Page images
PDF
EPUB

Mort de Josué.

Josué consacra sa vie à la conquête de la terre promise. Lorsqu'elle fut achevée , et qu'il en eut réglé le partage, il apaisa le différend élevé entre les tribus au sujet d'un autel que les enfans de Ruben, de Gad et de Manassés venaient d'élever sur les rives du Jourdain. Les autres tribus, qui avaient leur autel à Silo, se réunirent et voulurent les combattre; mais elles déclarèrent que leur dessein était de purifier leur pays, et non d'élever autel contre autel. Phinée, fils du grand-prêtre Éléazar , reçut leur déclaration, et parvint à conclure la paix,

Josué, ayant rassemblé le peuple à Sichem , lui rappela tout ce que Dieu avait fait

pour

les Israélites, leur prédit la plus grande prospérité s'ils suivaient la loi de Dieu, et les menaça des plus grands malheurs s'ils lui devenaient infidèles. Il reçut le serment d'Israël, renouvela son alliance avec le Seigneur, enterra les os de Joseph dans le tombeau d'Abraham et de Jacob, écrivit ensuite dans le livre de la loi toute l'histoire du peuple hébreu pendant le temps qu'il l'avait gouverné, et mourut âgé de cent dix ans*. Israël , à cette même époque, perdit aussi le grand-prêtre Éléazar, digne fils et successeur d'Aaron.

Après la mort de Josué, le Seigneur ordonna Commanque Juda commanderait Israël. Les tribus de Si- Jada. méon et de Juda vainquirent les Chananéens, en

dement de

* An du monde 2570,- Avant Jésus-Christ 1434.

Dispersion et corrup

luèrent vingt mille à Bérée, et s'emparèrent de la ville de Salem , ancienne patrie de Melchisédech, et qu'on appela depuis Jérusalem. Adonibésech , roi de ce pays, fut pris, et les Hébreux lui couperent les pieds et les mains; cruelle expiation de son inhumanité contre soixante-dix rois

que,

dans le temps de sa puissance, il avait fait mutiler, ct qu'il contraignait à se coucher à ses pieds pour manger les miettes qui tombaient de sa table.

Les deux tribus firent encore d'autres conIsracies. quêtes, elles s'emparèrent de Galaa, d’Ascalon et

de Horma. Les enfans de Jéthro et de Juda s'établirent au midi d'Arad. Caleb donna sa fille Aza à Othoniel. La tribu de Joseph s'empara de Béthel. Celles de Benjamin , d'Éphraïm et de Manasses ne suivirent plus les commandemens de Moïse; elles épargnèrent les Chananéens et les gardèrent au milieu d'elles. La guerre se prolongea et changea de face ; les peuples, vaincus dans les plaines, se retirèrent sur les montagnes, d'où ils faisaient de fréquentes incursions contre les Israélites.

Au bout de quelques années, les Hébreux, qui avaient servi sous Moïse et sous Josué, derniers témoins des merveilles du Seigneur, ayant terminé leur carrière , les générations qui leur succédèrent ne gardèrent plus la même foi ni le même respect pour la loi de Dieu. Les Israélites se laissèrent corrompre par l'exemple des infidèles et par

la séduction des femmes chananéennes. Beau

Commandement des

coup d'Hébreux quittèrent le culte du Seigneur pour adorer Astaroth et Baal. Dieu les punit et les abandonna quelque temps ; les Sidoniens, les Philistins les battirent, les dispersèrent et les firent captifs.

Le Seigneur, voulant les délivrer, les soumit au commandement de juges choisis parmi les plus juges. fidèles d'Israël. Redevenus obéissans aux lois divines, la victoire se déclarait pour eux; mais, après la mort de leurs juges, ils retombaient dans leurs égaremens, dans leur idolâtrie ; et les malheurs de

peuple indocile et léger recommençaient avec ses crimes.

