Page images
PDF
EPUB

States of the Church.

CORRESPONDANCE

DE LA COUR DE ROME

AVEC

LES AGENS DE BUONAPARTE,
Relative à l'invasion des États du Pape

en 1808;
PUBLIÉE dans le temps par F. D. AYNĖS,
Qui a ajouté à cette Édition des détails authentiques

sur le dernier Voyage de Sa Sainteté, en Janvier
et Février 1814.

Inimicos ejus induam confusione ; super ipsum
autem efflorebit sanctificatio mea.

Psalm. 131.

[merged small][graphic]

A LYON,
Chez BCHAIRE, libraire, rue Puits-Gaillot, N.° g.

[blocks in formation]

AVIS DE L'ÉDITEUR.

Cette Collection est la même que je fis
circuler en 1809 : elle renferme le texte des
pièces les plus importantes, et sur-tout celui de
la Bulle de l'excommunication que j'ai traduite,
ainsi
que

les lettres du Pape Pie VII, soit au Cardinal Maury, soit au Théologal de Florence. Ces deux dernières pièces sont parvenues en France par le zèle de mon compatriote et mon compagnon d'infortune, M. Bestanddu CoinDans la lettre du Saint-Père au Cardinal Maury, en date du 5 novembre 1810, le Chef de l'Eglise lui enjoint de quitter sur-le-champ l'administration du diocèse de Paris, sous peine d'encourir les peines prononcées par les Saints Canons. Dans la lettre au Théologal de Florence, que la soi-disant grande duchesse de Florence a exilé à l'ile d'Elbe, le Saint-Père s'expliquait cathégoriquement sur l'incompétence de l'Evêque de Nancy, soit à remplir le siège de Florence, soit à en administrer le diocèse Il déclare même très-formellement, que tous les actes émanés de M. d'Osmont dans le diocèse de Florence,

[ocr errors][merged small]

seront nuls et non avenus. D'où il faut conclure que si le Saint-Père eût pu faire entendre sa voix , il eût vraisemblablement excommunié MM. Maury, d’Osmont, Jauffrey , etc.

Parmi les pièces contenues dans ce Recueil, il faut regarder comme non authentique le Bref du 27 mars 1808, dont je n'ai jamais vu le texte original. Je dois déclarer aussi

que

la lettre du gouverneur de Rome, en date du 20 avril 1808, n'a pas été avouée par Monseigneur Cavalchini; enfin , j'ai appris que la circulaire du Saint-Père , en date du 5 février 1808 , n'avait

reçue par les Cardinaux à qui elle paraît avoir été adressée.

La précipitation avec laquelle cette correspondance fut imprimée, me dispense de réclamer l'indulgence du lecteur, pour les fautes nombreuses qui s'y trouvent.

pas été

PIECES OFFICIELLES.

BILLET DE M. L'AMBASSADEUR ALQUIER,

A. S. E. le Cardinal Secrétaire d'État.

Rome, le 29 Janvier 1808. J'ai l'honneur de transmettre à Votre Eminence la copie de l'Itinéraire qui sera suivi par deux colonnes de troupes, formant 6000 hommes; lesquelles doivent, sans s'arrêter traverser l'Etat Romain. M. le général Miollis, en me communiquant cet ordre de marche, m'a donné l'assurance que ces troupes , en passant par les différens bourgs de l'Etat Romain, conserveront le meilleur ordre

possible ; et la réputation de M. le général Miollis est si universellement établie, que je ne crains point, M. le Cardinal, de me rendre garant de l'accomplissement de sa promesse.

J'ai l'honneur de renouveler à Votre Eminence l'assurance de ma respectueuse considération.

A MONSIEUR L'AMBASSADEUR ALQUIER.

Du Palais Quirinal, le 30 janvier 1808. Le Cardinal, Secrétaire d'Etat, a reçu la note de Votre Excellence, en date d'hier, et il s'est fait un devoir de la mettre sous les veux de Sa Sainteté.

« PreviousContinue »