Page images
PDF
EPUB

trez à leurs fruits (s. Matt. 7). Ce second avertissement se lie aux préceptes développés dans le Point précédent : notre divin Maître veut que nous nous tenions en garde, non-seulement contre les hérétiques et les impies, mais encore contre les exemples et les séductions de ceux qui, sous des dehors attrayants mais perfides, pervertissent les âmes.

APPLICATIONS. De même que, dans une terre bien cultivée, on trouve l'ivraie au milieu du bon grain, il peut se faire que, dans les bonnes et pieuses familles ou réunions que vous fréquentez il se rencontre des personnes d'autant plus dangereuses qu'elles ont peut-être pour elles le prestige de la science ou du rang. Vous les connaîtrez à leurs fruits, à leur conduite équivoque, à leur froideur pour la confession et la communion; à leur langage peu réservé au sujet de certaines pratiques pieuses qui ne sont propres, à les en croire, qu'à discréditer la religion dans l'opinion du monde, etc. Fuyez la familiarité de ces esprits mal faits et dangereux; évitez d'entrer en discussion avec eux ; vous y perdriez plus que vous n'y gagneriez. L'expérience ne vous l'a-t-elle pas appris ?

COLLOQUE. Avec votre bon ange gardien, qui vous a préservé de tant de piéges et de tant de périls auxquels vous avez été exposé? ou avec le héros de la fête de ce jour, l'empereur saint Henri, surnommé le Picuz.

FÊTE DE NOTRE-DAME DU MONT-CARMEL

ET DE LA CONFRÉRIE DU SAINT SCAPULAIRE.

1. Prél. Je me représenterai la très-sainte Vierge qui me présente le scapulaire.

II. Prél. Je la prierai de m'aider à le porter avec grand fruit.

I. POINT.

ORIGINE DU TITRE DE NOTRE-DAME DU CARMEL ET DE

LA CONFRÉRIE DU SCAPULAIRE,

CONSIDÉRATIONS. Le Mont Carmel est célèbre par le séjour qu'y firent le prophète Élie et les fils de prophètes, ses disciples. Une tradition porte qu'ils s'y perpétuèrent et que ceux qui vivaient au temps de la promulgation de l'Evangile, s'y soumirent aussitôt qu'ils l'eurent connu. Le bréviaire romain, dans l'office de ce jour, dit qu'ils furent les premiers qui portèrent la vénération pour la sainte Vierge jusqu'à lui ériger une chapelle où ils chantaient en commun ses louanges. Ce serait donc à cette haute antiquité qu'il faudrait remonter pour trouver l'origine du titre de Notre-Dame du Carmel et de l'Ordre célèbre des Carmes. ~ Plusieurs de ces saints religieux s'établirent en Angleterre, vers le milieu du xiiime siècle. C'est dans ce pays, au couvent de Cambridge, que se passa le mémorable événement qui donna naissance à la dévotion du saint Scapulaire. - Un jour que le Bienheureux Simon Stock, général de l'ordre des Carmes, alors violemment persécuté, implorait, avec une ferveur extraordinaire, la protection de la très-sainte Vierge, cette bonne Mère lui apparut (16 juillet 1251), tenant en ses mains un scapulaire, et lui dit avec amour : Reçois, mon cher fils, ce scapulaire de ton ordre; c'est la marque du privilége que j'ai obtenu pour toi et pour les enfants du Carmel; celui qui mourra revêtu de cet habit sera préservé des feux éternels : c'est un signe de salut, une sauve-garde dans les dangers et le gage d'une protection spéciale. Le savant et illustre Pontife Benoit XIV, dans son traité des fêtes de la sainte Vierge (Liv. 2. Ch. 6), déclare qu'il ajoute une foi entière à la vision du Bienheureux Simon, ainsi qu'à la révélation, par laquelle, un demi-siècle plus tard, la sainte Vierge promit au Pape Jean XXII, qu'elle retirerait du purgaloire le plus promptement, et de préférence le premier samedi après leur décès, les membres de la confrérie du saint Scapulaire.

APPLICATIONS. Cette considération suffit, å elle se le, pour donner une haute idée du saint Scapulaire et pour faire naitre le désir de le porter. Si donc vous ne l'avez pas encore reçu ou si vous aviez négligé de le porter, ou que vous l'eussiez fait sans dévotion et sans fruit, profitez de cette fête pour réparer vos négligences passées.

