Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

seigneurs et aux guerriers entre qui Conan avait partagé ses nouveaux États.

Mais Dieu avait accepté le veu de la Sainte; il fit en sorte qu'elle pût y rester fidèle jusqu'à la mort. Voici ce qui arriva : la flotte qui portait la pieuse colonie fut jetée par la tempête sur les côtes du Nord, vers l'embouchure du Rhin et tomba entre les mains des Huns, peuple idolâtre et cruel. Gaunus, leur chef, épris des belles qualités d'Ursule, s'efforça de la faire apostasier afin de se l'unir en mariage. La Sainte protesta avec une noble fierté qu'elle était l'épouse de Jésus-Christ, qu'elle et ses compagnes mourraient plutôt mille fois que d'être infidèles aux serments de leur baptême. Alors le barbare, passant de l'amour à la fureur, ordonna à ses soldats de les mettre toutes à mort. C'est ainsi qu'Ursule mérita la double couronne de la virginité et du martyre.

APPLICATIONS. Admirez et adorez la conduite de Dieu sur ses élus. Il les mène par des voies admirables à leurs dernières fins. Il sait y faire concourir, comme on vient de le voir, la fureur des éléments et des méchants. La tenipête qui jeta Ursule et ses nombreuses compagnes sur une terre barbare où elles tombèrent sous le tranchant du glaive, fut sans doute regardée par leurs amis comme un immense malheur; plusieurs se dirent peut-être en euxmêmes : Pourquoi Dieu n'a-t-il pas veillé sur des personnes qui lui étaient si dévouées ? pourquoi ne les a-t-il pas sauvées de la tempête et du naufrage?... Et c'est précisément cette tempête et ce naufrage qui, dans les desseins miséricordieux du Seigneur, devaient les conduire sûrement au port du salut, leur procurer la gloire et la félicité du martyre!

C'est ainsi que tout tourne à l'avantage de ceux qui aiment le Seigneur Aux Rom. 8). Ces pensées ne sontelles pas bien propres

å fortifier en vous la foi, la confiance et la constance dans l'adversité ?

AFFECTIONS. Demandez par l'entremise des saintes Martyres une foi très-vive en la Providence; une confiance sans bornes.

RÉSOLUTIONS. Raisonner et agir en hommes de foi, au temps des épreuves.

II. POINT. GLOIRE DE L'APOSTOLAT DE SAINTE URSULE,

CONSIDÉRATIONS. Sainte Ursule eut le bonheur, rare parmi les personnes de son sexe, de joindre à la couronne de la virginité et du martyre celle de l'apostolat. En effet, à mesure que se réunissaient autour d'elle les filles qu'elle devait conduire dans les Gaules, elle les instruisait et les fortifiait dans la foi, dans l'amour de Dieu et de la chasteté; elle s'efforçait d'en faire de vraies et dignes épouses de Jésus-Christ. Les fruits de son zèle furent admirables : toutes ses compagnes, à l'heure du combat, demeurerent fidèles jusqu'à la mort. A sainte Ursule revient la gloire de les avoir préservées de la séduction, d'en avoir fait des enfants de Dieu, des martyres vénérées et invoquées dans le monde entier... Cependant la gloire de l'apostolat d'Ursule ne finit pas avec sa vie : il a plu à Dieu de le perpétuer dans ces nombreuses communautés de Vierges qui, sous le nom d'Ursulines, se dévouent avec non moins de succès que

de zèle à l'instruction et à l'éducation de la jeunesse, préservent de la contagion du monde des milliers de jeunes personnes et en font des enfants de Dieu. L'esprit de sainte Ursule, religieusement conservé dans les maîtresses, se communique à leurs élèves.

APPLICATIONS. Efforcez-vous aussi de faire revivre et de fortifier en vous l'esprit des premiers apotres du pays où vous habitez; l'esprit et les nobles sentiments de vos patrons ou patronnes du saint baptême; et, si vous avez des enfants à élever ou å instruire, efforcez-vous de leur communiquer cet esprit : c'est le plus sûr moyen d'en faire des enfants de Dieu, des enfants du ciel, et de vous assurer å vous-même une double récompense dans le ciel.

COLLOQUE. Avec la glorieuse sainte Ursule. - S'unir à ses enfants dans le ciel et å ses enfants sur la terre, pour la féliciter et implorer le secours de sa puissante entremise auprès de Dieu.

