Page images
PDF
EPUB

d'une partie proportionnelle du prix de la location. · Il ne pourra prétendre aucune remise, si la perte est nioindre de inoitié. · 1771. Le fermier ne peut obtenir de remise lorsque la perte des fruits arrive après qu'ils sont séparés de la terre, à moins que le bail ne donne au propriétaire une quotité de la récolte en nature ; auquel cas, le propriétaire doit supporter sa part de la perte , pourvu que le preneur ne fût pas en demeure de lui délivrer sa portion de récolte'.

Le fermier ne peut également demander une remise lorsque la cause du dommage était existante et connue à l'époque où le bail a été passé.

1772. Le preneur peut être chargé des cas fortuits par 'une 'stipulation expresse. · 1773. Cette stipulation ne s'entend que des cas fortuits ordinaires, tels que grêle , feu du ciel, gelée ou coulure.

Elle ne s'entend point des cas fortuits extraor. dinaires, tels que les ravages de la guerre ou une inondation auxquels le pays n'est par ordinairer:ent sujet, à moins que le preneur n'ait été chargé de tous les cas fortuits prévus ou imprévus.

1774. Le bail, sans écrit, d'un fonds rural est censé fait pour le temps qui est nécessaire afin que le preneur recueille tous les fruits de l'héri. tage affermé.

Ainsi le bail à ferme d'un pré, d'une vigne et de tout autre fonds dont les fruits se recueillent , en entier dans le cours de l'année, est censé fait pour un an.

Le bail des terres labourables , lorsqu'elles

se divisent par soles ou saisons, est censé fait pour autant d'années qu'il y a de soles.

1775. Le bail des héritages ruraux, quoique fait sans écrit, cesse de plein droit à l'expiration du temps pour lequel il est censé fait, selon l'article précédent.

1776. Si, à l'expiration des baux ruraux écrits, le preneur reste et est laissé en possession, il s'opère un nouveau bail , dont l'effet est réglé par l'article 1774.

1777. Le fernier sortant doit laisser à celui qui lui succède dans la culture les logemens , convenables et autres facilités pour les travaux de l'année suivante ; et réciproquement le fermier entrant doit procurer à celui qui sort les logemens convenables et autres facilités pour la consommation des fourrages , et pour les récolte's restant à faire.

Dans l'un et l'autre cas, on doit se conformer à l'usage des lieux.

1778. Le fermier sortant doit aussi laisser les. pailles et engrais de l'année, s'illes a reçus lors de son entrée en jouissance; et quand même il ne les aurait pas reçuis, le propriétaire pourra les retenir suivant l'estimation

CHAPITRE III.
Du Louage d'ouvrage et d'industrie.

1779. Il y a trois espèces principales de louage d'ouvrage et d'industrie :

1.° Le lounge des gens de travail qui s'engagent au service de quelqu'un ;

2.° Celui des voituriers, tant par terre que par eau, qui se chargent du transport des personnes ou des marchandises ;

3.0 Celui des entrepreneurs d'ouvrages par suite de devis ou marchés.

SECTION P R E MI È R E.
Du Louage des Domeștiques et Ouvriers.

1780. On ne peut engager ses services qu'à temps ou pour une entreprise déterminée.

1781. Le maître est cru sur son affirmation,
Pour la quotité des gages,
Pour le paiement du salaire de l'année échue,

Et pour les à-compte donnés pour l'année courante.

SECTION II.

Des Voituriers par terre et par eau, 2782. Les voituriers par terre et par eau sont assujettis, pour la garde et la conservation des choses qui leur sont confiées , aux mêmes obligations que les aubergistes, dont il est parlé au titre du Dépôt et du Séquestre.

1783. Ils répondent non - seulement de ce qu'ils ont déjà reçu dans leur bâtiment ou voi. ture, mais encore de ce qui leur a été remis sur le port ou dans l'entrepôt, pour être placé dans leur bâtiment ou voiture.

1784. Ils sont responsables de la perte et des avaries des choses qui leur sont confiées, à moins qu'ils ne prouvent qu'elles ont été perdues et avariées par cas fortuit ou force majeure.

1785. Les entrepreneurs de voitures publiques par terre et par eau, et ceux des roulages publics, doivent tenir registre de l'argent, des effets et des paquets dont ils se chargent. 1786. Les entrepreneurs et directeurs de voi

tures

et navires sont en outre assujettis à des règlemens particuliers , qui font la loi entr'eux et les autres citoyens.

SECTION III.

Des Devis et des Marchés. 1787. Lorsqu'on charge quelqu'un de faire un ouvrage, on peut convenir qu'il fournira seulemen't son travail ou son industrie, ou bien qu'il fournira aussi la matière.

1788. Si , dans le cas où l'ouvrier fournit la matière, la chose vient à périr, de quelque manière que ce soit, avant d'être livrée, la perte en est pour l'ouvrier, à moins que le maître ne fût en demeure de recevoir la chose.

1789. Dans le cas où l'ouvrier fournit seule. ment son travail ou son industrie, si la chose vient à périr, l'ouvrier n'est tenu que de sa faute.

1790. Si, dans le cas de l'article précédent, la chose vient à périr , quoique sans aucune faute de la part de l'ouvrier, avant que l'ouvrage ait été reçu, et sans que le maître fût en demeure de le vérifier , l'ouvrier n'a point de salaire à réclamer, à moins que la chose n'ait péri par le vice de la matière.

1791. S'il s'agit d'un ouvrage à plusieurs pièces ou à la mesure , la vérification peut s'en faire par parties ; elle est censée faite pour toutes les parties payées, si le maître paye l'ouvrier en proportion de l'ouvrage fait.

1792. Si l'édifice construit à prix fait périt en tout ou en partie par le vice de la construction,

Code civil,

même par le vice du sol, les architecte et entrepreneur en sont responsables pendant dix ans.

1793. Lorsqu'un architecte ou un entrepreneur s'est chargé de la construction à forfait d'un bâtiment, d'après un plan arrêté et convenu avec le propriétaire du sol, il ne peut demander aucune augmentation de prix, ni sous le prétexte d'augmentation de la main-d'oeuvre ou des matériaux, ni sous celui de changemens ou d'augmentations faits sur ce plan , si ces changemens ou augmentations n'ont pas été autorisés par écrit, et le prix convenu avec le propriétaire.

1794. Le maître peut résilier, par sa seule volonté, le marché à forfait , quoique l'ouvrage soit déjà commencé, en dédommageant l'entrepreneur de toutes ses dépenses, de tous ses travaux, et de tout ce qu'il aurait pu gagner dans cette entreprise.

1795. Le contrat de louage d'ouvrage est dissois par la mort de l'ouvrier, de l'architecte

1796. Mais le propriétaire est tenu de payer, en proportion du prix porté par la convention, à leur succession, la valeur des ouvrages faits et celles des matériaux préparés , lors seulement que ces travaux ou ces matériaux peuvent lui être utiles

1797. L'entrepreneur répond du fait des personnes qu'il emploie.

1798. Les maçons ,' charpentiers et autres ouvriers qui ont été employés à la construction d'un bâtiment ou d'autres ouvrages faits à l'entreprise, n'ont d'action contre celui pour lequel les ouvrages ont été faits, que jusqu'à concur

« PreviousContinue »