Page images
PDF
EPUB

de quinze ans accomplis, le coupable subira la peine des travaux forcés à lemps. » (L. 28 avril 1832.) P.74", 15, 19, 28, 47, 333.

333. «Si les coupables sont les ascendants de la personne sur laquelle a été commis l'attentat, s'ils sont de la classe de ceux qui ont autorité sur elle, s'ils sont ses instituteurs ou ses serviteurs à gages, ou serviteurs à gages des personnes ci-dessus désignées, s'ils sont fonctionnaires ou ministres d'un culte, ou si le coupable, quel qu'il soit, a été aidé dans son crime par une ou plusieurs personnes, la peine sera celle des travaux forcés à temps, dans le cas prévu par l'article 331, et des travaux forcés à perpe

tuité, dans les cas prévus par l'article précédent. » (Même loi.) P.7 2040, · 15, 18, 19, 28, 47, 334, 335.

334. Quiconque aura attenté aux meurs, en excitant, favorisant ou facilitant habituellement la débauche ou la corruption de la jeunessc de l'un ou de l'autre sexe au-dessous de l'âge de vingt-un ans, sera puni d'un emprisonnement de six mois à deux ans, et d'une amende de cinquante francs à cinq cents francs, C. 388. P.9 3o, 40 s., 52, 335.

Si la prostitution ou la corruption a été excitée, favorisée ou facilitée par leurs pères, mères, tuteurs ou autres personnes chargées de leur surveillance, la peine sera de deux ans à cinq ans d'emprisonnement, et de trois cents francs à mille francs d'amende. P. 312, 353, 335.

335. Les coupables du délit mentionné au précédent article seront inlerdits de toute tutelle et curatelle, et de toute participation aux conseils de famille; savoir, les individus auxquels s'applique le premier paragraphe de cet article, pendant deux ans au moins et cinq ans au plus, et ceux dont il est parlé au second paragraphe, pendant dix ans au moins et vingt ans au plus. C. 443, 444, 445. — P.42 6'.

Si le délit a été commis par le père ou la mère, le coupable şera de plus privé des droits et avantages à lui accordés sur la personne et les biens de l'enfant par le Code civil, livre ler, titre IX, de la Puissance paternelle (384). P. 312.

Dans tous les cas, les coupables pourront de plus être mis, par l'arrêt ou le jugement, sous la surveillance de la laute police, en observant, pour la durée de la surveillance, ce qui vient d'être établi pour la durée de l'interdiction mentionnée au présent article. P. 44, 50.

336. L'adultère de la femme ne pourra être dénoncé que par le mari; cette faculté même cessera s'il est dans le cas prévu par l'article 339, C. 229, 230, 308, 309, 313. – P. 324, 337 à 339, 357, 433.

337. La femme convaincue d'adultère subira la peine de l'emprisonnement pendant trois mois au moins et deux ans au plus. P. 40 s., 324, 336, 338, 339.

Le mari restera le maître d'arrêter l'effet de cette condamnation, en consentant à reprendre sa femme.

338. Le complice de la femme adultère sera puni de l'emprisonnement pendant le même espace de temps, et, en outre, d'une amende de cent francs à deux mille francs. P. 930, 40 s., 52, 59 s.

Les seules preuves qui pourront être admises contre le prévenu de complicité, seront, outre le flagrant délit, celles résultant de lettres ou autres pièces écrites par le prévenu. I. cr. 41. - P. 324, 336.

339. Le mari qui aura entretenu une concubine dans la maison conjugale, et qui aura été convaincu sur la plainte de la femme, sera puni d'une amende de cent francs à deux mille francs. C. 108, 230. -P. 324, 336 s. 340. Quiconque étant engagé dans les liens du mariage en aura contracté un autre avant la dissolution du précédent, sera puni de la peine des travaux forcés à temps. C. 139, 147, 188 s., 228. - P. 74°, 15, 19, 28, 47.

L'officier public qui aura prêté son ministère à ce mariage, connaissant l'existence du précédent, sera condamné à la même peine.

SECTION V. ARRESTATIONS ILLÉGALES ET SÉQUESTRATIONS DE PERSONNES. 341. Seront punis de la peine des travaux forcés à temps, ceux qui, sans ordre des autorités constituées et hors les cas où la loi ordonne de saisir des prévenus, auront arrêté, détenu ou séquestré des personnes quelconques. P. 749, 15, 19, 28, 47.

