Page images
PDF
EPUB

ma bonne volonté : elle est si peu constante, souvent si peu généreuse !

RÉSOLUTIONS. Je parcourrai ma journée, afin de voir où et quand je puis appliquer mes résolutions.

III. POINT. AVIS POUR NOUS RÉGLER DANS NOS PENSÉES ET

DANS NOS DÉSIRS. CONSIDÉRATIONS. «Pensez durant tout le jour à ce que vous avez médité le matin... Faites souvent des actes d'amour de Dieu... Ne pensez point aux imperfections des autres, mais seulement à leurs vertus; pour ce qui vous regarde, ne pensez qu'à vos défauts... Songez que vous n'avez qu'une âme; que vous ne mourrez qu'une fois; que vous n'avez qu'une vie qui est courte ; qu'il n'y a qu'une gloire qui est éternelle, et vous vous détacherez de bien des choses... Cherchez Dieu en toutes choses, et vous le trouverez... Que votre désir soit de voir Dieu ; votre crainte de le perdre; votre douleur de ne pas le posséder encore; votre joie, ce qui peut vous conduire å lui, et vous vivrez dans une grande paix. »

APPLICATIONS. Prenez la résolution, après un examen attentif, de réformer tout ce qui en vous est contraire aux sages conseils renfermés dans ce troisième Point. COLLOQUE. Avec sainte Térèse.

Priez-la de vous obtenir quelque chose des divines lumières et des célestes faveurs qu'elle reçut en si grande abondance.

PARABOLE DE LA DRACHME

FERDUE ET RETROUVÉE.

1. Prél. Représentez-vous notre divin Sauveur proposant cette parabole.

II. Prél. Demandez la grâce d'en bien comprendre le sens et l'application.

I. POINT.

LA DRACHME FIGURE DE LA GRACE SANCTIFIANTE.

CONSIDÉRATIONS. La parabole de la drachme perdue tend au même but que celle de la brebis égarée, mais l'application des deux figures n'est pas la même : Quelle est la femme, dit Jésus, s'adressant encore aux Pharisiens, qui ayant dix druchmes, si elle en a perdu une, n'allume pas la lampe, ne balaie la maison, et ne la cherche jusqu'à ce qu'elle la trouve (s. Luc. 11)? Cette femme, disent les interprètes, est la figure de tout chrétien qui a eu le malheur de perdre la grâce sanctifiante. Mais que cette image est imparfaite! La drachme était une pièce de monnaie qui n'avait qu'une valeur médiocre, au lieu que la grâce sanctifiante a un prix infini : elle est le prix du sang d'un Dieu; celle-là ne pouvait procurer que quelques avantages terrestres, au lieu que celle-ci donne droit à l'héritage céleste. Cependant cette femme s'estima fort malheureuse d'avoir perdu sa drachme, et elle ne se donna point de repos qu'elle ne l'eût retrouvée.

APPLICATIONS. Remarquez avec douleur combien contraste la conduite de cette femme de la parabole, avec l'aveuglement de tant de chrétiens, qui par le péché mortel ont perdu la grâce sanctifiante ; qui l'ont perdue depuis des semaines, des mois, des années peut-être, et qui ne font rien

pour la recouvrer. Les malheureux ! en la perdant ils ont perdu l'amitié de Dieu, perdu les droits acquis dans le saint baptême au royaume des cieux; et ils ont ouvert sous leurs pieds l'abîme de l'enfer. Si la mort vient les surprendre dans cet état, l'arrêt de leur damnation est irrévocable !.. Compatissez à leur aveuglement, mais d'une manière efficace, en saisissant toutes les occasions de les éclairer, de leur inspirer une frayeur salutaire, ou tout au moins en priant pour eux.

AFFECTIONS. Éclairez, Seigneur, ceux qui sont assisdans une fausse sécurité, - environnés des ténèbres et de l'ombre de la mort (s. Luc. 1).

RÉSOLUTIONS. Ne laisser passer aucun jour sans offrir à Dieu quelques ferventes prières, quelques mortifications pour la conversion des pécheurs.

II. POINT.

LA DRACHME, FIGURE DE LA GRACE DE LA DÉVOTION.

