Page images
PDF
EPUB

DE FAUCHE-BOREL

A MONSIEUR RIFFÉ,

Substitut de Monsieur le Procurcur du

Roi, et en cette qualité ayant porté la parole dans l'affaire contre Perler;

SUIVIE

DU JUGEMENT RENDU CONTRE CE DERNIER.

A PARIS, Caez L. G. MICHAUD, IMPRIMEUR DU ROI,

RUE DES BONS-ENFANTS, No. 34; ET CHEZ GIDE FILS, LIBRAIRE, RUE ST.-MARG, 2°, 20.

JUIN 1816.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

De FAUCHE - BOREL à Monsieur Riffé,

substitut de Monsieur le procureur du Roi , et en cette qualité ayant porté la parole dans l'affaire contre Perlet.

Le député vint donc et fit cette harangue :
Romains, et vous, sénat, assis pour m'écouter,
Je supplie avant tout les Dieux de m'assister;
Veuillent les immortels, conducteurs de ma langue,
Que je ne dise rien qui doive être repris.

( Le Paysan du Danube.)

Quel style employer désormais pour me défendre? Quels noms oserais-je prononcer encore et de quelles expressions me sera-t-il permis de faire usage? Je l'ignore. Mais ce n'est plus moi, je me trouve tout autre, et pour la première fois de ma vie je me sens interdi.

Jours de bonheur! jours de confiance, de périls et de gloire! où j'entendais ces paroles sortir d'une bouche

auguste: Allez, Louis , vous seul pouvez remplir cette mission périlleuse, allez; et j'y allais, et ces

a..

que la

paroles, comme par enchantement, m'élevant au-dessus de moi-même, me couvrant comme d'une égide sacrée, je traversais le Rhin sur un frèle esquif, au feu redoublé de l'ennemi, et j'arrivais.

Jene tremblais pasalors; alorsl’effroi n'approchait pas de mon sein ; et parce que le substitut de Monsieur le procureur du Roi m'a reproché d'avoir, pour ma justification, osé mettre en contact ce qu'il y a de plus noble avec ce qu'il y a de plus vil, voilà la crainte s'emparede moi, et que,

dans ma cause, ayant encore à parler, je ne sais plus à quel langage recourir.

Quand je publiai mon Mémoire contre Perlet, je tins pour assuré que j'allais me heurter contre trois sortes de puissances :

Les fidèles de Buonaparte, pour qui c'est un crime irrémissible

que

d'avoir participé au renversement de l'idole;

Les importants des Tuileries, ceux qui font cercle autour du soleil pour en absorber les rayons;

Et les salons de Paris, où il est interdit , sous peine de ridicule, à tout homme qui a de l'énergie,de s'élancer au-delà de sa sphère.

Je me savais donc en butte à la haine des premiers, à la morgue intéressée des seconds, et aux gentillesses de ceux-ci. Mais ce à quoi je ne me fusse jamais attendu , c'est à l'improbation de Monsieur le substitut du procureur du Roi.

Rien de moins en harmonie avec ses conclusions que sa conduite durant l'instruction du procès.

A l'entendre presser mon adversaire de questions, à la manière dont il forçait le coupable de restituer la vérité par tous les pores, on eût dit que Monsieur le substitut était plus jaloux que moi de voir jaillir mon innocence du sein des débats, pour la

proclamer ensuite, lui-même, et ne me rien laisser à desirer dans mon triomphe. En effet, dans cette étrange affaire , qui n'a vu les magistrats épouvantés, sur leurs siéges, de la noirceur d'un Perlet, et soulevés en ma faveur par la franchise de mon dévouement? Qui n'a vu ces magistrats se dépouiller involontairement de leur impassibilité accoutumée pour s'identifier avec moi, et , jusque dans le sanctuaire de la justice, l'auditoire me battre des mains ?

Ce dut être, ce fut donc pour moi une douloureuse surprise que d'entendre débuter

« PreviousContinue »