Page images
PDF
EPUB

dirent-ils, faites-vous ce qu'il n'est pas permis de faire le jour du Sabbat? (Ibid.)

APPLICATIONS. Il n'y a personne qui ne voie percer dans ces paroles, sous le voile du zèle, la jalousie des Pharisiens; personne qui ne la déteste et ne la condamne. Cependant, comme cette passion, toute révoltante qu'elle est, se glisse facilement dans notre cæur, voyons si nous n'en découvrons pas en nous des indices. En voici quelques-uns : observer de plus près celui dont le mérite nous offusque; épier toutes ses démarches; relever avec malignité et exagérer ses moindres fautes ; porter la dureté à son égard jusqu'à lui faire un crime de certains adoucissements qu'il s'accorde fort innocemment; interpréter en mal tous ses actes et jusqu'à ses intentions, etc. Examinez, d'après ces indices, quel jugement vous devez porter sur vous-même.

AFFECTIONS. Demandez à Dieu la connaissance exacte de vos sentiments, l'horreur de la jalousie, un coeur charitable et compatissant (1).

RÉSOLUTIONS. S'habituer à louer Dieu du bien que font les autres.

II. POINT.

JÉSUS DÉFEND SES DISCIPLES.

CONSIDÉRATIONS. L'accusation des Pharisiens était de

(1) Qu'on ne craigne pas de donner trop de temps à ces pieuses affections : c'est par elles que nous devons allumer et attiser le feu du divin amour, que nous devons rendre notre méditation onctueuse et entretenir la ferveur pendant tout le jour. · Il se présentera d'ailleurs à celui qui médite beaucoup d'autres affections et d'autres résolutions. Elles seront d'autant meilleures qu'elles lui seront venues de son propre funds ou de l'inspiration divine.

nature å jeter le discrédit sur les disciples de Jésus et à induire le peuple en erreur. Elle exigeait une prompte réfutation : Jésus la fit de manière à justifier ses disciples et å réduire au silence leurs injustes censeurs. N'avez-vous pas lu dans la loi, leur dit-il, qu'aux jours du Sabbat, les prêtres, par les rudes travaux exigés pour les sacrifices, violent, dans le temple, le Sabbat, sans être toutefois coupables? Puis il ajouta : Le Sabbat a été fait pour l'homme et non pas l'homme pour le Sabbat; c'est pourquoi le Fils de l'homme est maître même du Sabbat, et peut en dispenser comme bon lui semble (s. Marc. 2).

APPLICATIONS. Nous apprenons ici que, si le silence est permis quand nous sommes seuls en cause, il n'en est pas de même quand la gloire de Dieu, les droits la doctrine de l'Église ou les intérêts du prochain sont compromis. Se taire alors, quand on est à même de réfuter l'erreur, ce serait tenir la vérité captive ; ce serait être lâche, ce serait devenir coupable de l'erreur d'autrui, ou même, dans certains cas, se rendre complice de l'iniquité. lla y un temps de se taire, dit le Sage, et un temps de parler (Eccl. 3). Heureux qui sait faire ce sage discernement et y conformer sa conduite! Comment l'avez-vous fait? N'avezvous pas été souvent plus prompt et plus éloquent pour

venger votre amour-propre blessé, que pour soutenir et · défendre les droits de la religion et les bons principes ?...

AFFECTIONS. Demandez à Dieu le zèle et le talent nécessaires pour défendre à l'occasion et faire triompher la vérité.

RÉSOLUTIONS. Ne chercher à s'instruire par des lectures utiles que dans le but de mieux connaître la vérité et de la faire goûter aux autres.

III. POINT.

JÉSUS CONFOND LES PHARISIENS.

CONSIDÉRATIONS. Jésus, pour faire voir aux Pharisiens qu'il lisait au fond des cæurs et qu'il savait bien que la jalousie était le seul motif qui les faisait agir, leur dit : Si vous saviez ce que signifie cette parole : Je veux la miséricorde et non le sacrifice, vous n'auriez jamais condamné des innocents (s. Matt. 7).

