Page images
PDF
EPUB

AFFECTIONS. Je demanderai pardon de toutes les causes d'alllictions que j'ai données au cæur de Jésus par mes péchés et par mes tiédeurs.

RÉSOLUTIONS. Je veux éviter désormais avec plus de soin tout ce qui pourrait contrister le Cæur de mon aimable Sauveur, et tâcher- de le réjouir par ma ferveur et par mon zèle à lui gagner le ceur des hommes.

II. POINT.

LA RUINE DE JÉRUSALEM, SECONDE CAUSE DES

LARMES DE JÉSUS.

CONSIDÉRATIONS. Jésus affectionnait tendrement Jérusalem : Jérusalem, que son Père Céleste avait choisie pour être le point de ralliement de son peuple élu, pour être la gardienne du temple unique qu'il s'était fait bâtir sur la terre et où il manifestait sa gloire; Jérusalem, appelée la Cité sainte, la Cité de Dieu... Or l'infidélité de ses habitants allait en amener pour toujours la ruine totale. Ce fut là, pour le cæur de Jésus, une seconde cause de douleur et de larmes. Il l'annonça par ces paroles : Ils vierdront pour toi, ces jours malheureux tes ennemis l'environneront de murailles, t'enfermeront et te serreront de toutes parts. Ils te raseront et te fouleront, toi et tes fils qui sont en toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre

ur pierre, parce que tu n'as pas connu le temps tu as été visitée (s. Luc. 19). Cette prédiction était, de la part de Jésus, encore un effet de son zèle pour ramener à lui par la crainte des châtiments temporels les Juifs qui vivaient alors; et, par la vue de l'accomplissement si frappant de cette prophétie, ceux qui vivraient après eux. L'événement vérifia les paroles prophétiques du Sauveur

lorsque, trente-huit ans plus tard, les Romains, instruments des justices de Dieu, entourérent Jérusalem d'un double mur, la réduisirent à la plus horrible famine, en massacrèrent les habitants et ruinèrent la ville de fond en comble.

APPLICATIONS. La ruine de Jérusalem est une image sensible des ruines amoncelées par le péché mortel dans l'âme infidèle : ruine de tous les charmes qu'elle avait aux yeux de Dieu et auxquels a succédé l'horrible laideur de l'esprit infernal; ruine de tous les titres et de tous les droits qu'elle avait acquis dans le saint Baptême; ruine de tous les éléments de paix et de bonheur qu'elle goûtait avant le péché, ruine de toutes les prérogatives de la grâce sanctifiante ; ruine enfin de tous les mérites acquis et du ciel qui en devait être la récompense !

Ces ruines, ne les avez-vous pas aussi amoncelées autour de vous ? 0 Dieu de miséricorde, qui m'avez épargné dans ces jours malheureux, accordez-moi un continuel accroissement d'amour pour vous !

COLLOQUE. Avec votre divin et si compatissant Sauveur. - Remerciez-le de la patience et de la longanimité dont il a usé à votre égard. - Protester de la part que vous prenez à son affliction et à ses larmes, provoquées par l'aveugle obstination de tant de pécheurs et par la pensée de l'inutilité du sang qu'il a versé pour eux, d'après ces paroles qu'il proféra au jardin des Olives : De quelle ulilité sera l'effusion de mon sang! - Offrez-vous à lui en victime d'expiation.

DERNIÈRE SEMAINE DE LA VIE MORTELLE DE JÉSUS.

ÉVÉNEMENTS DU DIMANCHE DIT DES RAMEAUX.

1. Prél. Se représenter Jésus enseignant dans le temple de Jérusalem.

II. Prél. Demander la grâce de se conformer à son exemple.

I. POINT.

JÉSUS EST RECHERCHÉ PAR LES GENTILS.

