Page images
PDF
EPUB

prompte justice !!! Mon écrou est injurieux ; il l'est pour ceux qui m'honorent de leur amitié ; il l'est pour ceux qui ont eu la rare bienveillance de jeter sur mes écrits un regard protecteur; il l'est encore pour ma nation, qui, depuis tant d'années, a toujours su me rendre justice !!! Je n'ai démérité de personne, Messieurs ; je suis digne de l'estime, même de la louange des gens de bien!!! Il vous reste maintenant à prononcer sur le tout !!!

LE NORMAND,

De la maison d'arrêt de Bruxelles , 7 mai 1821.

.

LE CRI DE L'HONNEUR.

SECOND MÉMOIRE JUSTIFICATIF

POUR Me LE NORMAND,

AUTEUR PROPRIÉTAIRE,

Domiciliée à Paris, rue de Tournon, no 5, de présent sous

mandat de dépôt à la maison d'arrêt de Bruxelles,

A MM. LES CONSEILLERS

de la cour d'appel, chambre des mises en accusation.

Legem nocens, fortunam innocens. Le crime craint les lois, l'innocence les hommes.

MESSIEURS,

Le temple de Thémis est ouvert pour redresser les torts faits au faible par la félonie du puissant ; la veuve, l'orphelin , l'étranger, doivent trouver dans les ministres de la justice des défenseurs nés de leurs droits ; ils doivent protéger l'innocence et foudroyer le calomniateur ; le trait de leur balance doit être juste pour tous, soit qu'ils absolvent, soit qu'ils condamnent....

Qu'il est cruel de se voir avili dans l'opinion publique, quand

on a conservé toute la délicatesse de l'honneur ! Je le vois , un sort aveugle conduit les hommes et se joue de leurs destinées ! mais , dans mon singulier procès, la renommée s'est fait un jeu cruel de charger le tableau.

Quicumque amisit pristinam dignitatem ,
Ignavis etiam jocus est in casu gravi.

Rien ne serait plus dangereux pour la société que l'impunité du crime qui en troublerait l'ordre ; mais rien aussi ne répugne plus à l'humanité, à la justice, à la nature , que la condamnation de l'innocent. **

C'est le sort du faible d'être presque toujours sacrifié par des

**

* «Quand un homme a perdu tout ce qui imposait à la mulitude, daus son malheur il se voit encore le jouet de ce qu'il y a de plus lâche et de plus méprisable.

** Je suis femme, mais , certes , s'il m'était donné la pénible tâche d'analyser les actions de mes semblables, de les accuser , au moins je voudrais mûrement réfléchir sur les conséquences !!!

Avant que de priver l'innocent du droit d'une défense naturelle , je le mettrais aux prises, en ma présence, avec ses accusateurs ; je jugerais par moi-même de la nature des faits , et en bonne physionomiste j’arracherais sans pitié le masque trompeur dont chercheraient à se couvrir l'hypocrisie ou l'infernale délation.

Je ne lancerais alors un mandat de dépôt, en vertu de tel ou tel article du Code des délits et des peines , qu'après avoir interrogé ma conscience, et je me dirais encore : modérons , modérons cette incroyable promptitude. Les journaux vont me répéter : il s'agit ici de la réputation , du crédit, de la fortune de l'un de mes concitoyens ou de l'étranger sans défense et venu paisiblement' visiter nos contrées..... Ils pourront à la vérité protester sur ce qui serait illégal à leur sujet, mais pourrai-je jamais les dédommager des ennuis d'une prison, des effets de la calomnie, des pertes irréparables d'une absence...... Allons , allons , mademoiselle Le Normand, taisez-vous», de grâée ! car ,, heureusement, pour: Thémis , vous ne siégerez jamais dans son temple !!!

intérêts qui lui sont étrangers. Il n'a que sa vie, son moi humain , et on l’en prive sans scrupule.

« Venez , venez , faisons contre lui de secrètes menées : Venite, » gitemus adversus eum cogitationes. Unissons-nous pour le discré» diter tous ensemble; frappons-le de notre langue, et ne souffrons plus qu'on écoute tous ses beaux discours. »

CO

[ocr errors]

Percutiamus eum lingua , neque
Attendamus universas sermones ejus.

