Page images
PDF
EPUB

JÉSUS RENTRE EN GALILÉE.

IL Y GUÉRIT UN SOURD-MUET.

1. Prél. Voir un sourd-muet, dans l'attitude d'un suppliant, debout devant Jésus.

11. Prél. Demander à Jésus qu'il nous préserve ou, au besoin, nous guérisse de la surdité et du mutisme spirituels.

1. POINT.

· JÉSUS QUITTE LA PHÉNICIE ET RENTRE EN GALILÉE.

CONSIDÉRATIONS. Saint Marc, après avoir raconté l'his toire de la Cananéenne, ajoute aussitôt : Et Jésus, ayant quitté les environs de Tyr, revint par Sidon près de la mer de Galilée, passant à travers le pays de la Décapole (des dix villes) (Ch. 7). Il n'est du reste fait mention d'aucun autre miracle ou conversion opérée dans la Phé nicie. On en peut inférer que Jésus n'y alla qu'en vue de cette femme païenne, pour la récompenser de sa fidélité aux secrètes inspirations de la grâce, pour la mettre dans la voie du salut et la gagner à la foi du vrai Dieu par le miracle opéré en faveur de sa fille, en un mot, pour sauver une âme.

APPLICATIONS. Notre divin Sauvenr nous apprend ici que le salut d'une seule âme mérite de notre part de longs et pénibles efforts et qu'il nous doit être indifférent d'exercer le zèle dans de grandes proportions ou dans les limites d'un cercle très-étroit. Dans l'un et l'autre cas le mérite et la récompense doivent dépendre de la pureté de notre intention. Vous croyez à ces divers enseignements, mais en faites-vous la règle de votre conduite ?

AFFECTIONS. Offrez à Dieu le désir que vous avez de prendre part avec une entière indifférence à tout ce qui intéresse le salut des âmes.

RÉSOLUTIONS. Ne chercher en tout que Dieu seul et sa très-sainte volonté.

II. POINT.

JÉSUS GUÉRIT UN SOURD-MUET.

CONSIDÉRATIONS. Jésus était à peine entré en Galilée qu'on lui umena, dit l'Évangéliste, un homme qui étuit sourd et muet et auquel on le pria d'imposer les mains. Jésus le tira de la foule, et, l'ayant pris à part, il lui mit ses doigts dans les oreilles, et de lu sulive sur la langue ; puis, levant les yeux au ciel, il gémit et dit : Ephphela ! c'està-dire, ouvrez-vous. Et aussitôt ses oreilles s'ouvrirent, et sa langue se délia, et il articulait très-distinctement (s. Marc. 7).

APPLICATIONS. Tout parle aux yeux et au coeur dans ce récit évangélique : c'est un tableau. Contemplez-le en détail; les applications se présenteront comme d'ellesmêmes. D'abord les personnes : La foule : elle accourt vers Jésus de tous côtés, elle s'attache à sa personne avec une espèce de passion. Et moi, je suis si lent å aller le visiter dans son sanctuaire et toujours si pressé d'en sortir !... -2° La personne de Jésus-Christ... tout dans ses traits et dans son maintien respire la gravité, la sainteté et une ineffable douceur. Oh! que tout cela contraste avec mes légèretés, mes airs mondains, mes brusqueries !-- 3° Le sourd-muet... il ne peut exprimer ses sentiments que par un regard d'amour et de confiance; Jésus le comprend : il est ému... Un regard d'amour et de compassion jeté sur mon crucifix peut m'attirer beaucoup de grâces et je néglige de le faire !

Contemplez ensuite les actions : elles sont pleines de mystères et d'enseignements : Jésus prend le sourd å part... C'est pour nous apprendre à fuir l'ostentation. Il lui touche de ses doigts les oreilles, de sa salive la langue; il lève un regard et pousse un soupir vers le ciel... Ephpheta! Ouvrez-vous !... C'est pour nous faire comprendre que la guérison de la surdité et du mutisme spirituels est difficile; qu'elle est au dessus de nos forces, que nous devons l'obtenir par d'ardentes prières et de vives instances auprès de Dieu. Comment ai-je mis à profit ces divins enseignements de mon Sauveur? (1)

AFFECTIONS et RÉSOLUTIONS qui découlent de cette contemplation.

III. POINT.

JÉSUS EST ADJUTRÉ ET LOUÉ.