CONSIDÉRATIONS. Dans la femme de la parabole, nous pouvons voir, en second lieu, le chrétien qui a perdu la grâce de la dévotion : de cette tendre et onctueuse piété qui lui donnait tant de facilité pour pratiquer la vertu, pour s'unir à Dieu, au milieu même des affaires les plus distrayantes; de cette piété solide qui lui faisait trouver des douceurs et des charmes jusque dans les humiliations, les mortifications et les privations de tout genre.

APPLICATIONS. Il n'est point de perte à laquelle nous devrions etre plus sensibles qu'à la perte de cette grâce de la dévotion, parce qu'elle est pour nous la source de tous les biens. Cependant que faisons-nous pour la recou

vrer quand nous l'avons perdue? Ne nous contentons-nous pas de gémir ou de nous plaindre de nos sécheresses, de dire avec Job : Ah ! qui me donnera de revoir ce temps de ma jeunesse - de ma première ferveur, — quand le Seigneur était avec moi (Ch. 29) ! Faisons mieux : reprenons nos premières habitudes de régularité, de recueillement et de mortification; reprenons surtout notre fidélité première à nous acquitter avec ferveur de nos exercices spirituels, et nous retrouverons la drachme perdue, la grâce de la dévotion.

AFFECTIONS. Demandez à Dieu la grâce d'être fidèle å ces bonnes aspirations; la force et la persévérance que demandera l'exécution.

RÉSOLUTIONS. J'éviterai soigneusement tout ce qui peut me faire perdre la dévotion.

III. POINT, JOJE QUE CAUSE LA DRACIME RETROUVÉE, FIGURE DE

LA JOIE QUE CAUSE AUX ANGES LE RETOUR DU PÉCHEUR. CONSIDÉRATIONS. Considérez la joie qu'éprouve la femme d'avoir retrouvé la drachme; elle sent le besoin de communiquer son bonheur, elle assemble ses amies et ses voisines, et leur dit : Réjouissez-vous avec moi parce que j'ai trouvé la drachme que j'avais perdue is. Luc. 15).

APPLICATIONS. Quelle est la vérité cachée sous ce langage figuré? Jamais personne n'eût pu la découvrir, si le Sauveur ne nous l'eût fait connaître, tant elle est surprenante : C'est ainsi, conclut-il, que parmi les anges du ciel on se réjouira de la conversion d'un seul pécheur. (Ibid.) Ne peut-on pas ajouter : Et du retour à la ferveur d'une âme qui était tombée dans le relâchement? - Quel encou

ragement! O vous donc, qui peut-être par vos longues infidélités, avez contristé les Esprit bienheureux, empressez-vous de les consoler, de les réjouir par une prompte et parfaite conversion. Tous les avantages vous en doivent revenir : pourriez-vous hésiter?

COLLOQUE. Avec votre Ange gardien.

PARABOLE DES INVITÉS AU FESTIN.

1. Prél. Se représenter Jésus proposant la parabole.

II. Prél. Demander la grâce de surmonter et d'aider les autres à surmonter les trois obstacles au salut, signalés par Jésus-Christ dans cette parabole.

I. POINT. L'ORGUEIL, PREMIER OBSTACLE AU SALUT. CONSIDÉRATIONS. Un homme, dit Jésus, prépara un grand festin et invita beaucoup de convives. Mais tous s'excusèrent : J'ai acheté une métairie, dit l'un, il faut que j'aille la voir, j'ai fait acquisition de cinq attelages de bæufs, dit un autre, je vais en faire l'essai; je viens de me marier, dit un troisième, je ne saurais venir: excusezmoi. Alors le père de famille indigné dit à son serviteur : Amenez ici les pauvres... et les aveugles... jusqu'à ce que ma maison soit remplie; car je vous déclare qu'aucun de ceux qui étaient invités n'aura part à mon festin (s. Luc. 14). Considérons dans cette parabole, figure de la vocation des Juifs et des Gentils å la lumière de la foi, les trois grands obstacles qu'au témoignage de Jésus-Christ les hommes mettent à leur entrée au banquet céleste, au salut éternel.

APPLICATIONS. J'ai acheté une métairie, je ne saurais venir. Les projets d'agrandissement, l'orgueil, le faste par

« PreviousContinue »