Quiconque aura prêté un lieu pour exécuter la détention ou séquestralion, subira la même peine. Charte 4. - Pr. 788. - I. cr. 615 s. — P. 122, 342 s.

342. Si la délention ou séquestration a duré plus d'un mois, la peine sera celle des travaux forcés à perpétuité. P. 7 2', 15, 18, 341, 343 s.

343. La peine sera réduite à l'emprisonnement de deux ans à cinq ans, si les coupables des délits mentionnés en l'article 341, non encore poursuivis de fait, ont rendu la liberté à la personne arrêtée, séquestrée ou délenue, avant le dixième jour accompli depuis celui de l'arrestation, détention ou séquestration. Ils pourront néanmoins être renvoyés sous la surveillance de la haute police, depuis cinq ans jusqu'à dix ans. P. 40 s., 44, 50.

344. « Dans chacun des deux cas suivants :

1° Si l'arrestation a été exécutée avec le faux costume , sous un faux nom, ou sur un faux ordre de l'autorité publique; P. 258, 259, 381 4".

20 Si l'individu arrêté, détenu ou séquestré, a été menacé de la mort, P. 305 s.

Les coupables seront punis des travaux forcés à perpétuité, P. 7 20, 15, 18.

Mais la peine sera celle de la mort, si les personnes arrêtées, détenues ou séquestrées, ont été soumises à des tortures corporelles. » (L. 28 avril 1832.) P. 7 1o. 12, 303, 341 s.

SECTION VI. CRIMES ET DÉLITS TENDANT A EMPÊCHER OU DÉTRUIRE LA PREUVE DE L'ÉTAT

CIVIL D'UN ENFANT, OU A COMPROMETTRE SON EXISTENCE ; ENLÈVEMENT DE MINEURS ; INFRACTION AUX LOIS SUR LES INHUMATIONS.

Ier. Crimes et délits envers l'enfant.

345. Les coupables d'enlèvement, de recélé ou de suppression d'un enfant, de substitution d'un enfant à un autre, ou de supposition d'un enfant à une femme qui ne sera pas accouchée, seront punis de la réclusion. C. 319 s., 326 s. P. 760, 21, 28, 47.

La même peine aura lieu contre ceux qui, étant chargés d'un enfant, ne Je représenteront point aux personnes qui ont le droit de le réclamer. C.58, 389, 390, 450. – P. 331 s., 346 s., 354 s.

346. Toute personne qui, ayant assisté à un accouchement, n'aura pas fait la déclaration à elle prescrite par l'article 56 du Code civil, et dans les

délais fixés par l'article 55 du même Code, sera punie d'un emprisonnement de six jours à six mois, et d'une amende de scize francs à trois cents francs. P. 9 3', 40 s., 52, 347 s.

347. Toute personne qui, ayant trouvé un enfant nouveau-né, ne l'aura pas remis à l'officier de l'état civil, ainsi qu'il est prescrit par l'article 58 du Code civil, sera punie des peines portées au précédent article. P. 9 3o, 40 s., 52.

La présente disposition n'est point applicable à celui qui aurait consenti à se charger de l'enfant, et qui aurait fait sa déclaration à cet égard devant la municipalité du lieu où l'enfant a été trouvé.

348. Ceux qui auront porté à un hospice un enfant au-dessous de l'âge de sept ans accomplis, qui leur aurait été confié afin qu'ils en prissent soin ou pour toute autre cause, seront punis d'un emprisonnement de six semaines à six mois, et d'une amende de seize francs à cinquante francs. C. 203. – P. 9 3o, 40 s., 52, 345, 349 s.

Toutefois aucune peine ne sera prononcée, s'ils n'étaient pas tenus ou ne s'étaient pas obligés de pourvoir gratuitement à la nourriture et à l'entretien de l'enfant, et si personne n'y avait pourvu. P. 64.

349. Ceux qui auront exposé et délaissé en un lieu solitaire un enfant au-dessous de l'âge de sept ans accomplis, ceux qui auront donné l'ordre de l'exposer ainsi, si cet ordre a été exécuté, seront, pour ce scul fait, condamnés à un emprisonnement de six mois à deux ans, et à une amende de seize francs à deux cents francs. C. 58. -- P. 9 3o, 40 s., 52, 345, 348, 350 s.

