Page images
PDF
EPUB

tions sont incontestables. Cependant la plupart des hommes n'y pensent pas, même en ce jour de fête, instituée par l'Église en l'honneur des saints anges gardiens.

APPLICATIONS. Quant à vous, redoublez d'efforts pour témoigner à votre saint ange gardien : 1° votre respect, en vous conduisant sous ses yeux, surtout quand vous êtes seul, comme si vous étiez en présence d'un personnage éminent. Une pensée nous aidera à le faire, c'est celle-ci : Un jour, mon Ange témoignera en mu faveur ou en ma défaveur sur ce que je fais en ce moment;

20 votre dévotion et votre reconnaissance, en montrant une grande docilité å ses inspirations, et en le remerciant chaque soir de ce qu'il a fait pour vous; 3° votre confiance, en l'invoquant dans vos besoins et en le consultant dans vos doutes, avec la conviction que vous ne le ferez jamais en vain.

COLLOQUE. Avec notre saint Ange gardien.

TRANSFIGURATION DE NOTRE SEIGNEUR,

1. Prél. Je me représenterai Jésus sur le Thabor dans l'éclat de sa gloire. II Prél.Je demanderai la grâce de méditer avec fruit ce grand mystère.

I. POINT. MYSTÈRE DE LA TRANSFIGURATION. CONSIDÉRATIONS. Jésus, dit l'Évangéliste saint Matthieu, prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et les conduisit seuls sur une montagne à l'écart. Et il se transfigura en leur présence; son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la neige. En même temps les apôtres virent apparaître Moise et Elie qui s'entretenaient avec lui. Alors Pierre dit à Jésus : Seigneur, il est bon pour nous d'être ici ; si vous voulez, dressons ici trois tentes, une pour une pour Moïse et une pour Élie. Il parlait encore lorsqu'une nuée lumineuse les couvrit; et de cette nuée il sortit une voix qui dit : Celuici est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection; écoutez-le. A ces paroles les disciples, saisis de frayeur, tombèrent le visage contre terre. Mais Jésus s'approchant les toucha, et leur dit : Levez-vous et ne craignez point, Alors, levant les yeux, ils ne, virent plus que Jésus seul (Ch. 17).

APPLICATIONS. Le grand événement de la Transfiguration nous est représenté ici dans tous ses détails : on croirait y assister ; c'est un tableau plutôt qu'un récit. Contemplons attentivement ce tableau, en considérant tour à tour les personnes, leurs paroles et leurs actions. Que de belles pensées, que de grands sentiments, que d'utiles applications cette contemplation nous suggérera ! Ne craignons pas d'y consacrer trop de temps. Quand même on y donnerait toute la méditation, le temps serait trèsutilement employé.

AFFECTIONS. Que vos tabernacles sont aimables, Seigneur! Un jour passé dans votre demeure vaut mieux que mille jours sous les tentes des pécheurs ! J'ai choisi d'être le dernier de votre maison, plutôt que d'habiter sous leur toit (Ps. 81).

RÉSOLUTIONS. Si la manière de méditer suivie dans ce Point, en considérant les personnes, les paroles et les actions m'aide à la dévotion, je ne la négligerai point. (1)

(1) Voir la note, page 169.

II. POINT.

MOTIFS DE LA TRANSFIGURATIOX.

CONSIDÉRATIONS. Huitjours s'éiaient écoulés depuis que Jésus avait prédit å ses apôtres sa Passion et sa mort, depuis qu'il leur avait déclaré ouvertement qu'eux aussi ils devaient être prêts à renoncer à tout, à la vie même, pour son nom et pour l'Évangile. Ces paroles du Maître avaient jeté les disciples dans la tristesse et dans des doutes qui pouvaient les faire chanceler dans la foi. C'est pour détruire ces funestes impressions et pour leur communiquer la force de subir plus tard le martyre, que Jésus voulut leur donner, tout à la fois, une preuve éclatante de sa divinité et un avant-goût des délices qui leur étaient préparées dans le ciel. Tels furent les principaux motifs de la Transfiguration.

