Page images
PDF
EPUB

COLLOQUE. Avec l'admirable saint Genès, qui, au moment où devant l'empereur Dioclétien il jouait sur la scène le personnage d'un païen converti et baptisé, se sentit tout à coup changé par la grâce en un autre homme, confessa la foi et de comédien devint martyr de Jésus-Christ (l'an 283) : l'Église en fait mémoire en ce jour.

GUÉRISON

DE L'AVEUGLE DE BETHSAÏDE.

I. Prél. Voir Jésus posant les mains sur les yeux de l'aveugle.
II. Prél. Demander les lumières et l'onction du Saint-Esprit.

1. POINT. - JÉSUS ACCUEILLE LA PRIÈRE QU'ON LUI FAIT EN FAVEUR

D'UN AVEUGLE.

CONSIDÉRATIONS. Du lieu où les apôtres avaient débarqué, ils allèrent, dit saint Marc, à Bethsaïde. On y amena ù Jésus un aveugle, qu'on le pria de toucher. Jésus, sans rien répondre, le prit par la main et, l'ayant mené hors du bourg, il lui mit de la salive sur les yeux; puis, posant les mains sur lui, il lui demanda s'il voyait quelque chose. L'aveugle se mit en devoir de regarder et dit : Je vois marcher des hommes qui m'apparaissent comme des arbres (s. Marc. 8).

APPLICATIONS. Jésus mena l'aveugle hors du bourg et lui mit sur les yeux de la salive, emblème, dit le vénérable Bède, de l’onction du Saint-Esprit. Que nous apprend ici le Sauveur ? Que, pour obtenir la parfaite intelligence et le goût ou l'onction des choses de Dieu, nous devons de temps à autre, par la retraite, sortir en esprit du monde,

détourner les yeux du monde pour contempler les choses spirituelles, dans le silence des passions et le recueillement. N'est-ce pas à cause du manque de recueillement, d'esprit intérieur que, comme l'aveugle de l'Évangile, vous êtes si peu clairvoyant dans les choses de l'ordre surnaturel et si épris, si infatué des biens de l'ordre naturel qui ne vous sont accordés que comme moyens de salut et de sanctification?

AFFECTIONS. Ardent désir d'être habituellement plus recueilli, plus spirituel, plus pieux.

RÉSOLUTIONS. Faire dans ce but de généreux et de constants efforts.

II. POINT.

JÉSUS NE REND LA VUE A L'AVEUGLE QUE PAR

DEGRÉS.

CONSIDÉRATIONS. Jésus, continue saint Marc, mit une seconde fois les mains sur les yeux de l'aveugle, et celuici commença à mieux voir, et il fut enfin si parfaitement guéri qu'il voyait distinclement toutes choses (Ch. 8). Cette guérison miraculeuse est remarquable en ce qu'elle est la seule que Jésus n'ait opérée que par degrés. Les interprètes présument qu'il agit de la sorte à cause des dispositions d'abord trés-imparfaites, puis devenues plus parfaites de l'aveugle.

APPLICATIONS. La conclusion que vous devez tirer de cette considération c'est que Dieu agit ordinairement dans nos cours selon la disposition qu'il y trouve. Si elle est très-bonne, il y produit d'excellents effets; si elle n'est que médiocrement bonne, il opère peu, et de là viennent les faibles lumières que la plupart des hommes reçoivent dans leurs dévotions ordinaires, particulièrement dans la réception des Sacrements : le peu de diligence et de ferveur qu'ils y apportent arrête le cours de la grâce et l'em pêche d'agir dans toute l'étendue des desseins miséricordieux du Seigneur. N'est-ce pas ce que l'expérience vous a démoxtré?... Une autre conclusion pratique, c'est que vous ne devez pas vous décourager, quand, après un certain temps d'efforts et de prières, vous ne parvenex pas à l'entière guérison de quelque infirmité spirituelle ou å un plus haut degré de vertu. Dieu a ses moments arrêtés. Il veut par degrés vous conduire à ses fins : c'est la persévérance qui doit vous les faire atteindre. Quelle est votre persévérance?

AFFECTIONS. Demandez un esprit prompt, un cour docile, et une ferveur constante.

