Page images
PDF
EPUB

736. La suite des degrés forme la ligne : on appelle ligne directe , la suite des degrés entre persones qui descendent l'une de l'autre ; ligne collatérale, la suite des degrés entre personnes qui ne descendent pas les unes des autres, mais qui descendent d'un auteur commun.

On distingue la ligne directe , en ligne directe descendante et ligne directe ascendante.

La première est celle qui lie le chef avec ceux qui descendent de lui; la deuxième est celle qui lie une personne avec ceux dont elle descend.

737. En ligne directe, on compte autant de degrés qu'il y a de générations entre les personsonnes : ainsi le fils est, à l'égard du père, au

proquement du père et de l'aïeul à l'égard des

738. En ligne collatérale , les degrés se comptent par les générations, depuis l'un des parens jusques et non compris l'auteur commun, et depuis celui-ci jusqu'à l'autre parent.

Ainsi , deux frères sont au deuxième degré; l'oncle et le neveu sont au troisième degré ; les cousins germains au quatrième, ainsi de suite.

SECTION II.

De la Représentation. 739. La réprésentation est une fiction de la loi, dont l'effet est de faire entrer les représentans dans la place, dans le degré et dans les droits du représenté.

740. La représentation a lieu à l'infini dans La ligne directe descendante.

Elle est admise dans tous les cas, soit que les enfans du défunt concourent avec les descendans d'un enfant prédécédé, soit que tous les enfans du défunt étant morts avant lui, les descendans desdits enfans se trouvent entre eux en degrés égaux ou inégaux.

741. La représentation n'a pas lieu en faveur des ascendans ; le plus proche, dans chacune des deux lignes , exclut toujours le plus éloigné.

742. En ligne collatérale, la représentation est admise en faveur des enfans et descendans de frères ou sæurs du défunt, soit qu'ils vienDent à sa succession concurremment avec des oncles ou tantes, soit que tous les frères et sceurs du défunt étant prédécédés , la succession se trouve dévolue à leurs descendans en degrés égaux ou inégaux.

743. Dans tous les cas où la représentation est admise, le partage s'opère par souche : si une même souche a produit plusieurs branches, la subdivision se fait aussi par souche dans chaque branche, et les membres de la même branche partagent entre eux par tête.

744. On ne représente pas les personnes vivantes, mais seulement celles qui sont mortes naturellement ou civilement.

On peut représenter celui à la succession duquel on a renoncé.

SECTION III.
Des Successions déférées aur Descendans.

745. Les enfans ou leurs descendans succèdevt à leurs père et mère, aïeuls , aïeules, ou autres ascendans, sans distinction de sexe ni de

primogéniture , et encore qu'ils soient issus de différens mariages.

Ils succèdent pas égales portions et par tête , quand ils sont tous au premier degré et appelés de leur chef : ils succèdent par souche, lorsqu'ils viennent tous, ou en partie, par représentation.

SBCTION IV.
Des Successions déférées aux Ascendans.

746. Si le défunt n'a laissé ni postérité, ni frère, ni seur, ni descendans d'eux, la succession se divise par moitié entre les ascendans de la ligne paternelle et les ascendans de la ligne maternelle.

L'ascendant qui se trouve au degré le plus proche , recueille la moitié affectée à sa ligne, à l'exclusion de tous autres. Les ascendans au même degré succèdent par tête.

747. Les ascendans succèdent, à l'exclusion de tous autres, aux choses par eux données à leurs enfans ou descendans décédés sans postérité, lorsque les objets donnés se retrouvent en nature dans la succession.

Si les objets ont été aliénés , les ascendans recueillent le prix qui peut en être dû. Ils succèdent aussi à l'action en reprise que pouvait avoir le donataire.

748. Lorsque les père et mère d'une personne morte sans postérité lui ont survécu , si elle a laissé des frères, sours, ou des descendans d'eux, la succession se divise en deux portions égales , dont moitié seulement est déférée au père et à la mère , qui la partagent entre eux également.

L'autre moitié appartient aux frères , sæurs ,

ou descendans d'eux, ainsi qu'il sera expliqué

749. Dans le cas où la personne morte sans postérité laisse des frères, saurs , ou des descendans d'eux, si le père ou la mère est prédécédé, la portion qui lui aurait été dévolue conformément au précédent article, se réunit à la moitié déférée aux frères, sæurs, ou à leurs représentans, ainsi qu'il sera expliqué à la section V du présent chapitre.

SBCTION V. Des Successions collatérales. 50. En cas de prédécès des père et mère d'une personne morte sans postérité, ses frères , scurs, ou leurs descendans, sont appelés à la succession, à l'exclusion des ascendans et des autres collatéraux.

Ils succèdent, ou de leur chef, ou par représentation, ainsi qu'il a été réglé dans la section II du présent chapitre.

751. Si les père et mère de la personne morte sans postérité lui ont survécu , ses frères , seurs , ou leurs représentans , ne soni appelés qu'à la moitié de la succession. Si le père, ou la mère seulement a survécu, ils sont appelés

752. Le partage de la moitié ou des trois quarts dévolus aux frères ou sœurs, aux termes de l'article précédent, s'opère entre eux par égales portions, s'ils sont tous du même lit : s'ils sont de lits différens , la division se fait par moitié entre les deux lignes paternelle et maternelle du défunt ; les germains prennent part dans les deux lignes, et les utérins et consan. guins , chacun dans leur ligne seulement : s'il n'y a de frères ou sonrs que d'un côté, ils succèdent à la totalité, à l'exclusion de tous autres parens de l'autre ligne.

753. A défaut de frères ou sœurs, ou de descendans d'eux , et à défaut d'ascendans dans l'une ou - l'autre ligne , la succession est déférée pour moitié aux ascendans survivans , et pour l'autre moitié aux parens les plus proches de l'autre ligne.

S'il y a concours de parens collatéraux au même degré, ils partagent par tête.

754. Dans le cas de l'article précédent, le père ou la mère survivant a l'usufruit du tiers des biens auxquels il ne succède pas en propriété.

755. Les parens au-delà du douzième degré ne succèdent pas.

A défaut de parens au degré successible dans une ligne, les parens de l'autre ligne succèdent pour le tout.

CHAPITRE IV.
Des Successions irrégulières.

SECTION PREMIÈRE.
Des Droits des enfans naturels sur les biens de

leur père ou mère, et de la Succession aur enfans naturels décédés sans postérité.

756. Les enfans naturels ne sont point hérl. tiers : la loi ne leur accorde de droit sur les biens de leur père ou mère décédés , que lorsqu'ils ont été légalement reconnus. Elle ne

de leur père ou mère.

757. Le droit de l'enfant naturel sur les biens deses père ou mère décédés estréglé ainsi qu'ilsuit :

« PreviousContinue »