APPLICATIONS. Prenez garde de mériter jamais le reproche que Jésus fait ici aux Pharisiens : le reproche de parler ou d'agir par passion, tout en vous couvrant du manteau de la vertu; le reproche de vous en tenir plutôt à la lettre qu'à l'esprit des commandements de Dieu et de l'Église; d’être dur et impitoyable dans vos jugements à l'égard du prochain, de le blâmer ou de le condamner à la légère, sur de simples apparences... Examinez-vous : reconnaissez les torts que vous avez eus; déplorez-les et, pour ne plus y retomber, demandez instamment à Jésus-Christ qu'il affermisse en vous le sentiment de l'humilité et de la charité fraternelle.

COLLOQUE. Avec notre divin Maître et Rédempteur.

CUOIX ET VOCATION DES DOUZE APOTRES.

Prél. Se représenter Jésus-Christ au moment où il proclame les noms des douze apôtres.

II. Prél. Demander la grâce de répondre fidèlement à sa vocation.

I. POINT. — CHOIX QUE FIT JESUS DE SES APOTRES. CONSIDÉRATIONS. Un événement d'une haute importance pour l'avenir signala les premiers jours de cette seconde

année de la prédication du divin Sauveur, à savoir, l'institution du Collége apostolique. Dans cet acte solennel on voit apparaître la base et la forme hiérarchique de l'Eglise, destinée å perpétuer la mission de Jésus parmi les hommes. En ce temps-là, dit saint Luc, Jésus convoqua ses disciples sur une montagne, et il en choisit douze à son yré, et les nomma apôtres (c'est-à-dire envoyés) : Simon, qu'il surnomma Pierre, et André son frère; Jacques et Jean; Philippe et Barthélémi; Matthieu et Thomas; Jacques fils d'Alphée, et Simon surnommé le Zélé; et Jude ou Thaddée, frère de Jacques; et Judas l'Iscariole, qui fut le traître. (s. Luc. 6. — s. Marc 3.)

APPLICATIONS. Parmi tant de disciples dont il était fidèlement suivi Jésus n'en choisit que douze, nombre mystique, figuré dix-sept siècles auparavant par les douze princes ou chefs des douze tribus d'Israël. Quelle gloire et quel bonheur pour ceux sur qui, par une grâce de prédilection, s'arrêta le choix du Fils de Dieu ! Il en choisit douze, CEUX QU'IL LUI PLUT de choisir, dit saint Marc. Adressez vos félicitations aux douze apôtres... Félicitez-. vous vous-même aussi et réjouissez-vous de ce que le Seigneur a bien voulu fixer son choix sur vous préférablement à une infinité d'autres, en vous admettant à l'apostolat des bonnes auvres,

AFFECTIONS. Humble reconnaissance.- Remercîments.

Ardents désirs d'exceller dans les cuvres de zèle et de charité.

RÉSOLUTIONS. Se dire souvent à soi-même avec l'Apôtre: C'est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis (1. Aux Cor. 15).

II. POINT.

CIRCONSTANCES DE CE CHOIX.

CONSIDÉRATIONS. Une des circonstances les plus remarquables du choix que fit Jésus, c'est qu'il voulut s'y préparer

d'une manière tout extraordinaire. Dès la veille au soir, dit saint Luc, il se retira sur une montagne, et il y passa la nuit à prier Dieu son Père (Ch. 6). Avait-il besoin de cette retraite, de cette oraison prolongée toute la nuit, pour faire un bon choix? Nullement, répond saint Ambroise, mais il voulait nous donner un grand exemple, une importante instruction.

APPLICATIONS. Quel est cet exemple, quelle est cette instruction que Jésus-Christ nous donne ? Il nous apprend : 1° qu'il ne faut rien entreprendre d'important sans avoir consulté le Père des lumières, sans avoir eu recours à l'oraison-; ---- 2o que pour bien faire l'oraison il faut s'éloigner de la foule, du tracas des affaires et, s'il est possible, y consacrer de préférence le silence de la nuit... Comment me suis-je conformé à ces divins enseignements?.... En quoi puis-je ou dois-je réformer ma conduite ?

AFFECTIONS. Demandez la prudence et le discernement dans les affaires confiées à vos soins afin que, toujours et en tout, vous agissiez d'après la sainte volonté de Dieu.

RESOLUTIONS. Dans les doutes et les perplexités, recourir à l'oraison et à ceux que Dieu a établis pour nous diriger.

III. POINT.-PARTICULARITÉ DE CE CHOIX. CONSIDERATIONS. Ce qui nous frappe, nous déconcerte en quelque sorte, et nous paraît inexplicable dans le choix

« PreviousContinue »