APPLICATIONS. Voilà comment Dieu a coutume d'agir aussi à notre égard : s'il permet que de tristes souvenirs ou des prévisions effrayantes nous jettent dans la désolation, dans le doute ou dans l'abattement, il a soin d'y mettre un terme en faisant briller à nos yeux un rayon de la gloire céleste, qui dans ses intentions paternelles doit dissiper nos ténèbres, et nous dilater le cæur en le remplissant des plus doux sentiments de confiance et de joie.

AFFECTIONS. Deniandez pardon des défiances ou des insidélités auxquelles vous vous êtes laissé aller au temps de la désolation.

RÉSOLUTIONS. S'efforcer de conserver en tout temps la paix du cæur, et d'être toujours égal à soi-même.

III. POINT.

LE RAVISSEMENT DE SAINT PIERRE.

CONSIDÉRATIONS. Lorsque Pierre, ravi hors de luimême à la vue de l'humanité glorifiée de Jésus, s'écria : Seigneur, il est bon pour nous d'être ici; dressons ici trois tentes, saint Marc nous fait observer qu'il ne savait pas ce qu'il disait. Non enim sciebat quid diceret (Ch. 9.), parce qu'il ne comprenait pas alors les fins que Jésus se proposait en manifestant sa gloire. Plus tard il comprit, et le souvenir de la Transfiguration soutenait son courage au milieu des plus rudes épreuves. Il en prenait aussi fréquemment occasion d'exhorter les fidèles à persévérer dans la foi qu'ils avaient embrassée, comme nous le voyons dans sa seconde Epitre, où il leur rappelle toutes les circonstances de ce glorieux événement qui s'était passé sous ses yeux (Ch. 1).

APPLICATIONS. A l'exemple du prince des apôtres, entrons dans les vues de notre aimable Sauveur : puisons, dans la méditation de sa glorieuse Transfiguration, des pensées de courage et de générosité; disons-nous : Si l'aspect momentané de l'humanité glorifiée de Jésus-Christ a pu enivrer de joie et de bonheur l'apôtre, que sera-ce de la contempler éternellement dans le ciel ! Et dans l'attente de cette félicité qui nous est promise, nous nous écrierons au temps de l'épreuve, avec saint Paul : Toutes les souffrances de la vie présente ne méritent pas d'être mises en parallèle avec la gloire qui doit éclater un jour en nous (Aux Rom. 8).

COLLOQUE. Avec les trois Apôtres témoins de la Transfiguration.

ENFANT LUNATIQUE,

FOSSÉDÉ DU DÉMON.

1. Prél. Je me représenterai le père du possédé à genoux aux pieds de Jésus.

II. Prél. Je demanderai de vifs sentiments de foi, de zèle et de commisération pour les malheureux.

I. POINT. ON ANÈNE A JÉSUS UN POSSÉDÉ LUNATIQUE QUE LES

APOTRES N'ONT PU GUERIR. CONSIDÉRATIONS. Notre Seigneur et les trois apôtres témoins de sa Transfiguration avaient passé la nuit sur le Thabor : le jour suivant, comme ils en descendaient, une grande foule de peuple se porta à leur rencontre. Or Jésus, étant venu au lieu étaient restés ses neuf autres apôtres, vit autour d'eux une grande multitude d'hommes et plusieurs Scribes qui disputaient avec eux. Le sujet de la dispute était, à ce qu'il paraît, l'inefficacité d'un exorcisme tenté par les apôtres, en l'absence de leur Maître; car, à peine Jésus eut-il demandé : De quoi disputez-vous ensemble ? qu'un homme perçant la foule vint se prosterner devant lui et dit : Maître, ayez pitié de mon fils, car il est lunatique et misérablement tourmenté. Le démon s'en empare tout-à-coup, le jette à terre et l'agite violemment et, quand il le quitte, mon enfant est comme disloqué et desséché. Je l'ai présenté à vos disciples, et je les ai priés de chasser le démon et ils ne l'ont pas pu ! (s. Marc. et s. Luc. 9. s. Matt. 17.)

APPLICATIONS. Nous voyons ici le génie cruel et tyrannique du démon. Dieu lui avait permis de posséder cet

« PreviousContinue »