Page images
PDF
EPUB

låtres et barbares de venir à Jésus-Christ, de connaître et de pratiquer la doctrine de son Évangile, pour devenir des peuples modèles en qui se retrouve tout ce que la vertu a de plus aimable et suppose de plus héroïque ! Ceux au contraire qui ont abandonné cette doctrine, comme les sectateurs de Mahomet, sont retombés dans la barbarie ; ceux qui l'ont altérée par les hérésies sont retombés dans le chaos du doute et des opinions humaines; ceux qui s'en sont séparés par le schisme sont devenus - le jouet des caprices de la puissance séculière!

APPLICATIONS. Qu'il est doux et consolant pour nous que le Seigneur, comme le disait saint Pierre aux premiers chrétiens, a appelés, dans la personne de nos ancêtres, des ténèbres de l'idolâlrie à son admirable lumière (1. Ep. Ch. 2); pour nous qui, nés de parents catholiques, avons été initiés, dès notre enfance, à la connaissance et å l'amour pratique de Jésus-Christ. Prenons garde de nous montrer indignes de tant de faveurs.

AFFECTIONS. Admiration. -Reconnaissance. -Désirs d'exceller dans la connaissance et dans l'amour de Jésus.

RÉSOLUTIONS. S'efforcer de faire connaître et aimer Jésus-Christ.

1

III. POINT. CELUI QUI SUIT JÉSUS, A LA LUMIÈNE DE LA VIE.

ConsIDÉRATIONS. Celui qui me suit, ajoute le divin Sauveur, ne marche pas dans les ténèbres ; il aura la lumière de vie : Habebit lumen vitæ (Ibid.), c'est-à-dire, la lumière de la vie spirituelle qui mène à la vie éternelle, à la vision béatifique. L'homme qui vit habituellement dans l'état de gråce, exempt de péché mortel, a le pre

mier degré de cette vie spirituelle; celui qui vit exempt de péché véniel délibéré, en a le second; celui qui, dégagé de toute affection terrestre, tend habituellement à la parfaite imitation de Jésus-Christ, en a le troisième.

APPLICATIONS. Vous appréciez et vous enviez le bonheur de ceux qui parviennent à ce troisième degré, parce qu'ils ont dès cette vie l'abondance des lumières spirituelles, source d'ineffables douceurs, et qu'ils auront dans le ciel une plus large part aux délices de la vision béatifique... Ne désespérez pas de l'atteindre. Jésus vous .y invite ; il vous donne les moyens d'y parvenir. Mettez-les en pratique avec humilité, confiance, persévérance, et le succès couronnera vos efforts.

COLLOQUE. Avec votre bon Ange gardien.

SUITE DU SERMON DE JÉSUS.

CONTRADICTIONS ET VIOLENCES DES PHARISIENS.

I. Prél. Voir les Scribes et les Pharisiens épiant les discours de Jésus.

II. Prél. Demander une vive horreur de l'esprit de contradiction.

I. POINT.

ESPRIT DE CONTRADICTION DES PHARISIENS.

CONSIDÉRATIONS. Je suis la lumière du monde. Le Sauveur avait à peine proféré ces solennelles paroles que les Pharisiens l'interrompirent en disant : Vous rendez témoignage de vous-même. Ce témoignage n'est pas valable. Jésus répondit : Mon témoignage fait autorité parce que je ne suis pas seul : j'ai avec moi mon père qui m'a envoyé. Mais est votre Père ? lui dirent-ils alors. Et il leur réjiondit : Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père... Puis, s'adressant à ceux qui avaient cru en lui, il dit : Si vous pratiquez ce que je vous enseigne, vous serez vraiment mes disciples, vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. Quelques Pharisiens -dessus s’écrièrent : Comment pouvez-vous dire : Vous serez libres? Nous sommes les enfants d'Abraham; nous n'avons jamais été esclaves de personne ! ... Jésus repartit : Je vous dis en vérité que quiconque commet le péché est esclave du péché (s. Jean. 8).

APPLICATIONS. Ces fréquentes et impertinentes interruptions des Pharisiens prouvent que c'était un parti pris chez eux de contredire Jésus-Christ, uniquement parce que, sous le rapport du savoir, de la sainteté et de l'autorité, il leur était infiniment supérieur. Leur orgueil en était blessé ; de lå l'envie et l'esprit de contradiction... Hélas ! cet esprit ne se fait-il pas remarquer aussi quelque peu en vous?... Et contre qui peut-être se manifestet-il surtout? N'est-ce pas contre ceux devant qui votre infériorité sous plusieurs rapports est forcée de s'incliner et devrait se taire? Examinez-vous attentivement.