SUITE DE LA MÉDITATION PRÉCÉDENTE.

APOSTOLAT DE L'ÉDUCATION.

1. Prél. Représentez-vous sainte Ursule instruisant et exhortant la troupe nombreuse de jeunes vierges qui devaient être embarquées avec elles.

II. Prél. Je demanderai à Dieu, comme une grande faveur, de pouvoir concourir à l'apostolat de l'éducation chrétienne.

I. POINT.

APOSTOLAT DE L'ÉDUCATION, EN GÉNÉRAL. CONSIDÉRATIONS. La méditation précédente rappelle nos pensées sur l'éducation de la jeunesse, à laquelle les Enfants de sainte Ursule se dévouèrent par profession, les premières parmi les Religieuses. Aujourd'hui les ordres enseignants et se dévouant à l'oeuvre de l'éducation l'emportent en nombre sur les ordres purement contemplatifs. C'est un bienfait signalé de la Providence en faveur de ce qui doit le plus contribuer au bonheur de l'humanité. En effet c'est l'éducation qui forme l'homme, qui façonne les générations, qui décide du sort des individus dans le temps et dans l'éternité; du sort des familles et des États. C'est la bonne éducation qui doit donner au sanctuaire de dignes ministres ; å l'État, des législateurs, des magistrats intègres; aux familles, des pères et des mères exemplaires, des enfants bien élevés ; à la religion, des protecteurs, au ciel, des élus... Il est des œuvres de zèle plus éclatantes que celle de l'instruction de l'enfance, de l'éducation de la jeunesse, mais il n'en est point de plus solides, de plus fructueuses, de plus dignes de l'estime de Dieu et des hommes.

APPLICATIONS. Si vous êtes bien pénétré de ces vérités, vous vous estimerez heureux de pouvoir soutenir et multiplier autour de vous les bonnes écoles, placées sous l'inspection ou le patronage de la religion ; vous ferez servir avec bonheur votre fortune et tout ce que vous avez d'influence à cette cuvre éminente de zèle; vous encouragerez en particulier et soutiendrez selon votre pouvoir les institutions et communautés religieuses qui se dévouent avec tant de désintéressement et d'héroïsme au saint apostolat de l'éducation ; vous vous unirez aux ministres de l'Eglise pour flétrir le système irréligieux et antisocial de ceux qui prétendent faire l'éducation du peuple par l'instruction séparée de la religion, par l'enseignement d'une morale qui n'est appuyée sur aucun motif surnaturel, qui n'a pas sa sanction dans les chatiments et les récompenses d'une autre vie.

AFFECTIONS. Demandez à Dieu comme une grande faveur d'être très-assectionné à l'ouvre de l'éducation chrétiemne, surtout de l'enfance pauvre, et d'y pouvoir concourir efficacement.

RÉSOLUTIONS. Prôner et soutenir de sa fortune, autant qu'on le peut, les bonnes écoles.

II. POINT.

APOSTOLAT DE L'ÉDUCATION CONFIÉ EN PARTICULIER

AUX PÈRES ET AUX MÈRES.

CONSIDÉRATIONS. Cet apostolat, quoique renfermé dans de plus étroites limites, est de la plus haute importance. L'avenir heureux ou malhcureux des enfants et des générations subsequentes en dépend. Si tous les parents remplissaient religieusement les obligations que suppose l'éducation morale chrétienne de leurs enfants, le monde changerait de face. Quelles sont ces obligations, que doivent les parents à leurs enfants en vertu de ces obligations?

Ils leur doivent:-1° l'instruction : il faut qu'ils appellent les premières pensées de l'enfant aux vérités de la religion ; qu'ils lui apprennent à articuler les noms du Bon Dieu, de Jésus et de Marie ; qu'ils lui enseignent, dès qu'il en est susceptible, les actes des vertus theologales, les points de nécessité de moyen et, quand il y est obligé par l'âge, la manière d'entendre la messe, de se confesser, d'observer les commandements de l'Église. — Tout dépend de ces premières impressions et enseignements. Plus tard il faut qu'ils aient grand soin de ne placer leurs enfants que dans des écoles, des pensionnats où préside la

« PreviousContinue »