CONSIDÉRATIONS. Suivons pas à pas le Fils de Dieu, les six derniers jours qu'il passa dans ce monde : moins par une simple curiosité, bien légitime d'ailleurs, que. par l'intérêt qui s'attache à ces jours suprêmes, auxquels on donne le nom de semaine sainte, ou de grande semaine, Ilebdomada major. Le principal événement de ce premier jour (dimanche des Rameaux) est l'entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem. Nous en avons fait déjà le sujet de notre méditation. Après cet événement capital, l'Évangile rapporte d'abord deux autres faits, qui, quoique moins éclatants, ne laissent pas que d'être très-instructifs. Le premier, c'est que Jésus, après avoir reçu les hommages enthousiastes du peuple, se rendit directement au Temple. Et introivit in Templum is. Marc. 11). Le second, c'est que dans la foule qui l'y suivit se trouvaient aussi des Gentils prosélytes, dont quelques-uns eurent le bonheur d'avoir une entrevue avec Jésus. Cette faveur, objet de leurs plus ardents désirs, ils l'obtinrent par les bons offices des apôtres Philippe et André. Quelques Gentils, dit saint Jean, s'adressèrent à Philippe et le prièrent, disant : Seigneur, nous désirons voir Jésus. Philippe en référa à

André, et tous deux en firent la demande à Jésus (Ch. 12).

APPLICATIONS. A l'exemple de votre divin Modèle, quand vous avez eu des succès dans quelque entreprise, empressez-vous d'en faire hommage à Dieu dans son temple; et, si vous passez devant un sanctuaire ouvert au public, entrez-y si vous le pouvez commodément, pour y adorer votre divin Maître.

AFFECTiONs. Demandez pardon de vos froideurs passées, et pour l'avenir plus de dévotion et plus de zèle.

RÉSOLUTIONS. Se piquer de ne le céder à personne en assiduité auprès de Jésus dans le Sacrement de son amour.

II. POINT.

JÉSUS ANNONCE SA MORT PROCHAINE.

CONSIDÉRATIONS. Notre Seigneur, ayant accédé à la demande des apôtres en faveur des Gentils, fit en leur présence, sous la forme de parabole et devant la foule des Juifs, une prophétie dont l'événement allait dans peu de jours leur donner la pleine intelligence: L'heure est venue, dit-il, le Fils de l'homme sera glorifié. En vérité, je vous le dis, si le grain de froment ne meurt pas après qu'on l'a jeté en terre, il demeure seul; mais, quand il est mort, il porte beaucoup de fruits (s. Jean. 12). C'était la prédiction de sa mort prochaine et de la conversion de la gentilité qui en serait le glorieux fruit. Voilà donc à quel prix Dieu avait mis notre rédemption : il fallait que Jésus-Christ mourût pour faire sortir la vie et la régénération du monde du sein même de la mort de la terre å laquelle son corps fut confié en attendant la résurrection.

APPLICATIONS. Quelle leçon pour nous ! Jésus-Christ a acheté sa gloire et a racheté les âmes au prix de sa vie, et nous, nous refuserions de souffrir ! Nous voudrions aller au ciel par une autre voie que par le chemin royal de la croix ! Étrange aveuglement ! Quand enfin en serons-nous guéris?

AFFECTIONS. Confondez-vous devant votre divin Modèle, à la pensée de votre mollesse et de votre lâcheté; de cette continuelle recherche de vos aises, qui vous met en opposition avec la croix de Jésus.

RÉSOLUTIONS. Je porterai désormais ma croix, sinon avec plus d'amour et de joie, du moins avec plus de ré-. signation.

III. POINT. JÉSUS EST TROUBLÉ.

CONSIDÉRATIONS. Maintenant, dit alors Jésus, mon âme est troublée. (Ibid.) Quelle est la cause de ce trouble? C'est la représentation de l'ignominieuse et cruelle mort qu'il est à la veille de subir. Cependant il se hâte de sanctifier ce trouble par la prière et par une parfaite résignation. Car, après avoir dit : Mon Père, sauvez-moi de cette heure-, il ajoute aussitôt : Mais c'est pour cette heure-que je suis venu dans le monde; et, puisque vous devez être glorifié par ma mort, ne m'épargnez pas : Mon Père, que votre nom soit glorifié. Et å l'instant on entendit une voix du ciel qui dit : Je l'ai déjà glorifié et je le glorifierai encore. (Ibid.) Ainsi les consolations se mêlèrent aux angoisses.

APPLICATIONS. Il ressort de ce trait de la vie de notre Seigneur quelque chose de bien consolant pour nous. Nous y acquérons la certitude que le trouble que nous éprouvons dans la perspective de quelque humiliation ou

« PreviousContinue »