Dieu résolut, pour éprouver la foi des Hébreux, de ne point exterminer encore les peuples de Chanaan ; il laissa donc subsisler Ies Sidoniens les Hévéens et les Philistins. Les tribus furent vaincues par Chusan , roi de Mésopotamie, qui les tint huit ans dans la captivité.

Othoniel, suscité par le Seigneur, devint le juge et le vengeur d'Israël, le délivra des mains de Chusan, et les tribus jouirent pendant quarante ans de la paix et de la liberté. Au bout de ce temps, redevenus infidèles, les Juifs furent vaincus par Eglon, roi de Moab, qui resta leur maître pendant dix-huit années. Enfin Aod, destiné à sauver le peuple hébreu , poignarda le roi Églon, sonna de la trompette sur la montagne d'Éphraïm, rassembla, souleva les tribus, combattit les Moa

[ocr errors]

La prophétesse Débora.

bites, en tua dix mille, et fit jouir Israël d'une
paix de quatre-vingts ans.

Samgar, son fils, lui succéda , défit les Philis-
tins et en tua six cents de sa main avec un soc de
charrue. Samgar étant mort, les enfans d'Israël
retombèrent dans leur égarement, et Dieu les livra
aux mains de Jabain, roi de Chanaan et d’Azor,
dont Sisara commandait l'armée. Leur oppression
dura vingt années.

Le peuple alors était jugé par une prophétesse nommée Débora *: elle fit venir Barac, de la tribù de Nephtali, et lui ordonna, au nom de Dieu, de rassembler dix mille combattans sur le mont Thabor. Elle lui dit qu'elle lui livrerait l'armée de Jabain; mais elle lui annonça en même temps que Sisara ne tomberait pas sous ses coups, et qu'il devait périr de la main d'une femme. Barac exécuta les ordres de la prophétesse. Les troupes de Jabain furent défaites ; on les passa au fil de l'épée; on brisa leurs chariots. Sisara s'enfuit à pied ; mais comme il était entré chez un homme nommé Haber pour s'y reposer , Jaël, femme de Haber, tandis qu'il dormait, prit un des grands clous de sa tente, avec un marteau, et perça le cerveau de Sisara avec ce clou, l'enfonçant jusque dans la terre. Sisara

passa ainsi , dit l'Écriture , du sommeil naturel au sommeil de la mort **. Barac et Débora

* An du monde 2719. — Avant Jésus-Christ 1285.
** Même année, 2717.

chantèrent un cantique pour célébrer cette victoire , et pour rappeler aux Hébreux qu'ils ne la devaient qu'à la protection du Seigneur.

Bientôt de nouvelles impiétés attirèrent de nouveaux malheurs sur Israël ; les Madianites les asservirent. Gédéon, inspiré par un ange , les délivra *. Il renversa d'abord l'autel de Baal, que desservait son père. Il fit un sacrifice , et le ciel reçut ses offrandes. Pour dissiper ses doutes sur sa mission, le Seigneur ne fit tomber la rosée que sur une toison qu'il avait étendue devant sa tente; toute la terre qui l'environnait demeura séche : le second jour toute la terre fut trempée de rosée , et la toison seule n'en reçut pas une goutte.

Gédéon, ayant armé le peuple, marcha contre les Madianites; mais le Seigneur, pour manifester sa puissance, ne voulut pas que toute cette multitude combattît. De trente mille hommes armés, Gédéon n'en garda que trois cents. Un songe vint confirmer son espoir, en lui montrant une tente de Madianites renversée par la chute d'un pain d'orge qui tombait du haut d'une montagne. S'étant donc avancé avec ses trois cents hommes qui portaient des trompettes et des lampes, il surprit la nuit le camp des Madianites, et y répandit, par le bruit des trompettes et la clarté des feux* , une telle

Victoire de Gedeon

* An du monde 2759. — Avant Jésus-Christ 1245.
** Même année, 2759.
TOME 3.

16

« PreviousContinue »