C'est ainsi ., messieurs, que des trembleurs, mais bien pervers, ont conjuré ma, ruine ; mais aussi un juste châtiment les atteindra, et leur sentence partira d'en haut.

Un arrêt équitable venait de détruire jusqu'au moindre soupçon de culpabilité. Je l'avais, obtenu, cet arrêt : l'article 405 du Code des délits, et des peines ne pouvait ni ne peut jamaiş m'être applicable ; il doit , et pour toujours, me demeurer étranger.

Cependant quelle est donc cette main invisible qui semblerait s'appesantir sur moi à Bruxelles ? Moi qui n'y fis tort à personne, moi, au contraire!!! voudrait-on me placer sous l'empire des regrets ???

Mon étoile a pâli devant un intègre magistrat; à tout autre qu'à M. le procureur du Roi je me serais permis de rappeler ce précepte d'un très-sage : « Tel est l'empire du préjugé; la facilité à s'y livrer , jointe à la crainte de déplaire , conduit presque toujours à l'injustice !!! »

De nouvelles lumières ne peuvent manquer de jaillir du choc des opinions pour ou contre moi, tout cet échafaudage de dires équivoques , enfantés la plupart par la sottise, cette fille du mensonge, doivent se détruire nécessairement, surtout reposant sur de fausses bases. Mon arrestation est, selon moi, une opération contraire au bon sens , une secousse violente, une impulsion nouvelle donnée à la crédulité, et dont les effets seront ressentis long-temps. Cette sortie est tant soit peu maligne; mais les gens

instruits, à votre exemple, Messieurs, sauront l'apprécier à sa juste valeur !!!

M. le procureur du Roi , en frappant d'un véto absolu la décision du conseil du tribunal de première instance , n'a fait que river mes fers pour quelques instans *...... C'est devant un autre conseil de magistrats qu'il en appelle; je trouverai parmi mes nouveaux juges un Daguesseau pour me défendre. Je resterai calme au sein du volcan; ses laves ne pourront m'atteindre! Vous vous plairez à déclarer mon innocence. C'est à vous, à votre sagesse, à votre impartialité que je devrai l'honneur de mon triomphe !!! Si l'accusation a été publique, j'en serai en quelque sorte dédommagée par un double arrêt qui ne peut qu'honorer

* Je dois déclarer ici hautement qu'il m'était libre de recouvrer ma liberté presque au moment de mon arrestation, moyennant caution ( aujourd'hui cela est difficile). J'ai hésité un instant entre l'honneur et la délicatesse ; l'honneur , pouvais-je rentrer en France sous le poids d'une accusation , moi qui, par mes relations , suis sans cesse admise dans la meilleure société et la reçois chez moi ; la délicatesse, la seule délicatesse a pu et dû m'empêcher de rentrer à mon quartier, rue Ducale, n.° 2.

J'étais persécutée, puissant motif pour m'attirer un concours nombreux; alors j'aurais compromis la sûreté et sécurité des gens paisibles qui seraient venus pendant le cours d'une information , qui nécessairement a dů troubler bien des têtes. Ah! rassurez-vous, rassurez-vous, je ne connais personne, vous seriez venu me visiter , grand Dieu! Eh ! vous pouviez être assigné le lendemain devant M. le juge d'instruction ; il est aimable, heureusement qu'il est juste..... Cependant dans votre trouble , que dis-je ? dans votre effroi , vous lui auriez non seulement décliné vos noms,

mais encore révélé vos propres affaires : apprenez donc qu'il faut savoir se contraindre quand on paraît devant dame Thémis; la déesse est peu traitable de son naturel ; elle est fine, elle est adroite, elle pénètre au fond des cours , elle en voudrait connaître les secrets ; mais ma. demoiselle Le Normand , quoi qu'il en arrive pour elle , ne lui en donnera jamais la clef, elle est sous la garde du génie de la discrétion , lui seul la console aujourd'hui de l'ingratitude des pervers.

« PreviousContinue »