350. La peine portée au précédent article sera de deux ans à cinq ans, et l'amende de cinquante francs à quatre cents francs, contre les tuleurs ou tutrices, instituteurs ou institutrices de l'enfant exposé et délaissé par eux ou par leur ordre. C. 389, 390, 450. — P.9 3o, 40 s., 52, 351, 353.

351. Si, par suite de l'exposition et du délaissement prévus par les articles 349 et 350, l'enfant est demeuré mutilé ou estropié, l'action sera considérée comme blessures volontaires à lui faites par la personne qui l'a exposé et délaissé; et si la mort s'en est suivie, l'action sera considérée comme meurtre : au premier cas, les coupables subiront la peine applicable aux blessures volontaires; et au second cas, celle du meurtre. P. 7 2° 4° 6°, 295, 304, 309 s.

353. Ceux qui auront exposé et délaissé en un lieu non solitaire un enfant au-dessous de l'âge de sept ans accomplis, seront punis d'un emprisonnement de trois mois à un an, et d'une amende de seize francs à cent francs. P. 9 3", 40 s., 52, 349, 353.

353. Le délit prévu par le précédent article sera puni d'un emprisonnement de six mois à deux ans, et d'une amende de vingt-cinq francs à deux cents francs, s'il a été commis par les tuteurs ou tutrices, instituteurs ou institutrices de l'enfant. C. 389, 390, 450. — P.9 3o, 40 s., 52, 350.

S II. Enlèvement de mineurs. 354. Quiconque aura , par fraude ou violence, enlevé ou fait enlever des mineurs , ou les aura entraînés, détournés ou déplacés, ou les aura fait entraîner , détourner ou déplacer des lieux où ils étaient mis par ceux à l'autorité ou à la direction desquels ils étaient soumis ou confiés, subira la peine de la réclusion. P. 76°, 21, 28, 47, 331 s., 345 s., 355 s., 406. 356. Si la personne ainsi enlevée ou détournée est une fille au-dessous

de seize ans accomplis, la peine sera celle des travaux forcés à temps. C. 340. — P. 7.4", 15, 19, 28, 47, 331, 332, 354, 356, 357.

356. Quand la fille au-dessous de seize ans aurait consenti à son enlèvement ou suivi volontairement le ravisseur, si celui-ci était majeur de vingt-un ans ou au-dessus, il sera condamné aux travaux forcés à temps. C. 340. — P. 749, 15, 19, 28, 47.

Si le ravisseur n'avait pas encore vingt-un ans, il sera puni d'un emprisonnement de deux à cinq ans. P.40 s.

357. Dans le cas où le ravisseur aurait épousé la fille qu'il a enlevée, il ne pourra être poursuivi que sur la plainte des personnes qui, d'après le Code civil, ont le droit de demander la nullité du mariage, ni condamné qu'après que la nullité du mariage aura été prononcée. C. 180, 184, 340. - P. 336, 354 s., 433.

S III. Infraction aux lois sur les inhumations. 358. Ceux qui, sans l'autorisation préalable de l'officier public, dans le cas où elle est prescrite, auront fait inhumer un individu décédé, seront punis de six jours à deux mois d'emprisonnement, et d'une amende de seize francs à cinquante francs; sans préjudice de la poursuite des crimes dont les auteurs de ce délit pourraient être prévenus dans cette circonstance, C. 77 s. — P. 9 3o, 40 s., 52, 359, 360.

La même peine aura lieu contre ceux qui auront contrevenu, de quelque manière que ce soit, à la loi et aux règlements relatifs aux inhumations précipitées,

359. Quiconque aura recélé ou caché le cadavre d'une personne homicidée ou morte des suites de coups ou blessures, sera puni d'un emprisonnement de six mois à deux ans, et d'une amende dc cinquante francs à quatre cents francs; sans préjudice de peines plus graves, s'il a participé au crime. P. 9 39, 40 s, 52, 62, 63, 83, 2/8, 358, 360, 380, 900.

360. Sera puni d'un emprisonnement de trois mois à un an, et de seize francs à deux cents francs d'amende , quiconque se sera rendu coupable de violation de tombeaux ou de sépultures ; sans préjudice des peines contre les crimes ou délits qui seraient joints à celui-ci. P. 93°, 40 s., 52, 358, 359,

SECTION VII.
FAUX TÉMOIGNAGE, CALOMNIE, INJURES, RÉVÉLATION DE SECRETS.

