Page images
PDF
EPUB

16. Mais s'il souffre comme Chré-tous les uns aux autres. Soyez tien, qu'il n'en ait point de honte, ornés d'humilité; car Dieu résifte mais qu'il en glorifie Dieu : aux orgueilleux, mais il fait grace 17. Car le tems vient auquel le aux humbles. jugement de Dieu doit commen- 6. Humiliez-vous donc fous la cer par fa Maison; & s'il commen-puiffante main de Dieu, afin qu'il ce par nous, quelle fera la fin de vous élève quand il en fera tems; ceux qui n'obeiffent pas à l'évan- 7. Vous déchargeant fur lui de gile de Dieu ? tous vos foucis, parcequ'il a 18. Et si le jufte ne fe fauve que foin de vous. difficilement, que deviendra l'im- 8. Soyez fobres & veillez; car le pie & le pécheur? diable votre ennemi tourne au19. Que ceux donc qui souffrent tour de vous, comme un lion rupar la volonté de Dieu, lui recom-giffant, cherchant qui il pourra mandent leurs ames, comme au dévorer.

fidèle Créateur, en faifant bien. 9. Résiftez lui, étant fermes dans la foi, fachant que vos frères, qui CHAPITRE V. Devoirs des pasteurs, font répandus dans le monde, spasteurs, des Anciens fouffrent les mêmes afflictions et d'autres fidèles en Christ.

que vous.

Je prie les pafteurs qui sont parmi 10. Le Dieu de toute grace, qui

vous,

avec nous a appelés

fa

eux, & témoin des fouffrances de nelle en Jefus-Chrift, après que Chrift, & qui fuis aussi participant nous aurons un peu fouffert, yous de la gloire qui doit être mani-perfectionne vous affermisse feftée: vous fortifie, et vous rende iné

9

2. Paiffez le troupeau de Dieu branlables! qui vous est commis, veillant fur 11. A lui foit la gloire & la force lui, non par contrainte, mais vo-aux siècles des siècles, Amen! lontairement; non pour un gain 12. Je vous ai écrit en peu de mots, déshonnête, mais par affection; par Silvain, qui eft, comme je l'efti

3. Non comme ayant la domina-me, notre frère fidèle, vous exhortion fur les héritages du Seigneur, tant & vous affurant que la vraie mais en vous rendant les modèles grace de Dieu eft celle dans ladu troupeau. quelle vous demeurez fermes. 4. Et lorfque le fouverain Paf 13. L'Eglise qui est à Babylone, teur paroîtra, vous remporterez & qui est élue avec vous, & Marc la couronne incorruptible de mon fils, vous faluent.

gloire.

14. Saluez-vous les uns les autres 5. De même, vous qui êtes jeunes, par un baifer de charité. La paix affujettissez-vous aux anciens, de soit avec vous tous qui étes en forte que vous vous foumettiez Jéfus-Chrift. Amen!

SECONDE ÉPITRE CATHOLIQUE

DE

SAINT PIERRE APOTRE.

ARGUMENT.

de

Il paroit, de cette épitre même, que S. Pierre l'écrivit peu tems avant sa mort, c'est-à-dire, environ l'an 66 de JésusChrist, pour confirmer les Fidèles dans la foi, dans la pureté de la doctrine, et dans la pratique des bonnes œuvres, et pour les munir contre les piéges de plusieurs faux docteurs, qui joignoient à la profession du christianisme une vie charnelle; et contre la séduction des profanes qui révoquoient en doute la seconde venue de Jésus-Christ. Cette épitre, de même que la précédente, porte des caractères sensibles de divinité, et elle a beaucoup de force et de majesté.

CHAPITRE I. Exhortation à l'affermissement de notre vocation en Christ par

la parole des prophètes.

[ocr errors]

la corruption qui règne dans le monde par la convoitise.

5. Vous donc de même y apportant tous vos foins, ajoutez la vertu à votre foi; & à la vertu,

Simon
imon Pierre, ferviteur & apô-la fcience;

tre de Jéfus-Chrift, à vous 6. Et à la fcience, la tempérance; qui avez eu en partage avec nous & à la tempérance, la patience; une foi de même prix, par la & à la patience, la piété; juftice de notre Dieu & de notre 7. Et à la piété, l'amour fraternel; Sauveur Jéfus-Chrift. & à l'amour fraternel, la charité. 2. La grace & la paix vous foient 8. Car si ces choses font en vous, multipliées, par la connoiffance & qu'elles y abondent, elles ne de Dieu & de notre Seigneur vous laifferont point oisifs ni ftéJéfus! riles dans la connoiffance de notre 3. Comme fa divine puiffance Seigneur Jéfus-Chrift. nous a donné tout ce qui regarde 9. Mais celui en qui ces chofes la vie & la piété, par la con- ne fe trouvent point eft aveugle, noiffance de celui qui nous a& ne voit point de loin, ayant appelés par sa gloire & par sa oublié la purification de fes pévertu ; chés paffés. 4. Par lefquelles nous avons 10. C'eft pourquoi, mes frères, reçu les grandes & précieufes étudiez-vous d'autant plus à afferpromeffes, afin que par leur mir votre vocation & votre élecmoyen vous foyez participans tion; car en faifant cela vous ne de la nature divine, en fuyant broncherez jamais;

