Page images
PDF
EPUB

ceux qui resteront, et dans l'état où ils se trouveront.

Et néanmoins la femme pourra , dans tous les cas , retirer les linges et hardes à son usage actuel, sauf à précompter leur valeur lorsque ces linges et hardes auront été primitivement constitués avec estimation.

1567. Si la dot comprend des obligations ou constitutions de rente qui ont péri, ou souffert des retranchemens qu'on ne puisse imputer à la négligence du mari, il n'en sera point tenu , et il en sera quitte en restituant les contrats.

1568. Si un usufruit a été constitué en dot, le mari ou ses héritiers ne sont obligés , à la dissolution du mariage, que de restituer le droit d'usufruit , et non les fruits échus durant le mariage.

1569. Si le mariage a duré dix ans depuis l'échéance des termes pris pour le paiement de la dot, la femme ou ses héritiers pourront la répéter contre le mari après la dissolution dız mariage , sans être tenus de prouver qu'il l'a reçue, à moins qu'il ne justifiât de diligences inutilement par lui faites pour s'en procurer le paiement.

1570. Si le mariage est dissous par la mort de la femme, l'intérêt et les fruits de la dot à restituer courent de plein droit, au profit de ses héritiers, depuis le jour de la dissolution.

Si c'est par la mort du mari, la femme a le choix d'exiger les intérêts de sa dot pendant l'an du deuil, ou de se faire fournir des alimens pendant ledit temps aux dépens de la succession du mari; mais, dans les deux cas, l'habitation durant cette année et les habits de deuil doivent

lui être fournis sur la succession , et sans imputation sur les intérêts à elle dus.

1571. A la dissolution du mariage, les fruits des immeubles dotaux se partagent entre le mari et la femme ou leurs héritiers, à proportion du temps qu'il a duré pendant la dernière année.

L'année commence à partir du jour où le mariage a été célébré.

1572. La femme et ses héritiers n'ont point de privilége pour la répétition de la dot sur les créanciers antérieurs à elle en hypothèque.

* 1573. Si le mari était déjà insolvable, et n'avait ni art ni profession lorsque le père a constitué une dot à sa fille, celle-ci ne sera tenue de rapporter à la succession du père que l'action qu'elle a contre celle de son mari , pour s'en faire rembourser.

Mais si le mari n'est devenu insolvable que depuis le mariage, .

Ou s'il avait un métier ou une profession qui lui tenait lieu de bien,

La perte de la dot tombe uniquement sur la femme.

SECTION IV.

Des Biens paraphernaux. 1574. Tous les biens de la femme qui n'ont pas été constitués en dot sont paraphernaux.

1575. Si tous les biens de la femme sont paraphernaux, et s'il n'y a pas de convention dans le contrat pour lui faire supporter une portion des charges du mariage, la femme y contribue jusqu'à concurrence du tiers de ses revenus.

1576. La femne a l'administration et la jouissance de ses biens paraphernaux,

Mais elle ne peut les aliéner, ni paraître en jugement à raison desdits biens , sans l'autorisation du mari , ou, à son refus , sans la permission de la justice.

1577. Si la femme donne sa procuration au mari pour administrer ses biens paraphernaux, avec charge de lui rendre compte des fruits , il sera tenu vis-à-vis d'elle comme tout manda

taire.

1578. Si le mari a joui des biens paraphernaux de sa femme, sans mandat, et néanmoins sans opposition de sa part, il n'est tenu , à la dissolution du mariage, ou à la première de. mande de la femme, qu'à la représentation des fruits existans , et il n'est point comptable de ceux qui ont été consommés jusqu'alors.

1579. Si le inari a joui des biens paraphernaux malgré l'opposition constatée de la femine, il est comptable envers elle de tous les fruits tant existans que consommés.

1580. Le inari qui jouit des biens paraphernaux est tenu de toutes les obligations de l'usufruitier,

Disposition particulière.

1581. En se soumettant au régime dotal, les époux peuvent néanmoins stipuler une société d’acquets , et les effets de cette société sont réglés comme il est dit aux articles 1498 et 1499.

Code civil.

འབའ་བ་འ་ TITRE VI. "

De la Vente. [Décrété le'is Ventôse an XII. Promulgué le 25 du même mois.)

CHAPITRE PREMIER. De la Nature et de la Forme de la Vente.

1582. La vente est une convention par laquelle l'on s'oblige à livrer une chose , et l'autre à la payer.

Elle peut être faite par acte authentique ou sous seing privé. · 1583. Elle est parfaite entre les parties , et la propriété est acquise de droit à l'acheteur à l'égard du vendeur, dès qu'on est convenu de la chose et du prix , quoique la chose n'ait pas encore été livrée ni le prix payé.

1584. La vente peut être faite purement et simplement, on sous une condition soit suspensive , soit résolutoire.

Elle peut aussi avoir pour objet deux ou plu. sieurs choses alternatives.

Dans tous ces cas, son effet est réglé par les

1585. Lorsque des marchandises ne sont pas vendues en bloc, mais au poids , au compte , ou à la mesure , la vente n'est point parfaite, en ce sens que les choses vendues, sont aux risques du vendeur jusqu'à ce qu'elles soient pesées , comptées ou mesurées ; mais l'acheteur peut en demander on la délivrance , ou des dommagesintérêts , s'il y a lieu , en cas d'inexécution de l'engagement.

1586. Si au contraire les marchandises ont été vendues en bloc, la vente est parfaite , quoique les marchandises n'aient pas encore été pesées ,, comptées ou mesurées.

1587. A l'égard du vin, de l'huile et des autres choses que l'on est dans l'usage de goûter avant d'en faire l'achat , il n'y a point de vente tant que l'acheteur ne les a pas goûtées et agréées.

1588. La vente faite à l'essai est toujours présumée faite sous une condition suspensive..

1589. La promesse de vente vaut vente , lorsqu'il y a consentement réciproque des deux parties sur la chose et sur le prix.

1590. Si la promesse de vendre a été faite avec des arrhes , chacun des contractans est maitre de s'en départir,

Celui qui les a données, en les perdant ;

Et celui qui les a reçues, en restituant le double.

1591. Le prix de la vente doit être déterminé et désigné par les parties.

1592. Il peut cependant être laissé à l'arbitrage d'un tiers : si le tiers ne veut ou ne peut faire l'estimation, il n'y a point de vente.

1593. Les frais d'actes et autres accessoires à la vente sont à la charge de l'acheteur.

CHAPITRE II.

Qui peut acheter ou vendre. 1594. Tous ceux auxquels la loi ne l'interdit pas , peuvent acheter ou vendre.

1595. Le contrat de vente ne peut avoir lieu entre époux que dans les trois cas suivans : 1.° Celui où l'un des deux époux cède des

« PreviousContinue »