Page images
PDF
EPUB

suit une révélation bien ou mal interprétée , elle semble dangereuse. Que répondre à des gens pour lesquels toute science paraît un problème capable d'exaspérer les passions des hommes ? Il n'y a que des philosophes qui puissent, sans élever une voix indiscrète , adopter l'intelligence des sens et du secret de la morale religieuse.

L'OMBRE DE CAMBYSE.

Les mauvais jugemens passent à la postérité plus sûrement encore que les bons ; ils y passent avec les noms de ceux qui ont eu la scélératesse ou la pusillanimité de s'y prêter. L'infamie les attend après leur mort; et quelquefois même une réaction peut les atteindre de leur vivant.

DUPIN.

CHAPITRE VIII.

Le Français, dit - on, est adroit; mais le Hollandais est très-industrieux. Il faut laisser un libre cours à la haine naturelle que produit la trop grande fierté du fils de Barnevelt , avec la présomption française....... C'est maintenant le seul hasard qui peut prononcer en ma faveur; voilà ce que je pensais après avoir parcouru plusieurs fois l'arrêt de la cour supérieure de Bruxelles. Déjà , il n'était question , à Louvain , que de mon pouvoir magique ; les gens sages n'y croyaient point ; mais le peuple, ami du merveilleux, assurait

que je paraissais sous trois formes différentes, à l'exemple des Circée du pays de Larisse , je faisais descendre la lune à volonté, ou bien, inspirée par les sorcières de la Thessalie , que voyait Polémon , j'avais la puissance d'ouvrirles sépulcres, d'exhumer les morts, et que Rhombus, dont se servaient , dans leurs opérations de nécromancie , les sibylles de l'antiquité, était sans doute , renfermé dans cette loupe magique que j'avais à la main , pour enchanter probablement mes juges.

On croyait brûler un petit grain d'encens pieds du despotisme', en décochant quelques traits contre celle qui n'a jamais attaqué que les abus des frelons politiques ; mais une promenade sous la garde des familiers de la sainte inquisition *, dans les rues de Louvain, et un bûcher pour lit de

repos, au bout de sa course , auraient produit un merveilleux effet sur les amateurs d'autodafé, et auraient convaincu ceux qui auraient honoré de quelque intérêt l'auteur des ouvrages qui déplaisaient aux hypocondriaques, qu'il aurait commis une

aux

« * J'entends sonner toutes les cloches de la ville, le peuple se » presse en foule pour voir l'auguste cérémonie de l'autodafé : » au milieu de l'appareil de la puissance, on aperçoit bientôt la » banière de l'inquisition. Les tristes victimes

que

le saint-office » veut immoler sont revêtues d'habits couverts de flammes , de

démons, etc. Ceux qui doivent être brûlés ont des flammes

droites; ceux qui ne seront que fouettés ou bannis ont des » flammes renversées, la tête ornée de carochas; chacun d'eux a » pour parrain un grand seigneur qui a la faiblesse déshonorante

eux

sont in

faute très-grave, en propagant des faits que l'on voulait étouffer. Ces æuvres

selon véritable assassinat de la morale , et le poison corrupteur des empires.

Les cours reconnaissans y trouveront au contraire, à chaque page, l'amour de l'humanité, l'éloge des vertus, la haine de la persécution, l'horreur des préjugés, des abus et du crime; la défense des

opprimés, l'indignation contre les oppresseurs, la satire des sots, le respect pour la vérité et le zèle pour la tolérance, etc., etc. On voit par là combien il est facile d'inventer des imputations calomnieuses sur un simple mot qui pouvait m'être échappé sans dessein. La plupart de ceux qui me rendaient des visites habituelles avaient commencé avec un sentiment de crainte à m'honorer de leur présence, et continuaient ces visites par un touchant intérêt. De ce nombre était une personne qui, loin de me rassurer sur l'issue de mon procès, me disait chaque jour : Votre condamnation

» de jouer un rôle dans cette tragédie*. » Prétendue magicienne française, mon persécuteur (qui , dans cette circontance , répondait de moi), en m'accompagnant au bûcher, aurait poussé la galanterie, sans doute , jusqu'à me gratifier d'un grand scapulaire de toile jaune parsemé de croix de Saint-André peintes en rouge, et d'un bonnet de carton élevé en forme de pain de sucre, et couvert de signes emblématiques, pour me faire entendre , à moi, Sibylle parisienne, que je n'avais plus de miséricorde à espérer ; que j'étais condamnée.

*(Dellon.)

est certaine *; dans cette hypothèse, il faudra demander votre grâce au roi des Pays-Bas. Je frémis à cette idée, et je formai le projet de ne jamais solliciter cette honteuse faveur. Un refus me paraissait humiliant et cruel; en obtenant tout de la clémence royale, je ne pouvais plus être en paix avec moi-même. Ah ! lui disje, si votre souverain connaissait la pureté de mon cæur, s'il savait quels sont mes voeux et pour lụi et pour son auguste famille , peut être alors que la pitié, la reconnaissance... Sentimens glacés, repris-je avec véhémence! pouvez-vous satisfaire l'honneur offensé?

* Comment mon persécuteur pourra-t-il se justifier, aux yeux du Brabant, sur les ordres secrets transmis à ses sicaires ? ils sont ses instrumens leur faiblesse d'esprit , leur peu de caractère , sont la cause de leur servilité. Un désir de cet homme ferait décapiter un innocent; la fureur et la ruse s'emparent de lui tout à coup, surtout quand il veut accomplir une résolution quelconque, bonne ou mauvaise...

Lorsque je voulus réclamer à Louvain un délai de quelques jours, pour connaître les antécédens de ma procédure , des rugissemens, pareils à ceux du tigre qui déchire sa proie , exilèrent du temple de Thémis l'humanité et la justice. Aussi qu'est-il résulté de cette opposition de M. le procureur

du roi; c'est que dans cette ville de Louvain, où l'on a été plus a portée de juger la conduite et la doctrine de mon oppresseur , les suffrages populaires m'ont unanimement accueillie. On ne m'a jugée, par mes æuvres, que comme une femme que la délation avait poursuivie, et que la persécution avait frappée. Voilà, je pense, l'expression la plus forte de la réprobation publique du système inhumain que l'on n'a cessé d'exercer envers moi.

« PreviousContinue »