CONSIDÉRATIONS. Les témoins du miracle que notre divin Sauveur venait d'opérer en faveur du sourd-muet et de tant d'autres prodiges de bonté qu'il avait faits au milieu d'eux, s'écrièrent pleins d'enthousiasme : Il a bien fait toutes choses. Bene omnia fecit (s. Marc. 7).

APPLICATIONS. Que vous seriez heureux si ces mots pouvaient en toute vérité être gravés sur votre tombe :

(1) Considérer ainsi, dans les faits historiques, les personnes, les paroles, et les actions, d'où découlent immédiatement des applications ou conclusions pratiques, c'est ce qu'on appelle faire la méditation par manière de contemplation. C'est une méthode à la fois facile et utile. Ce livre de méditations sur la vie (les faits historiques) de notre Seigneur Jésus-Christ, s'y prête naturellenient très-bien.

Il a bien fait toutes choses ! Bien devant Dieu, en faisant tout selon sa sainte volont, avec une grande ferveur, une grande pureté d'intention.— Bien devant les hommes, en faisant tout dans l'ordre et en édifiant le prochain. Ne négligez rien afin que ce témoignage puisse vous être rendu.

COLLOQUE. Avec l'apôtre saint Barthélémi, cet heureux témoin de la vie de Jésus. On fait aujourd'hui sa fête.

SECONDE MULTIPLICATION DES PAINS.

1. Prél. Représentez-vous une plaine où sont assis, divisés par bandes, quatre mille hommes nourris miraculeusement avec sept pains.

II. Prél. Demandez de grands sentiments de fui, de confiance et d'amour.

I. POINT. EXPOSÉ DU MIRACLE.

CONSIDÉRATIONS. Les mêmes circonstances qui, quelques mois auparavant, avaient amené la première multiplication des pains, amenèrent aussi la seconde. Voici comment saint Marc rapporte le fait : En ces jours, comme le peuple était encore réuni en grand nombre et n'avait pas de quoi manger, Jésus appela ses disciples et leur dit : J'ai pitié de ce peuple, car voilà déjà trois jours qu'ils ne me quittent pas, et ils n'ont rien à manger. Si je les renvoie à jeûn dans leurs maisons les forces leur manqueront en route, car quelques-uns sont venus de loin. Ses disciples lui répondirent : Comment pourrait-on trouver dans ce désert assez de pain pour les rassasier ? Jésus leur demanda : Combien avez-vous de pains? Ils répondirent : Sept. Alors il commanda au peuple de s'asseoir sur la terre; et, prenant les sept pains et rendant grâces à Dieu, il les rompit, les donna à ses apôtres qui les distribuèrent. Ils avaient encore quelques petits poissons qu'il bénit aussi, et il commanda qu'on les servit de même. Tous en mangèrent et furent rassasiés; et on emporta sept corbeilles pleines des morceaux qui étaient restés (s. Marc. 8). Or le nombre de ceux qui avaient mangé était de quatre mille, sans compter les petits enfants et les femmes; et Jésus les congélia. (s. Matt. 15. --s. Marc. 8.)

APPLICATIONS. Que tout est consolant et encourageant dans l'exposé qu'on vient de lire ! - J'ai pitié de ce peuple. Voilà bien le coeur de Jésus, toujours attentif, toujours sensible à nos besoins, à nos souffrances de corps et d'âme ! Que cette pensée est propre à nous soutenir ! Il y a déjà trois jours qu'ils me suivent, sans me quitler. Notre bon maître tient donc un compte exact du temps, des jours et des moments que nous sommes à son service.

- Et quelques-uns d'entre eux sont venus de loin. Non-seulement il compte le temps de nos services, mais il apprécie le mérite de nos services, afin d'y proportionner un jour la récompense. Quel encouragement !--- Si je les renvoie à jeûn dans leurs maisons, les forces leur manqueront en route. Sa sollicitude pour nous s'étend même à notre avenir. Cet avenir, qui nous est caché et nous effraie si souvent, il le voit par rapport à chacun de nous : il voit les différentes situations dans lesquelles nous nous trouverons, les dangers auxquels nous serons exposés, les secours dont nous aurons besoin ; et son immense bonté le porte à pourvoir à tout, fallût-il recourir à des miracles. Nous en avons ici la preuve.

« PreviousContinue »