11. Et par ce moyen l'entrée au que nulle prophétie de l'Ecriture royaume éternel de notre Sei-n'eft d'une interprétation partigneur & Sauveur Jéfus Chrift culière.

vous fera pleinement accordée. 21. Car la prophétie n'a point 12. C'eft pourquoi je ne néglige-été apportée autrefois par la vorai pas de vous faire toujours lonté humaine, mais les faints reffouvenir de ces chofes, quoi-hommes de Dieu étant pouffés par que vous en foyez inftruits, & le Saint-Efprit ont parlé. que vous foyez affermis dans la vérité préfente.

CHAPITRE II.

13. Car je crois qu'il eft de mon Description des faux docteurs, devoir, que, pendant que je fuis et prédiction d'une grande cordans cette tente, je vous réveille ruption dans le ministère. par mes avertiffemens : comme il a eu de faux 14. Sachant que dans peu de prophètes parmi le peuple tems je dois quitter cette tente, d'Israël, il y aura aussi parmi comme notre Seigneur Jéfus-vous de faux docteurs, qui introChrift me l'a fait connoitre. duiront fecrètement des fectes per

15. Mais j'aurai foin qu'après nicieuses, & qui, reniant le Seimon départ, vous puissiez tou-gneur qui les a rachetés, attireront jours vous reffouvenir de ces fur eux-mêmes une foudaine perchofes. dition.

16. Car ce n'eft point en fuivant 2. Et plusieurs fuivront leurs des fables compofées avec arti-doctrines de perdition; & la voie fice, que nous vous avons fait de la vérité fera blafphémée à connoître la puiffance & l'avéne-caufe d'eux.

ment de notre Seigneur Jéfus- 3. Et pouffés par l'avarice ils Chrift; mais c'eft comme ayant feront un trafic de vous, par des vu fa majefté de nos propres paroles artificieuses; mais la condamnation qui leur eft deftinée

yeux. 17. Car il reçut de Dieu le Père depuis long-tems ne tarde point, cet honneur & cette gloire, lorf- & leur perdition ne fommeille que cette voix lui fut adreffée du point.

milieu de la gloire magnifique 4. Car si Dieu n'a point épargné Celui-ci eft mon Fils bien-aimé, les anges qui avoient peché, mais en qui j'ai mis toute mon affection. les ayant précipités dans l'abime, 18. Et nous entendimes cette il les a liés, avec des chaînes voix envoyée du ciel, lorfque d'obfcurité, & les a livrés pour nous étions avec lui fur la fainte y être gardés jufqu'au jugement; montagne. 5. Et s'il n'a point épargné l'an19. Nous avons aussi la parole cien monde, & s'il a confervé des prophètes, qui eft très-ferme, Noé, lui huitième, ce prédicaà laquelle vous faites bien de vous teur de la juftice, lorsqu'il fit attacher, et qui étoit comme une venir le déluge fur le monde des lampe qui éclairoit dans un lieu impies;

obfcur, jufqu'à ce que le jour 6. Et s'il a condamné à une totale commençat à luire, & que l'étoile fubversion les villes de Sodome du matin fe levât dans vos coeurs; & de Gomorrhe, les réduifant en 20. Sachant premièrement ceci, cendres, pour les faire fervir

d'exemple à ceux qui vivroient Bofor, qui aima le falaire d'inidans l'impiété; quite; mais il fut repris de fon 7. Et s'il a délivré le jufte Lot, injuftice: qui étoit cruellement affligé de la 16. Car une âneffe muette, parconduite infame de ces abomi-lant d'une voix humaine, réprima nables; la folie de ce prophète.

8. Car ce jufte - là demeurant 17. Ce font des fontaines fans parmi eux, afiligeoit chaque jour eau, & des nuées agitées par un fon ame jufte à caufe de ce qu'il tourbillon; & l'obfcurité des voyoit & qu'il entendoit dire de ténèbres leur eft réfervée pour leurs méchantes actions; l'éternité.

9. Le Seigneur faura aussi déli- 18. Car en tenant des difcours vrer de l'épreuve ceux qui l'hono- fort enflés & pleins de vanité, ils rent, & réserver les injuftes pour amorcent, par les convoitifes de être punis au jour du jugement; la chair & par les impudicités,

10. Et principalement ceux qui les perfonnes qui s'étoient véritafuivent les mouvemens de la blement retirées d'avec ceux qui chair, dans des convoitifes im-vivent dans l'égarement; pures, qui méprifent les puiffan- 19. Leur promettant la liberté ces, qui font audacieux, attachés quoiqu'ils foient eux-mêmes à leurs fens, & qui ne craignent efclaves de la corruption; car point de parler mal des dignités. on devient efclave de celui par

