Page images
PDF
EPUB

on

timètres de diamètre intérieur, de 4 millimètres d'épaisseur, de 21.5 centimètres de hauteur. Ceite cloche, dont la capacité est de près de 2 décimètres cubes, porte une échelle gravée au diamant en décilitres,

Il n'y a , comme l'on voit, aucune différence de l'un des gazomètres à l'autre, étant tous les deux destinés à faire

passer et repasser les gaz par le tube de platine. On a cru seulement devoir représenter dans l'un des deux', le récipient Y élevé, pour indiquer l'usage des branches de fer x, qui lui servent de conduite.

Une attention importante dans la construction de ses instrumens, est que les pièces de verre aient été parfaitement recuites, celles sur-tout qui en forment la partie extérieure , que nous avons vues plusieurs fois se fendre lorsqu'elles étoient vides et en repos. Ces ruptures spontanées, sans changement sensible de température, ne pouvant être occasionnées que par des vibrations , prévient ces accidens en couvrant celle partie d'un vélin qui laisse assez de transparence pour juger les lignes de niveau du mercure , que l'on peut 'même enlever vis-à-vis l'échelle, sans qu'il cesse de produire son effet.

La figure 3 représente, de grandeur naturelle, le tube par lequel on fait passer les gaz que l'on veut introduire dans un gazomètre, pour qu'ils y laissent toute l'eau que le muriate de chaux peut leur enlever. A, B est un tube de verre pouvant contenir de 2c à 22 grammes de ce sel poussé à fusion sèche et casse en morceaux de la grosseur d'un pois. Ce tube, pris des deux bouts dans des viroles mastiquées, s'adapte à l'un des robinets X, par l'extrémité C, garnie comme toutes les jointures de l'appareil, d'un cône alaisé, qui, pressé par la boîte coulante à écrou E, empêche toute communication avec l'air du dehors. L'autre extremite D est terminée en vis pour recevoir le robinet d'un récipient, d'une vessie, ou d'une pompe à double ajutage.

C'est par le moyen d'un tube semblable, que M. Van-Marum desséchoit le gaz oxigène dans ses expériences sur la combustion du phosphore en vaisseaux fermés (1). L'un des objets les plus importans de celles que nous nous proposions , étant de saisir et de déterminer les moindres quantités d'eau qui pouvoient ètre portées par le gaz, ou qui auroient pu se former dans l'opération, nous n'avons pas cru devoir nous borner à ce premier desséchement lors de l'introduction du gaz, et nous y avons ajouté les' deux autres tubes desséchans dont j'ai parlé, qui , étant destinés par leur position à tamiser en quelque sorte les gaz, foutes les fois que nous les ferions passer et repasser dans le cylindre de (1) Description de quelques appareils, ete., p. 36.

n'est pas

platine incandescent, ne permettroient pasqu'aucune partie d'eau pût échapper à l'action du sel, sur-tout avec la précaution d'y entretenir la température de la glace fondante.

M. Van-Marum employoit, à l'exemple de Saussure, la potasse fondue au creuset; nous avons donné la préférence au muriate de chaux, non que nous lui attribuions la propriété d'attirer plus puissamment l'humidité, mais parce que la potasse passant beaucoup plus promptement à un état pâteux, qui dispose les angles des fragmens à se réunir , ne pouvoit servir que dans des conduits placés horizontalement; en observant encore de pratiquer l'entrée et, la sortie du gaz dans la partie supérieure ; et que l'agglutination de ces mêmes fragmens au fond de nos tubes circulaires, auxquels nous accordions le plus de confiance , auroit suffi pour intercepter la communication. Il

besoin de dire que nous n'avions pas le choix dans ces derniers, où la potasse auroit pris le gaz acide carbonique qu'il s'agissoit principalement de recueillir et de mesurer.

Quoique la propriété du muriate de chaux poussé à fusion sèche , d'attirer l'humidité de l'air, soit bien connue , nous n'avons pas négligé de nous assurer, par des essais , de la puissance de celui que nous avions préparé.

Sous une cloche de verre contenant cinq décimètres cubes d'air, placée sur le mercure, on a introduit l'hygromètre pour les gaz, dont j'ai donné la description (1), charge de 13.325 grammes de muriate de chaux en morceaux. Le godet qui le contenoit, retiré et pesé le 6 jour , avoit reçu une augmentation de poids de 92 inilligrammes, ou de 18.4 par décimètre cube d'air.

