Page images
PDF
EPUB

faim, et vous ne m'avez pas donné à manger... (s. Matt. 26.)

APPLICATIONS. Quand même donc vous n'auriez en vue que vos propres intérêts, quel puissant mütif de vous efforcer d'exceller dans la charité fraternelle, d'éviter au moins tout ce qui y est opposé, et de combattre énergiquement l'amour déréglé de vous-même, cause première de toutes vos infractions aux lois de la charité !

COLLOQUE. Avec Jésus-Christ, Roi des martyrs de la charité.

SUR LA CHARITÉ ENVERS LE PROCHAIN:

QUALITÉ QU'ELLE DOIT AVOIR.

I. Prél. Entendre dire à Jésus ces paroles : Aimez-vous les uns les autres comme moi je vous ai aimés (s. Jean. 13).

II. Prél. Demander à Dieu la grâce de pratiquer la charité dans toute sa perfection.

I. POINT.

NOTRE CHARITÉ DOIT ÊTRE SURNATURELLE ET UNI

VERSELLE.

CONSIDÉRATIONS. Jésus-Christ veut que nous nous aimions comme il nous a aimés... ut diligatis invicem sicut dilexi vos; or il nous a aimés d'un amour surnaturel et universel; d'un amour actif et compatissant; d'un amour généreux, héroïque. Telles sont les qualités que doit avoir notre charité. Avant tout, elle doit être surnaturelle, basée sur la foi, qui nous fait voir et aimer dans le prochain l'image vivante de Dieu, les membres du corps mystique de Jésus-Christ, ou plutôt Jésus-Christ lui-même, qui nous dit qu'il regarde comme fait à lui ce qu'on fait au

moindre des siens (s. Matt. 28). Si notre charité est surnaturelle, elle sera par là même universelle, puisque tous les hommes sont enfants de Dieu, frères de Jésus-Christ.

APPLICATIONS. Ne partagez-vous pas l'erreur de beaucoup de chrétiens qui se flattent d'avoir la charité et n'en ont que l'apparence? Froids ou indifférents, en général ils sont pleins d'attentions et de prévenances pour les personnes dont le crédit et l'influence leur sont utiles, pour celles en qui ils remarquent une grande conformité de caractère ou certains attraits extérieurs qui les captivent. Dans tout cela il n'y a pas même l'ombre de la vraie charité ; il n'y a qu'intérêt ou égoïsme, que sympathie, que sensualité ! Ayez horreur de si grossières illusions, et attachez-vous à faire de nouveaux progrès dans la vraie charité, la charité surnaturelle, qui voit dans tous les hommes l'image vivante de Dieu, les membres du corps mystique de Jésus.

. AFFECTIONS. Væux ardents de réaliser en vous l'idéal de la parfaite charité.

RÉSOLUTIONS. Dans la pratique de la charité se tenir en garde contre l'égoïsme et l'attrait des sens.

II. POINT.

ELLE DOIT ÊTRE ACTIVE ET COMPATISSANTE.

CONSIDÉRATIONS. La charité de Jésus ne fut pas simplement affectueuse, renfermée dans son ceur compatissant; elle se manifesta par les ouvres. Sa vie publique, telle que nous l'avons méditée å diverses reprises, ne fut qu'une série non interrompue d'actes de charité, d'une charité active et prévenante.

APPLICATIONS. Votre charité a-t-elle ces qualités ? Estelle active? Se montre-t-elle par les effets, par l'empressement et la constance à aider le prochain, à le soulager, à le consoler, autant qu'il est en votre pouvoir ? Est-elle prévenante, attentive aux besoins, aux souffrances du prochain ? Ne mettez-vous pas au contraire vos services, pour ainsi dire, au prix d'humiliantes supplications? N'êtesvous pas du nombre de ceux qui, voyant quelqu'un dans de grands embarras, ne lui viennent en aide que de mauvaise grâce? Ah ! si votre foi était plus vive, votre charité serait plus parfaite : vous iriez au devant des occasions de soulager votre prochain, songeant å la parole de votre divin Sauveur : que c'est lui que vous obligez dans la personne de votre prochain.

AFFECTIONS. Demandez une foi vive, une charité active et prévenante.

