , formant 50 volumes in-8, avec planches,

450 fr. Les dernières années séparément, 2 vol. in-8,

18 fr. Il ne reste que très peu d'exemplaires de cette première série.

La TABLE GÉNÉRALE ALPHABÉTIQUE des 50 volumes de la première série sera publiée à la fin de l'année 1854. DICTIONNAIRE D'HYGIÈNE PUBLIQUE ET DE SALUBRITÉ, ou Réper

toire de loutes les questions relatives à la santé publique, considérées dans leurs rapports avec les subsistances, les épidémies, les professions, les établissements et institutions d'hygiène et de salubrité; complété par le texte des lois, décrets, arrêtés, ordonnances et instructions qui s'y rattachent, par le docteur AmBR. TARDIEU, médecin des hôpitaux, agrégé de la Faculté de médecine de Paris, membre du comité consultatif d'hygiène publique, etc. Paris, 1852-1854, 3 forts volumes grand in-8.

24 fr.

BULLETIN DE L'ACADÉMIE IMPÉRIALE DE MÉDECINE, publié par

les soins de la commission de publication de l'Académie, et rédigé par MM. F. DUBOIS (d'Amiens), secrétaire perpétuel ; GIBERT , secrétaire annuel.

Le Bulletin rend un compte exact des séances de l'Académie; il est publié tous les quinze jours, par cahier de 3 feuilles in-8 (48 pages). Il rapporte exactement tous les travaux de chaque séance. Prix de l'abonnement pour un an, franco pour toute la France, 15 fr. Les dix-sept premières années, du 1er octobre 1836 au 30 septembre 1853,

formant 18 vol. in-8, chacun de 1100 pages. Prix, à Paris, 120 fr. Chaque année séparément,

12 fr. MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE IMPÉRIALE DE MÉDECINE. T. I, Pa

ris, 1828. T. II, Paris, 1832. — T. III, Paris, 1833. 1835. - T. V, 1836. – T. VI, 1837. – T. VII, 1838. 1840.- T. IX, 1841. T. X, 1843.- T. XI, 1845. - T. XII, 1846. - T. XIII, 1848.- T. XIV, 1849.--- T. XV, 1850.- T. XVI, 1852. - T. XVII, 1853. T. XVIII, 1854. 18 forts vol. in-4, a vec pl.

Prix de la collection complète des 18 volumes pris ensemble, au lieu de 360 francs, réduit à

220 fr. Le prix de chaque volume pris séparément est toujours de 20 fr.

- T. IV, T. VIII,

PARIS. – Imprimerie de L. MARTINET, rue Mignon, 2.

D'HYGIÈNE PUBLIQUE

ET

DE MÉDECINE LÉGALE,

PAR MM.

ADELON, ANDRAL, BOUDIN, BRIERRE DE BOISMONT,
CHEVALLIER, DEVERGIE, H, GAULTIER DE CLAUBRY,
GUÉRARD, KÉRAUDREN, AMBR. TARDIEU ,

A. TRÉBUCHET, VILLERMÉ.

DEUXIEME SÉRIE.

TOME II.

PARIS,
CHEZ J.-B. BAILLIÈRE,
LIBRAIRE DE L'ACADÉMIE IMPÉRIALE DE MÉDECINE,

Rue Hautefeuille, 19.
A LONDRES, CHEZ H. BAILLIÈRE, 219, REGENT-STREET.

A NEW-YORK, CHEZ H. BAILLIÈRE, 290, BROADWAY.
A MADRID,

BAILLY - BAILLIÈRE, CALLE DEL PRINCIPE, No 11,

CUEZ

C.

Juillet 1854.

D'HYGIÈNE PUBLIQUE

ET

DE MÉDECINE LÉGALE.

HYGIÈNE PUBLIQUE.

ÉTUDE HYGIÉNIQUE

SUR LA

PROFESSION DE MOULEUR EN CUIVRE,

POUR SERVIR A L'HISTOIRE

DES PROFESSIONS EXPOSÉES AUX POUSSIÈRES INORGANIQUES,

Par le Dr Ambroise TARDIEU,
Membre du comité consultatif d'hygiène publique,

Médecin de l'hôpital la Riboisière.

Le moment n'est pas encore venu où il sera possible de tenter avec quelque chance de succès une histoire générale des professions, envisagées au point de vue de leurs conditions hygiéniques, des maladies qui leur sont propres et des lois de leur mortalité comparative. Une telle entreprise, la plus grande à coup sûr, et la plus utile que puisse choisir, pour but de ses efforts, tout homme sincèrement voué au progrès de l'hygiène publique et à l'amélioration du sort des classes laborieuses, une telle entreprise, pour être accomplie dignement, exige des éléments empruntés à la fois à l'économie politique, à la statistique, à la technologie, à la médecine enfin, et dont aucune de ces sciences n'est encore en complète possession. Jamais, cependant, à aucune époque, un intérêt plus réel et plus immédiat ne s'est attaché à de semblables

études, qui, non seulement peuvent faire disparaître les causes d'insalubrité inhérentes à certaines industries, mais encore sont le seul fondement sur lequel puissent être solidement instituées les sociétés de secours mutuels et les caisses de retraite pour les artisans malades et invalides. Aussi, en attendant qu'il soit possible de les mettre en oeuvre, doit-on s'attacher à réunir tous les matériaux nécessaires, et à préparer par une suite de travaux partiels entrepris dans cette voie la construction de l'édifice tout entier.

Mais la condition que l'on doit avant tout, et dès à présent, réclamer, afin d'en assurer le succès, c'est que ces travaux soient dirigés de manière à répondre à toutes les exigences d'une observation exacte et rigoureuse, et à échapper aux hypothèses et aux opinions systématiques qui en ont trop souvent pris la place; c'est surtout que la méthode qui les inspire soit également éloignée d'un optimisme exagéré, et de ces prétentions de réforme universelle, qui, sous prétexte de salubrité, ne manqueraient pas de jeter la perturbation dans toutes les branches de l'industrie humaine. Ces principes, d'ailleurs, sont ceux qui dirigent aujourd'hui l'administration supérieure. L'action du gouvernement, si vivement éveillée sur tout ce qui touche à la santé publique, se montre à la fois énergique et prudente, respectant tous les intérêts, en même temps qu'elle favorise tous les progrès qui peuvent contribuer à rendre moins pénibles et plus salubres les conditions de travail et d'existence des classes ouvrières.

Le mémoire que nous publions aujourd'hui sur l'hygiène des mouleurs en cuivre en est une preuve manifeste. Il n'est, en effet, que le résumé des recherches collectives d'une commission chargée par M. le ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, d'étudier une question d'hygiène professionnelle des plus graves.

Le moulage du bronze dans les fonderies de cuivre a jusque dans ces derniers temps employé pour principal ingrédient le

« PreviousContinue »