RÉSOLUTIONS. Accompagner ses actes de religion ou de dévotion de beaucoup de foi et de confiance.

III. POINT. JÉSUS ENJOINT A L'AVEUGLE D'ALLER CHEZ LUI,

SANS S'ARRÊTER A BETHSAIDE. CONSIDÉRATIONS. Après cela, ajoute l'Évangéliste, Jésus renvoya l'aveugle dans sa maison, et lui dit : Allezvous-en chez vous, et, si vous entrez dans le bourg, ne dites à personne ce qui vous est arrivé (s. Marc. 8). Jésus enjoint à l'aveugle guéri de retourner chez lui, afin qu'il s'y recueille, qu'il réfléchisse sur le bienfait qu'il vient de recevoir et qu'il en rende grâces à Dieu. - Mais pourquoi lui défend-il de satisfaire la curiosité des habitants de Bethsaïde ? Pour les punir du peu de fruit qu'ils ont retiré de tant de miracles opérés au milieu d'eux, ainsi qu'il conste p.ir ces paroles de Jésus, dites dans une autre occasion : Malheur à toi, Corozaïm ; malheur à toi, Bethsaïde : parce que, si les miracles qui ont été opérés au milieu de vous eussent été faits à Tyr et à Sidon, ils (les habitants de ces villes) auraient fait pénitence sous le cilice et dans la cendre (s. Matt. 11).

APPLICATIONS. Ayez toujours présents à l'esprit, avec de vifs sentiments de reconnaissance, les bienfaits de Dieu, et craignez souverainement de n'en pas devenir meilleur. N'avez-vous rien à vous reprocher sous ce double rapport?...

COLLOQUE. Avec la sainte Vierge, notre avocate auprès de Jésus.

FÊTE DE SAINT AUGUSTIN, ÉVÊQUE D'IIPPONE ET INSTITUTEUR DES ORDRES QUI

PORTENT SON NOM (1).

I. Prél. Représentez-vous le Saint tenant en main un cæur enflammé.

II. Prél. Demandez qu'il vous obtienne la componction du cour.

[blocks in formation]

CONSIDÉRATIONS. Augustin avait reçu en partage les plus beaux dons de la nature : une rare éloquence jointe à un génie profond et subtil. Mais tout cela faillit lui devenir plus nuisible qu'utile. La supériorité de ses talents et les louanges des hommes le remplirent d'orgueil,

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

l'éloignèrent de Dieu, de l'humble soumission due å l'Église et le jetèrent dans l'hérésie des Manichéens. Ayant perdu la crainte de Dieu, il devint l'esclave de ses passions déréglées et continua à vivre dans les désordres de l'impureté jusqu'à l'âge de trente ans. Ce n'est pas que ce grand génie ne sentît la honte des liens qui l'attachaient au vice : il en rougissait, il voulait les briser; mais il n'en trouvait pas la force en lui-même. Il devait la trouver dans l'Église, et il n'en était pas encore l'enfant.

APPLICATIONS. Rappelez-vous votre jeunesse. N'a-t-elle pas eu quelque ressemblance avec celle d'Augustin? N'y voyez-vous pas des moments de passion, où vous avez, de parti pris, abandonné Dieu et la piété pour vous livrer entièrement aux illusions d'un monde orgueilleux et sensuel ? N'y voyez-vous pas, peut-être, un temps notable que vous avez passé loin de Dieu, esclave d'une passion honteuse? Si votre conscience vous dit qu'il en a été ainsi, remerciez le Seigneur de vous avoir, par un prodige de la grâce, retiré de l'abîme et ramené à lui. Que si, par une grâce privilégiée, il vous a préservé de la contagion du vice, remerciez-le davantage encore.

AFFECTIONS. Repentir. – Reconnaissance. — Protestations de fidélité.

RÉSOLUTIONS. Priez pour ceux que le vice a éloignés de Dieu.

II. POINT. CONSIDÉRATIONS. Il en coûta de longs et de rudes combats à Augustin pour briser ses chaînes et triompher de ses habitudes. Il dit, dans le livre de ses Confessions, que ces habitudes étaient devenues comme une seconde nature;

SON RETOUR A DIEU.

« PreviousContinue »