Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

AFFECTIONS. Admiration.- Louanges.-- Bénédictions.

Confiance. - Reconnaissance.

RÉSOLUTIONS. Chercher notre appui et notre consolation dans le cour de Jésus.

[blocks in formation]

Au pre

CONSIDÉRATIONS. Quelques interprètes nous font remarquer plusieurs différences mystérieuses entre la première et la seconde multiplication des pains : différences qui, selon eux, caractérisent la nature de la synagogue et de l'Église et nous font voir la supériorité de l'Église sur la synagogue, de la nouvelle loi sur l'ancienne. mier miracle, la Loi ancienne est figurée par le nombre de cinq mille hommes rassasiés à cause des cinq livres du Pentateuque de Moise, dans lesquels cette loi est contenue; au second, la Loi nouvelle est représentée par le nombre de quatre mille rassasiés, à cause des quatre Évangélistes, qui l'ont mise par écrit. — Au premier, il est dit que le peuple cherchait Jésus parce qu'il avait été rassasié de pain (s. Jean.6); au second, il n'est pas fait mention de ce motif, parce que les chrétiens, qui vivent selon l'esprit, doivent détacher leurs cæurs de la terre et les porter aux biens spirituels. - Au premier, on ne donne que des pains d'orge, pains des esclaves; au second, on donne du pain de froment, pain des enfants.- Au premier, enfin, il reste douze corbeilles qui figurent les douze Patriarches de l'ancienne Loi; au second, il en reste sept, qui représentent les sept Sacrements, institués pour nous nourrir dans le voyage vers l'éternité.

APPLICATIONS. Admirons l'économie de la sagesse divine dans l'une et l'autre des deux Lois. Remercions Dieu de nous avoir fait naître enfants de la Loi nouvelle, et de la supériorité que cette faveur nous donne sur les Juifs : nous possédons la vérité, ils n'en avaient que les ombres ; nous possédons le Verbe incarné, ils n'en avaient que les promesses ; enfin nous sommes nourris de son corps et de son sang précieux, ils n'avaient que la manne, qui en était seulement la figure ! Mais, si les avantages dont nous jouissons sont plus grands, Dieu en retour exige de nous une sainteté plus grande. Vous efforcez-vous d'y atteindre?...

COLLOQUE. Avec notre aimable Sauveur, - Remercions-le des dons de sa libéralité, des prodiges de bonté qu'il ne cesse d'opérer en notre faveur. Conjurons-le d'affermir en us son saint amour, de nous dilater le ceur par la confiance et la joie spirituelle. – Ou avec saint Louis, roi de France, dont on fait aujourd'hui la fête. (Mort l'an 1270.)

Relire de temps à autre les remarques faites, pp. 8. 16. 28. 36.

JÉSUS AU PAYS DE MAGÉDAN.

IL Y EST TENTÉ PAR LES PHARISIENS UNIS AUX

SADDUCÉENS,

I. Prél. Voir Jésús discourant avec les Pharisieris et les Sadducéens. II. Prél. Demander l'esprit de simplicité et de droiture.

1. POINT. JÉSUS ABORDE AU PAYS DE MAGÉDAN CONSIDÉRATIONS. Aussitôt après le miracle de la mul

tiplication des pains, Jésus voulant se déroberaux applaudissements de la foule la congédia, dit saint Marc, monta dans une barque avec les apôtres, passa à l'autre bord de la mer de Galilée, et se rendit dans le pays de Magédan ou Damanutha, qu'il n'avait pas encore évangélisé (Ch. 8). Les interprètes remarquent, à cette occasion, qu'il est aisé de voir, en suivant toutes les marches du divin Sauveur, queson

dessein était de se faire connaître à toute la maison d'Israël, en sorte qu'il ne restât pas un seul canton de la Judée qui n'eût été éclairé de la lumière de sa doctrine. C'était la figure de ce que les apôtres devaient faire dans le monde entier.

APPLICATIONS. Comparez votre conduite avec celle de votre divin Modèle... Quand vous avez obtenu quelque succès devant le public, vous aimez à rester sur le théâtre de l'action, à vous mettre en évidence; quand, au contraire, vous avez mal réussi, vous vous empressez de vous dérober aux regards, de vous éloigner ! Jésus fait tout l'opposé : il n'a rien de plus empressé que de se dérober à la vue et aux applaudissements de ceux qu'il a émerveillés par un insigne miracle ; il ne songe qu'à étendre les fruits de son zèle. Convenez que votre conduite est peu conforme à celle de votre divin Maître.

