Revue Militaire Suisse, Volume 49

Front Cover
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 321 - Il est également entendu que SM le Roi de Sardaigne ne peut transférer les parties neutralisées de la Savoie qu'aux conditions auxquelles il les possède lui-même, et qu'il appartiendra à SM l'Empereur des Français de s'entendre à ce sujet tant avec les Puissances représentées au Congrès de Vienne qu'avec la Confédération Helvétique et de leur donner les garanties qui résultent des stipulations rappelées dans le présent article.
Page 317 - En conséquence, toutes les fois que les Puissances voisines de la Suisse se trouveront en état d'hostilité ouverte ou imminente, les troupes de SM le roi de Sardaigne qui pourraient se trouver dans ces provinces, se retireront, et pourront à cet effet passer par le Valais, si cela devient nécessaire ; aucunes autres troupes armées d'aucune autre Puissance ne...
Page 318 - ... autre Puissance ne pourront traverser ni stationner dans les provinces et territoires susdits, sauf celles que la Confédération suisse jugerait à propos d'y placer, bien entendu que cet état de choses ne- gêne en rien l'administration de ces pays, où les agens civils de SM le roi de Sardaigne pourront aussi employer la garde municipale pour le maintien du bon ordre.
Page 319 - La neutralité de la Suisse sera étendue au territoire qui se trouve au nord d'une ligne à tirer depuis Ugine, y compris cette ville, au midi du lac d'Annecy, par Faverge jusqu'à Lecheraine, et de là au lac du Bourget jusqu'au Rhône, de la même manière qu'elle a été étendue aux provinces de Chablais et de Faucigny, par l'article 92 de l'acte final du congrès de Vienne.
Page 318 - Puissances voisines de la Suisse, se trouveront en état d'hostilités ouvertes ou imminentes, les Troupes de Sa Majesté le Roi de Sardaigne, qui pourraient se trouver dans ces Provinces se retireront et pourront à cet effet passer par le Valais si cela devient nécessaire, qu'aucunes autres Troupes armées d'aucune Puissance ne pourront y. stationner ni les traverser, sauf celles que la Confédération Suisse jugerait à propos d'y placer.
Page 803 - Jaurès avait pris une part prépondérante, était ainsi conçu : La Chambre, convaincue que le devoir de l'Etat républicain est de défendre contre les influences de l'esprit de caste et de réaction et par les moyens de contrôle régulier dont il dispose, les fidèles et courageux serviteurs de la République et de la nation, compte sur le gouvernement pour assurer dans le recrutement et l'avancement des officiers, avec la reconnaissance des droits, des mérites et...
Page 633 - ... d'évacuer ses positions sans combattre pour en prendre d'autres en arrière, ou d'en sortir pour vous attaquer. Dans la guerre de montagnes, celui qui attaque a du désavantage. Même dans la guerre offensive, l'art consiste à n'avoir que des combats . défensifs et à obliger l'ennemi à attaquer. Les positions de l'ennemi étaient bien liées : la droite était solidement appuyée , mais la gauche l'était mal ; de ce côté le pays était beaucoup plus facile.
Page 320 - L'empereur m'a chargé de vous dire que, si l'annexion devait avoir lieu, il se ferait un plaisir, par sympathie pour la Suisse à laquelle il porte toujours un intérêt particulier, de lui abandonner, comme son propre territoire, comme une partie de la Confédération helvétique, les provinces du Cha.
Page 601 - Enfin, comme s'il eût pressenti spécialement les douleurs que nous réservait l'Année terrible : « Voulez-vous parler, ajoutait-il, des provinces de l'Est et de deux belles et vaillantes sœurs, Metz et Strasbourg, qui sont maintenant aux avant-postes, qui renferment des amas énormes de fusils, de canons, des fonderies, des dépôts de munitions de toute espèce ? Eh bien ! tout cela est à la. discrétion de l'ennemi le lendemain de l'invasion. Cependant, messieurs, ces deux provinces si patriotes...
Page 315 - Qu'il était dans l'intention des puissances d'assurer à la Suisse une frontière naturelle et forte, qui pût toujours être défendue avec succès, même contre des forces supérieures 1 . » Ces desseins ne se réalisèrent pas.

Bibliographic information