Le godet replacé sur-le-champ sous la cloche, on y fit passer à travers le mercure, une petite fiole contenant 120 milligrammes d'eau distillée. Deux jours après, il ne restoit plus d'eau dans la fiole, et le muriate de chaux avoit acquis une nouvelle augmentalion de poids de 195 milligrammes, c'est-à-dire 75 de plus que le poids de l'eau.

On a reporté successivement sous la même cloche 25 décigrammes d'eau , observant à chaque fois de prendre l'augmentation de poids du muriate de chaux et les quantités d'eau retrouvées dans la fiole, lorsqu'on n'avoit pas donné le temps pour l'évaporation totale; le résultat de l'expérience a été une absorption de 2.620 grammes de l'eau introduite, et une augmentation de poids du muriate de 2.871 grammes , y compris les 92 milligrammes fournis le premier jour par l'air de la cloclfe; les 159 milligrammes en sus étoient nécessairement le produit de l'humidité transmise

par le mercure de la cuve, pendaut la durée de l'ex

(1) Annales de Chimie, octobre 1808.

périence, quoique la cloche y füt enfoncée à plus d'un centimètre au-dessous du niveau. Le muriate de chaus seulement blanchi et un peu gonflé à sa surface, laissoit encore des interstices suffisans pour la circulation de l'air.

On verra que chacun de nos tubes demi-circulaires pouvoit tenir de ui à 12 grammes du même sel; de sorte qu'en suivant les mêmes proportions, ils devoient absorber 4.74 grammes d'eau avant que la surface des fragmens devînt assez liquide pour en opérer la réunion, ce qui donne une puissance attractive bien supérieure à celle dont nous avions besoin ; mais cet excès nous garantissoit la rapidité de l'absorption, qui, comme tous les eftets de l'affiuité, depend du contact des élémens qu'il s'agit de combiner.

Après cela , il ne nous étoit plus possible de douter que l'augmentation de poids de ces tubes dessechans ne représentât exactement toute la quantité d'eau qui auroit été introduite dans Vappareil, ou qui s'y seroit formée pendant l'opération. C'est pour que l'on puisse avec connoissance en porter le même jugement, que j'ai éru devoir rendre un compte aussi détaillé des moyens que nous avons pris pour atteindre ce but.

Le gaz oxigène que nous avons employé a toujours été tiré immédiatement avant l'expérience, du muriate sør-oxigéné do potasse. On fait bouillir le mercure avant que d'en remplir les

gazomètres.

Enfin les volumes des fluides aériformes n'ont été déterminés que d'après les corrections qu'exigeoient la température et la pression.

Ces précautions indiquées une fois pour toutes, M. Guyton passe aux expériences frites avec l'appareil qu'il a décrit; eo après avoir exposé les faits tels qu'on les a observés, il en tire la conclusion suivante :

CONCLUSION. Il n'est plus possible d'admettre dans la composition du diamant un tiers ou même un quart de son poids d'hydroene, Les expériences dont nous venons d'exposer les procédés et les résultats, nous paroissent fournir à ce sujet des preuves plus directes que celles

que MM. Davy, Allen et Pepys opposoient déjà à cette théorie , et qui faisoient dire à M. Haüy, a que leurs resul» tats s'accordoient à infirmer l'opinion que l'hydrogène fut la » cause de la grande puissance réfractive du diamant; opinion » dont la vraisemblance étoit fondée sur les applications aussi » exactes qu'ingénieuses que MM. Biot et Arago avoient faites

a

» des lois de la lumière à l'analyse de plusieurs corps natu» rels (1). n

Il n'y a même jusqu'à présent aucune probabilité de l'existence d'une proportion quelconque de ce principe, dans le diamant (si ce n'est peut-être ceite infiniment petiie quantité d'eau de cristallisation dont j'ai parlé). L'hydrogène n'est pas plus partie constituante essentielle de la plombagine et du charbon.

Il ne l'est point de la plombagine : des essais de la plombagine de Cornouailles, répétés avec la plus rigoureuse précision par M.Th. de Saussure, l'ont conduit à ce résultat; elle ne fournit , en brilant, ni ean ni gas hydrogène (2).

Il ne l'est pas dans le charbon , puisque, suivant les expériences de MM. Gay-Lussac et Thénard, une fois que le gaz muriatique oxigéné lui a enlevé la dernière portion qu'il retient, même après une forte calcination, il reste sans action à la plus haute température pour en opérer la décomposition (3).