AFFECTIONS. Non pas à nous, Seigneur, mais qu'à vous revienne toule gloire (Ps. 113).

RÉSOLUTOINS. N'aimer et ne rechercher que Dieu seul pour témoin de nos bonnes actions.

II. POINT. JÉSUS RÉPROUVE ET ABANDONNE LES PHARISIENS.

CONSIDÉRATIONS. Les Évangélistes ne disent rien des prédications et des miracles que fit Jésus dans le pays de Magédan; ils se bornent å rapporter la démarche hypocrite que firent auprès de lui les Pharisiens et les Sadducéens, irréconciliables entre eux, mais, comme tous les sectaires, parfaitement d'accord dans leur hostilité contre le Sauveur. Ils se rendirent donc auprès de lui, commencèrent à discuter, et finirent par lui demander de leur faire voir quelque prodige venant du ciel. Quærentes ab illo signum de cælo. C'était pour le tenter, Tentantes eum, remarque l'Évangéliste, et pour le perdre dans l'opinion du peuple en le taxant d'impuissance s'il ne faisait point le prodige, ou de sortilége s'il le faisait. Mais Jésus, connaissant leur malice, en gémit du fond du cæur,. Ingemiscens spiritu... et dit : Cette race perverse et corrompue demande un prodige, mais je vous le dis en vérité, il n'y aura d'autre prodige pour elle que celui du prophète Jonas. Et il les laissa . (s. Matt. 16. s. Marc. 8.)

APPLICATIONS. Apprenez à faire pour le bien ce que font les impies pour le mal : abnégation de leurs préférences ou opinions personnelles pour attaquer de concert Jésus-Christ et son Église. Loin de vous donc tout ce qui sent l'égoïsme, la jalousie, l'attache opiniâtre à votre propre sens. Étroitement uni dans vos prières et dans vos efforts à ceux qui luttent pour la bonne cause, perdez-vous vousmême de vue pour ne chercher que le triomphe de la vérité sur l'erreur et du bien sur le mal. Comment l'avezvous fait?

AFFECTIONS. Demandez à Dieu de mourir entièrement à tout sentiment d'égoïsme, de jalousie et de vanité.

RÉSOLUTIONS. Je ferai aujourd'hui une attention particulière à mes pensées, à mes tendances, à mes intentions.

III. POINT.

JÉSUS REPROCHE AUX APOTRES LEUR PEU DE FOI

ET D'INTELLIGENCE.

CONSIDÉRATIONS. Jésus, ayant accompli sa mission å Magédan, revint å la mer de Galilée et la traversa, Et abiit trans fretum. Durant la traversée, il prémunit les apôtres contre la séduction; il leur dit: Gardez-vous soigneusement du levain des Pharisiens et des Sadducéens. Ces paroles, qu'ils interprétèrent dans un sens matériel, leur rappelèrent qu'ils avaient oublié de faire provision de pains, ce qui les jeta dans l'embarras. Jésus le sachant leur dit : Hommes de peu de foi? Pourquoi vous inquiétez-vous de ce que vous n'avez pas de pains? Ne vous rappelez-vous donc plus, quand je rompis les cinq pains pour cinq mille hommes, combien vous reportâtes de paniers pleins des morceaux qui resterent? Et n'avez-vous pas encore d'intelligence ? Comment ne comprenez-vous point que je ne voulais pas vous parler de pain quand je vous ai dit : Gardez-vous du levain des Pharisiens? Alors ils comprirent... qu'il leur avait dit de se garder de la doctrine des Pharisiens et des Sadducéens. (s. Matt. 16. S. Marc. 8.)

APPLICATIONS. Ne méritez-vous pas aussi quelque reproche à cause de votre peu de foi en la divine Providence, de votre peu d'intelligence des choses spirituelles, vous qui avez reçu tant de preuves spéciales de la protection divine, et qui dės votre enfance avez été instruit des mystères de la foi ?

COLLOQUE. Avec votre saint Patron.

« PreviousContinue »