Page images
PDF
EPUB

$ 9. Celles qui s'infiltrent entre leurs superpositions paraissent participer de la nature des différentes substances qu'elles y rencontrent ou qu'elles traversent.

§ 10. Dans les percemens ou travaux de mines faits dans les montagnes primitives, on trouve quelquefois des sources d'eau pure et d'excellente qualité. Telles sont les sources que présentent les filons des Chalanches, de la Gardette, de la Grave , et de Saint-Christophe en Oisans, département de l'Isère; telles sont encore , suivant Cordier, les eaux de Vic en Carladès au pied du Cantal, qui sortent immédiatement des granits et sont presque pures.

$11. Généralement les eaux qui sourdent des terrains granitiques sont gazeuses ,

sulfureuses et salines.

$ 12. Lorsqu'elles se trouvent dans les granits compactes ou non feuilletés, ces eaux doivent avoir leur origine dans ces roches mêmes ou au-dessous d'elles.

$ 13. Ces eaux sont presque toutes thermales , et même d'une très-haute température. Telles sont en France les eaux thermales et gazeuses d'Ax , département de l'Ariége; de ChaudesAigues, près Saint-Flour dans le Cantal; de Vals, près d'Aubenas, dans l'Ardèche; de Bonnes,

vallée d'Assan, Hautes-Pyrénées ; de Caulerets, Hautes-Pyrénées; de Bagnères-de-Luchon, Haute Garonne, qui sortent des montagnes granitiques, à une température qui varie entre trente et quatre-vingt-dix degrés.

$ 14. Dans la juxta-position des terrains secondaires ou de sédiment sur les terrains primitifs, on trouve fréquemment d'abondantes infiltrations, qui,ne pouvant pénétrer dans les masses trop compactes de ces derniers, en suivent souterrainement les parties ou surfaces sous les terrains secondaires. Les exemples de ces infiltrations sont très - nombreux dans les chaînes des Alpes et des Pyrénées, comme dans toutes les hautes montagnes.

§ 15. Ces infiltrations s'établissent ainsi des parties les plus élevées des chaînes de montagnes, et s'étendent sous terre à des distances comme à des profondeurs dont il est impossible de déterminer les limites.

$ 16. Les eaux de ces gisemens sont généralement douces et de bonne qualité lorsqu'elles sont près de la surface de la terre.

$ 17. Lorsque les eaux proviennent de grandes profondeurs, elles sont presque toujours gazeuses, sulfureuses et salées.

§ 18. Les montagnes secondaires et tout leur

système de superposition laissent pénétrer les eaux à de plus grandes profondeurs que les montagnes primitives.

§ 19. Elles suivent, dans les terrains secondaires, les pentes plus ou moins inclinées des couches ou des strates de leurs différentes formations.

$ 20. Les eaux de ces terrains sont celles qui présentent le plus de variétés dans leur nature. C'est en effet dans ces terrains qu'on trouve la plupart des sources minérales et thermales, les eaux salées, les eaux gazeuses, etc.

$21. Ces eaux, quoique sortant des terrainssecondaires, ne leur appartiennent pas toujours, et beaucoup d'entre elles viennent probablement des terrains primordiaux qui sont situés audessous. C'est à ces terrains qu'il faut rapporter les eaux de Cambo, dans les Basses-Pyrénées; de Vichy, de Bourbon-l'Archambaud, de Néris, département de l'Allier ; de Bourbon-Lancy, département de Saône-et-Loire; de Cransac, Sansai , dans l'Aveyron ; de Bagnères-de-Bigorre, Hautes-Pyrénées ; d'Ussat près de Tarascon, Ariége ; de Bagnols près de Mende, Lozère ; de Luxeuil , près de Vesoul, HauteSaône; et de Plombières, près de Remiremont, dans les Vosges , etc.

$ 22. On rencontre également dans ces terrains des eaux douces de bonne qualité, trèsabondantes , qui sourdent de terre avec impétuosité, et qui souvent présentent cette particularité, qu'elles sortent de terre et jaillissent dans le voisinage des eaux gazeuses minérales et thermales les plus chaudes, et que souvent même elles sourdent ensemble par les mêmes issues, quoique prenant cependant et bien certainement leur origine dans des gisemens différens. Ce phénomène est très-fréquent dans les pays de sources salées, et il est quelquefois très-difficile de parvenir à séparer les sources d'eau douce de celles d'eau salée.

$ 23. Les montagnes de calcaire alpin, celles de calcaire jurassique et les sédimens qui recouvrent leur base, renferment, comme les premières, des eaux très-variées, par leur nature, leur qualité et leur température.

$24. On y trouve des eaux douces très-abondantes, formant souvent des courans très-forts et très-rapides , qui donnent naissance à certaines sources remarquables , telles que celles de Vaucluse, de la Laisse , de l’Orbe, etc.

S 25. On y trouve des sources minérales et thermales gazeuses et salines, telles que celles de Campagne près de Limoux, Aude ; de Saint

Félix-de-Bagnères, près de Condat, Lot; d'Aix, Bouches-du-Rhône; de Gréoux, près de Digne, Basses-Alpes ; de Balaruc, près de Montpellier ; de Bourbonne-les-Bains, Haute-Marne ; de Château - Salins, de Salins, dans la Meurthe et le Jura ; de Pougues dans la Nièvre ; de SaintAmand, près de Valenciennes, etc., etc.

$ 26. Les sédimens supérieurs ou les formations de calcaire oolithique, de calcaire crayeux; les dépositions argileuses et sableuses, le calcaire grossier, les marnes, le calcaire d'eau douce ou terrain lacustre , etc., etc. , sont plus favorables

que les précédens aux infiltrations des eaux qui proviennent des pays supérieurs. Ces terrains présentent, dans leur superposition, des eaux abondantes; ces eaux ont une analogie constante de propriété et de composition. Les sels dominans sont le carbonate et le sulfate de chaux, le sulfate et le carbonate de fer, et quelquefois le sulfate de magnésie, lorsqu'elles sont filtrées dans des masses crayeuses ou sableuses : ces eaux sont généralement douces et de bonne qualité,

$ 27. Elles sont ferrugineuses lorsqu'elles s'étendent et s'infiltrent dans les terres pyriteuses ou les mines de fer, et dans les terres d'argiles pyriteuses, telles

que celles de Passy près Paris,

1

« PreviousContinue »