RÉSOLUTIONS. Si l'on avait offensé ou contristé quelqu’un, même involontairement, en demander pardon ou lui faire des excuses; redoubler d'attentions à son égard.

lll. POINT. ELLE DOIT ÊTRE GÉNÉREUSE ET HÉROIQUE.

CONSIDÉRATIONS. L'amour que Jésus nous porta eut pour objet non-seulement les besoins du corps, mais aussi et surtout ceux de l'âme. Cet amour, il le porta jusqu'à l'immolation de lui-même, jusqu'à l'héroïsme : puisque personne, comme il le dit lui-même, ne peut donner à ses amis une plus grande preuve d'amour que de donner sa vie pour eux, comme il l'a fait réellement pour nous tous (s. Jean. 15).

APPLICATIONS. Ce doit être là le modèle et la mesure de notre charité. Il faut qu'elle soit généreuse, qu'elle nous détermine à faire, au besoin, d'héroïques sacrifices pour les intérêts surtout spirituels du prochain. En attendant que l'occasion de le faire se présente, vous devez au moins, autant qu'il est en vous, les détourner du mal et les soutenir, les encourager dans la pratique du bien par vos exemples encore plus que par vos paroles. Est-ce ainsi que vous avez compris et pratiqué la charité? En quoi y manquez-vous d'ordinaire?

COLLOQUE. Avec l'archange saint Michel, défenseur spécial de la sainte Église et de tous les fidèles. Ce jour est solennisé en son honneur dans le monde entier.

JÉSUS DANS LA MAISON

DE MARTHE ET DE MARIE.

1. Prél. Voir Marie-Madeleine en contemplation aux pieds de Jésus.

11. Prél. Demander la grâce de joindre la contemplation à l'action.

I. POINT.

VISITE DE JÉSUS A MARTHE ET A MARIE.

CONSIDÉRATIONS. Jésus, qui n'avait plus de domicile depuis qu'il avait quitté Capharnaüm, prenait fréquemment sa nourriture et son repos là où on le priait d'accepter l'hospitalité. C'est ainsi qu'au rapport de saint Luc, étant entré, lui et ses apôtres, dans le bourg de Béthanie, une femme nommée Marthe les reçut dans sa maison. Elle avait une saur appelée Marie qui se tenant assise aux pieds de Jésus écoutait sa parole, tandis que Marthe était fort occupée à préparer tout ce qu'il fallait pour le repas (Ch. 10).

APPLICATIONS. En considérant ces deux seurs offiant un si grand contraste de goûts et d'occupations et néanmoins si étroitement unies entre elles, pensez à la possibilité qu'il y a pour vous d'unir la vie d'action ou, pour parler ainsi, la vie extérieure, à la vie d'anion habituelle avec Dieu par des prières jaculatoires, d'après le pré-cepte de Jésus : Il faut toujours prier. Oportet semper orare (s. Luc. 18) : cette union, qui approche de la contemplation, figurée par Marie aux pieds de Jésus, ne consiste donc pas uniquement à joindre quelques pratiques de piété aux bonnes auvres, mais à les accompagner toutes de l'esprit intérieur et à conserver l'esprit d'union avec Dieu par l'intention et les affections, au milieu même de la dissipation et du bruit du monde. Qu'elle est heureuse l'âme qui parvient à cette union ! Tachez d'etre du nombre de ces âmes fortunées.

AFFECTIONS. Demandez à l’Esprit-Saint qu'il vous enseigne la pratique de cette admirable union.

RÉSOLUTIONS. Je m'efforcerai de me rendre familière une prière jaculatoire, qui me tienne constamment uni Dieu.

II. POINT.

RÉPONSE DE JÉSUS AUX PLAINTES DE MARTHE CONTRE

MARIE.

CONSIDÉRATIONS. En attendant l'heure du souper, Marie se tenait donc dans un doux repos, assise aux pieds de Jésus, nourrissant son âme de la divine parole; Marthe au contraire était tout entière aux détails du ménage, préparant beaucoup de choses avec grande sollicitude ; mais, voyant que Marie ne se levait pas pour prendre part å

« PreviousContinue »