11. Au lieu que les anges, quoi- lequel on eft vaincu. que plus grands en force & en 20. Car si après être échappés puiffance, ne prononcent point des fouillures du monde, par la contre elles de fentence de malé-connoiffance de notre Seigneur diction devant le Seigneur. & Sauveur Jéfus - Chrift, ils s'y

12. Mais ceux-ci, comme des engagent de nouveau & en font bêtes deftituées de raison, qui ne vaincus, leur dernière condition fuivent que la nature, & qui eft devenue pire que la première. font faites pour être prifes & 21. Car il leur eût mieux valu détruites, blamant ce qu'ils n'en-de n'avoir point connu la voie de tendent point, périront par leur la juftice, que de fe détourner propre corruption, recevant le après l'avoir connue, du faint falaire de leur iniquité. commandement qui leur avoit été

13. Ils aiment à être tous les donné. jours dans les délices; ce font des 22. Mais ce qu'on dit par un taches & des fouillures parmi vous; proverbe véritable, leur eft arriils prennent plaisir à vous féduire, vé: Le chien eft retourné à ce lorsqu'ils mangent avec vous. qu'il avoit vomi, & la truie, après

14. Ils ont les yeux pleins d'adul- avoir été lavée, s'eft vautrée de tère, & d'un péché qui ne ceffe nouveau dans le bourbier. jamais, amorçant les ames qui ne CHAPITRE III. font pas fermes, ayant le cœur Des moqueurs aux derniers jours, exercé à l'avarice; ce sont des du second avénement de Jésusenfans de malédiction. Christ, et du renouvellement de toutes choses.

15. Qui ayant quitté le droit vant la voie de Balaam fils de Mes bien-aimés, je vous écris

"

épitre. Dans l'une & dans l'autre, durant la nuit; & en ce jour les je réveille par mes avertiffemens cieux pafferont, avec le bruit les fentimens purs que vous avez; d'une effroyable tempête, & les 2. Afin que vous vous fouveniez élémens embrafés feront diffous, des chofes qui ont été prédites par & la terre fera entièrement brûlée, les faints prophètes, & du com-avec tout ce qu'elle contient. mandement que vous avez reçu de 11. Puis donc que toutes ces nous, qui fommes les apôtres de chofes doivent fe diffoudre, quels notre Seigneur & Sauveur. ne devez-vous pas être par une 3. Sachez avant toutes chofes, fainte conduite, & par des œuvres qu'aux derniers jours il viendra de piété;

des moqueurs, qui fe conduiront 12. En attendant, & en vous par leurs propres convoitifes; hâtant pour la venue du jour de 4. Et qui diront: Où eft la pro-Dieu, auquel les cieux enflammeffe de fon avénement? Car més feront diffous, & les élémens depuis que nos pères font morts, embrafés fe fondront! toutes chofes demeurent dans le 13. Or nous attendons, felon fa même état où elles étoient au promeffe, de nouveaux cieux & une commencement de la création. nouvelle terre, où la justice habite.

5. Car ils ignorent volontaire- 14. C'eft pourquoi, mes bienment ceci; c'eft que les cieux aimés, en attendant ces chofes furent autrefois créés par la pa- faites tous vos efforts, afin qu'il role de Dieu, aussi bien que la vous trouve fans tache & fans terre, qui fut tirée de l'eau, & reproche dans la paix. qui fubsiftoit parmi l'eau ; 15. Et croyez que la longue pa6. Et que ce fut par ces chofes tience de notre Seigneur eft pour même que le monde d'alors périt, votre falut; comme Paul notre étant fubmergé par les eaux du frère bien-aimé vous l'a aussi déluge. écrit, felon la fageffe qui lui a

7. Mais les cieux & la terre été donnée; d'à préfent font gardés par la 16. Ainsi qu'il le fait dans toutes même parole, & refervés pour le fes épîtres où il parle de ces feu, au jour du jugement & de la chofes; entre lefquelles il y en deftruction des hommes impies. a de difficiles à entendre, que les

8. Mais vous, mes bien-aimés, ignorans & ceux qui font mal vous n'ignorez pas une chofe, affurés tordent, comme les autres c'eft qu'à l'égard du Seigneur un Ecritures, à leur propre perdition. jour est comme mille ans, & que 17. Vous donc, mes bien-aimés, mille ans sont comme un jour. puisque vous en êtes avertis, 9. Le Seigneur né retarde point foyez fur vos gardes, de peur l'exécution de fa promeffe, comme qu'étant entraînés avec les autres, quelques-uns croient qu'il y ait par la féduction de ces abominadu retardement; mais il ufe de bles, vous ne veniez à déchoir patience envers nous, ne voulant de votre fermeté. point qu'aucun périffe, mais vou- 18. Mais croiffez dans la grace lant que tous viennent à la repen- & dans la connoiffance de notre tance. Seigneur & Sauveur Jéfus-Christ. 10. Mais le jour du Seigneur A lui foit gloire, & maintenant, viendra comme un larron vient & dans toute l'éternité. Amen.

« PreviousContinue »