AFFECTIONS. Demandez à Dieu de bien faire cet examen, dans une matière où l'orgueil nous met d'ordinaire un bandeau sur les yeux,

RÉSOLUTION3. Craindre et détester l'esprit de jalousie et de contradiction.

II. POINT.

ZÈLE ET PATIENCE ADMIRABLES DE JÉSUS.

CONSIDÉRATIONS. Le mauvais esprit et les insolences des Pharisiens ne lassèrent point le zèle et la patience du bon Pasteur : il fit de nouveaux efforts pour les convertir. Si vous êtes les enfants d'Abraham, leur dit-il, faites des Quvres dignes d'Abraham. Mais, loin de , vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité. Vous voulez accomplir les désirs du démon, qui, depuis le jour de sa prévarication, n'a point cessé de haïr la vérité ; et c'est lui que vous éеoutez! Gelui qui est enfant de Dieu écoute les paroles de Dieu; si quelqu'un garde ma parole, il ne mourra jamais. A ces mots, tous s'écrièrent : Maintenant nous avons la preuve que vous êles un démoniaque: Abraham et tous nos prophètes sont morts, et vous dites : Si quelqu'un garde ma parole, il ne mourra jamais!... Pour qui donc vous donnez-vous ? (Ibid.)

APPLICATIONS. Admirez le zèle et la patience de votre divin Maître, et efforcez-vous de l'imiter. Si, à votre tour, dans l'exercice du zèle ou de la charité vous rencontrez des esprits indociles ou même rebelles et insolents ne nous rebutez pas : ne désespérez pas de les gaguer. Que si vous n'y réussisez point, votre zèle et votre charité ne recevront pas nioins leur récompense.

AFFECTIONs. Demandez le coeur d'un saint François de Sales, d'un saint Vincent de Paul, qui par leur invincible patience et douceur gagnèreat à Dieu tant de pécheurs opiniâtres.

RÉSOLUTIONS. S'efforcer de remplir le précepte du grand Apôtre : Ne vous laissez point vaincre par le mal, mais triomphez du mal par le bien (Aux. Rom. 12).

III. POINT. SUITES TERRIBLES DE L'ESPRIT DE CONTRADICTION ET

D'OPPOSITION A LA GRACE. CONSIDÉRATIONS. Jésus sit un dernier effort pour convertir ses contradicteurs : il leur prouva qu'il était le Fils éternel de Dieu, le désiré des nations prédit par les

prophètes. Si je me glorifie moi-même, dit-il, ma gloire n'est rien; c'est mon Père qui me glorifie..... Abraham a siré de voir mon jour; il l'a vu, et il en a éprouvé une grande joie. Comment, lui dirent alors les Juifs, vous n'avez pas encore cinquante ans, et vous avez vu Abraham ! ! Je vous le dis en vérité, répondit Jésus : Je suis avant qu'Abraham fût . (Ibid.) De ces courtes paroles les Juits conclurent que Jésus se proclamait, ce qu'il était en effet, l'égal de Dieu. Ils le traitèrent de blasphémateur sacrilége, et ils allèrent chercher des pierres pour le lapider. Mais Jésus se déroba et sortit du temple. (Ibid.)

APPLICATIONS. Pour concevoir une vive horreur de l'esprit de contradiction et de la résistance à la grâce, voyez jusqu'où en vinrent ceux-là mênes qui étaient les dépositaires de la science et de la loi dans Israël : jusqu'à l'aveuglement spirituel et à l'obstination, jusqu'à l'endurcissement de l'impiété, jusqu'à l'impénitence finale ! Ces paroles de Jésus-Christ l'attestent : Vous mourrez dans vos péchés. Moriemini in peccatis vestris. (Ibid.) Tenezvous donc bien en garde contre l'esprit de contradiction, qui mène souvent à l'opiniâtreté et aux derniers malheurs.

COLLOQUE. Avec l'illustre martyr saint Janvier, dont on fait la fete aujourd'hui, et que Dieu se plaît à glorifier manifestement de nos jours encore.

« PreviousContinue »