Si l'on ne trouve pas dans nos expériences la confirmation des différentes quantités d'oxigène que prennent en brûlant le dia. mant et le charbon , telles que je les avois déterminées d'après la grande expérience faite en 1798, au foyer de la lentille de Tschirnavsen (4), il s'en faut beaucoup qu'elles autorisent à conclure l'identité absolue de ces deux substances, ou même qu'elles laissent entrevoir la possibilité de donner une solution plus satisfaisante de ce problême, justement regardé par M. Haüy, comme « l'un des plus propres à piquer la curiosité , ayant pour but de » démontrer jusqu'où s'eiend l'analogie de nature entre deux » corps, que le contraste de leurs propriétés physiques tendroit » plutôt à faire regarder comme les extrêmes d'une série (5). »

C'est sans doute l'évidence de ce contraste qui a porté M. Davy à admettre dans le diamant une composition chimique differente , à raison de la présence d'une infiniment petite quantité d'oxigène; mais cette opinion, qu'il n'a pu fonder que sur sa propriété idio-électique, est inconciliable, non-seulement avec ses caractères les plus marqués , mais sur-tout avec ce principe si généralement reconnu , que l'aggregation rompue par un commencement d'union rend la saturation plus facile et plus prompte; de sorte que la résistance du diamant à l'oxigenation devroit être moindre que celle du charbon.

Ce savant physicien est plus près de la vérité, lorsqu'il recon

(1) Tableau comparatif des résultats de la cristallisation et de l'analy se chimique. Note 102, pag. 235.

(1) Annales de Chimie, tom. LXXI , pag. 290.
(3) Recherches physico-chimiques, etc., II, 20.330 et 333.
(4) Annales de Chimie , tom. XXXI, pag. 72.
(5) Tableau comparatif, etc., note 102.

tom.

noit qu'une petite différence dans la composition chimique des corps en produit une très-grande dans leurs qualités extérieures et physiques (1). Il semble en préparer lui-même l'application à la résolution de la question, lorsqu'il adopte la conclusion de MM. Allen et Pepys, que la ploinbagine, le charbon et le diamant consument en se brûlant, à peu de chose près , la même quantité d'oxigène.

Il est donc vrai que l'on n'est pas encore parvenu à déterminer rigoureusement les quantités d'oxigène que ces corps exigent pour leur combustion, et que l'on peut encore demander si dans celle du charbon , on ne feroit réellement que completer ce qui lui manque pour le porter à l'état d'acide.

Rien ne peut mieux éclaircir la question, que le rapprochement des nombreuses observations qui établissent à-la-lois, et des caractères si tranchans entre le diamant et le charbon, même réduit à ses élémens essentiels , et les indices si puissans d'un commencement d'oxidation du carbone dans le dernier. On n'hésitera pas sans doute d'admettre dans cette série les disproportions aussi énormes de densité, de dureté, de transparence, d'inflammabilité, le lustre que prend le charbon privé d'eau et d'hydrogène; la résistance à l'inflammation qui s'accroit en proportion de ce changement; l'état dans lequel se montre constamment le diamant par la première impression de l'oxigène, déterminée par l'élévation de température , elat dans lequel il manifeste si sensiblement la forme, la couleur, la foible aggrégation, le peu de densité du charbon (2).

Ces faiis sont désormais à l'abri de toute contradiction , et ils ne peuvent ni se concilier ni recevoir d'explication plausible, qu'en admettant dans le charbon une partie quelconque d'oxigène, qui le constitue protoxido du diamant.

peu de

(1), Voyez Bibliothèque britannique, tom. XLII, pag. 123 ; et Annales de Chimie , tom. LXXIII, pag. 16. En partant de ce principe , on pourroit être tenté de croire

que

le matière étrangère que le charbon laisse en brûlant, suffit pour constituer le pur carbone dans un état de composition, dont le charbon reçoit ses caractères distinctifs ; mais le charbon qui se montre au premier instant de la combustion du diamant, celui que donnent les matières animales , celui qu'on retire de l'acier, de la fonte, des carbures, etc., etc., démontrent son existence jodépendamment de son union avec les matières qu'on en sépare par l'incinération.

(2) On peut appuyer les conséquences de ces rapprochemens par les résultats des curieuses expériences de M. Davy, qui l'ont mis à portée d'observer que le charbon soumis à l'appareil voltaïque devient dur, et prend le lustre de la plombagine... ; que le diamant traité avec le potassium, noircit; qu'il s'en détache des écailles qui, vues au microscope, paroissent grises extéricurement et présentent intérieureinent la couleur de la plombagine , etc.

« PreviousContinue »