S ler: Faux témoignage.
361. Quiconque sera coupable de faux témoignage en matière crimi-
nelle, soit contre l'accusé, soit en sa faveur, sera puni de la peine des tra-
vaux forcés à temps. 1. cr. 317. – P. 749, 15, 19, 28, 47, 362 s.

Si néanmoins l'accusé a été condamné à une peine plus forte que celle des travaux forcés à temps, le faux témoin qui a deposé contre lui subira la même peine. P. 71° 20 3°.

362. « Quiconque sera coupable de faux témoignage en matière correctionnelle, soit contre le prévenu, soit en sa faveur, sera puni de la réclusion. 1. cr. 155, 179, 189, 190. – P. 7 6", 21, 28, 47, 361, 362 s.

Quiconque sera coupable de faux témoignage en matière de police, soit contre le prévenu, soit en sa faveur , sera puni de la dégradation civique et de la peine de l'emprisonnement pour un an au moins et cinq ans au plus." (L. 28 avril 1832.) P. 8 2", 34, 35, 40 s.

[ocr errors]

363. « Le coupable de faux témoignage, en matière civile, sera puni de la peine de la réclusion. » (L. 28 avril 1832.) Pr. 262. - P. 76°, 21, 28, 47, 364, 365, 366.

364. « Lc faux témoin en matière correctionnelle ou civile, qui aura reçu de l'argent, une récompense quelconque ou des promesses, sera puni des travaux forcés à temps. Pr. 262. - 1. cr. 179, 189. – P. 74°, 15, 19, 28, 47, 60, 177 s., 362, 365.

Le faux témoin en matière de police, qui aura reçu de l'argent, une récompense quelconque ou des promesses, sera puni de la réclusion, I, cr. 155. – P. 76', 21, 28, 47.

Dans tous les cas, ce que le faux témoin aura reçu sera confisqué. » (Même loi.) P. 11, 176 et note.

365, « Le coupable de subornation de témoins sera passible des mêmes peines que le faux témoin , selon les distinctions contenues dans les articles 361, 362, 363 et 364. » (Même loi.)

366. Celui à qui le serment aura été déféré ou référé en matière civile, et qui aura fait un faux serment, sera puni de la dégradation civique. C. 1358, 1366. - Pr. 120, 121. - P.8 2°, 34, 35, 363.

§ II. Calomnie, injures *, révélation de secrets. 367 à 372. Abrogés par la loi du 17 mai 1819, art. 26.

373. Quiconque aura fait par écrit une dénonciation calomnicuse contre un ou plusieurs individus, aux officiers de justice ou de police administrative ou judiciaire, sera puni d'un emprisonnement d'un mois à un an, et d'une amende de cent francs à trois millefrancs. C. 727 20.-I. cr.31, 358, 359. – P. 9 3o, 40 s., 52.

374 à 375. Abrogés par loi du 17 mai 1819, art. 26.

376. ** Toutes autres injures ou expressions outrageantes qui n'auront pas eu ce double caractère de gravité et de publicité, ne donneront lieu qu'à des peines de simple police. I. cr. 138. - P. 1, 464.

377. Abrogé par la loi du 17 mai 1819, art. 26.

378. Les médecins, chirurgiens et autres officiers de santé, ainsi que les pharmaciens, les sages-femmes, et toutes autres personnes dépositaires, par état ou profession, des secrets qu'on leur confie, qui, lors le cas où la loi les oblige à se porter dénonciateurs, auront révélé ces secrets, seront punis d'un emprisonnement d'un mois à six mois, et d'une amende de cont francs à cinq cents francs. P. 9 3o, 40 s., 52, 80, 187, 418.

* V. Supp. vis Diffamation et Presso.

" Cet article a été virtuellement rapporté, comme les précédents, par la loi du 17 mai 1819 qui n'en a pas cependant prononcé l'abrogation expresse, il se trouve remplacé par l'article 20 de cette loi qui renferme la même disposition en d'autres lermes (V. Supp. yo Presse). Il se référait à l'articlc 375 qui élait ainsi conçu :

Quant aux injures ou aur espressions outrageantes qui ne renfermeraient l'imputation d'aucun fait précis, mais celle d'un vice déterminé, si elles ont été proferées dans des lieux ou réunions publics, Qu insérées dans des écrits imprimés ou non, qui auraient élé répandus ei distribués, la peine sera d'unc amcade de seize francs à cinq cents francs, »

« PreviousContinue »