AFFECTIONS. Remerciez la sainte Vierge et demandezlui pardon d'avoir eu trop peu de reconnaissance et de ferveur.

RÉSOLUTIONS. Je m'efforcerai, en remplissant les conditions prescrites, de ne rien perdre des grâces spéciales et des nombreuses indulgences attachées à la dévotion du saint Scapulaire.

[ocr errors][ocr errors]

II. POINT.

AVANTAGE DU SCAPULAIRE.

CONSIDÉRATIONS. D'après les termes des deux visions

ou révélations qu'on vient de considérer, le scapulaire est pour ceux qui le portent dévotement et qui sont reçus dans la confrérie : 1° une suuve-garde, et le gage d'une protection spéciale dans les dangers de l'âme et du corps : beaucoup de miracles l'attestent;—2o un signe de salut : celui qui mourra revêtu de cet habit, dit la vision, sera préservé des feux éternels, c'est-å-dire que Marie lui obtiendra, s'il est juste, la persévérance finale, ou s'il est pécheur, la conversion et la justification par le sacrement de pénitence, ou par la contrition parfaite; — 3o un espoir fondé d'être promptement délivré du purgatoire; un droit acquis à la participation de toutes les bonnes @uvres, penitences, etc., non-seulement de tous autres associés, mais aussi des Religieux et des Religieuses de l'ordre du Carmel, ainsi qu'à la participation des indulgences extraordinaires accordées au même ordre (1).

APPLICATIONS. Vous désirez ardemment vous assurer tous ces avantages. Vous le pouvez : les conditions exigées pour en jouir, ne sont pas très-onéreuses. Il faut : 1° être dûment aggrégé à la confrérie par un Père Carme ou par un prêtre autorisé à bénir et à imposer le scapulaire; 2. le porter de la manière voulue et spécialement au moment de la mort. Il n'est pas requis d'être inscrit. (Indulte de Grég. XVI. 30 avril 1838.) Il n'est pas nécessaire non plus de réciter certaines prières, ni de faire bénir le scapulaire qui remplace le premier, ni de le recevoir de nouveau d'un prêtre autorisé quand on a négligé de le porter, fût-ce même pendant un temps notable. Néanmoins pour jouir du privilége d'être promptement, d'après la Bulle Sabatine (le premier samedi), délivré du Purgatoire, il faut garder la chasteté selon son état, et réciter, tous les jours, le petit office de la sainte Vierge quand on n'est pas tenu au bréviaire; et, si on ne sait pas lire, faire abstinence le mercredi et le samedi, sauf dispense ou commutation en d'autres cuvres pies, accordées par qui de droit (2). Voyez si vous avez été exact å observer ces conditions, et suppléez à ce qui a manqué.

son,

(1) Quant aux indulgences, on conseille, pour en faire ample mois

de joindre (de coudre) aux deux pièces du scapulaire ordinaire le petit scapulaire de l'Immaculée Conception de la T. S. Vierge ; celui qui y est ainsi aggrégé et qui le porte, peut, outre toutes les Indulgences du Scapulaire ordinaire et celles très-nombreuses accordées à l'ordre des Théatins, gagner tout à la fois les indulgences accordées à ceux qui visitent les sept Basiliques de Rome, l'église de la Portioncule à Assise, l'église de St-Jacques de Compostelle et la Terre sainte de Jérusalem. Cette faveur extraordinaire, qu'on pourrait appeler l’Indulgence des Indulgences, a été renouvelée par décret de la sacrée Congrégation, le 31 mars 1856, et confirmée par N. S. Père Pie IX, le 14 avril de la même année. On peut gagner toutes ces indulgences chaque fois, toties-quoties qu’on récite 6 Pater, 6 Ave et six fois le Gloria Patri, en l'honneur de la Très-Sainte Trinité et du privilége de Marie; en priant, du reste, aux fins ordinaires, mais sans qu'il soit besoin d'ajouter d'autres prières déterminées, ni de se confesser et de communier. Le tout applicable aux âmes du Purgatoire. Pour les prêtres associés, lous les autels sont privilégiés.

COLLOQUE. Avec la très-sainte Vierge.

(2) Extraits du traité sur les indulgences, par le R. Père Maurel, S. J (2e Édit. Paris. Pélagaud-1858). Ce traité a été approuvé par décret de la sacrée Congrégation des indulgences, Rome, 12 décembre 1857.

« PreviousContinue »