Page images
PDF
EPUB

et de leurs beys; mais, bien qu'ils les pren. nent toujours dans la même famille, cette élection cause fréquemment des troubles et des combats sanglants. Les Kurdes se divisent en quatre grandes classes, qui se subdivisent en un grand nombre de tribus ou de hordes obéis. sant à des chefs héréditaires.

Les Kurdes ont la taille haute, de beaux yeux, le nez aquilin, le teint blanc. Quoique leurs habits soient de même forme que ceux des Turcs, ils sont plus légers; ils les recouvrent d'an grand manteau de poil de chèvre noir; au lieu de turban, ils portent un long bonnet de drap rouge, terminé par une infinité de petits glands de soie et entouré d'un châle de soie tombant fort bas sur les épaules, et de couleurs tranchantes. Les vieillards seuls laissent croître leur barbe. Les femmes ne se voilent pas.

Ce peuple est en partie nomade et vivant sous des tentes; il exerce l'hospitalité avec plaisir. Indépendamment des Kurdes qui habitent leur pays, on en rencontre des hordes ambulantes dans diverses provinces de la Turquie asiatique et de la Perse, où souvent ils pillent les paysans et les caravanes.

Voyages d'Olivier, Morier, Jaubert, Frazer, Volney, Ouseley, Ker Porter, Guldenstadt.

EYRIES.

KURDES. (Linguistique.) L'idiome des peuplades sauvages et guerrières qui habitent les montagnes et les défilés du Kurdistan, se divise, d'après les voyageurs, en plusieurs dialectes, parmi lesquels Niebuhr en a reconnu trois principaux, et dont un contemporain, Ewlia, énumère jusqu'à quinze (Voy. Mines de l'Orient, tome IV). Celuid’Amadiah est le moins irrégulier et le mieux connu. Tous ces dialectes ont fait aux langues étrangères divers emprunts; mais c'est avec celle de la Perse qu'ils ont, selon MM. Rodiger et Pott, et contrairement à l'asser. tion de Volney, le plus de points de ressemblance. Non-seulement, d'après les studieux philologues que nous venons de citer, le kurde doit être considéré comme appartenant à la famille persane; mais encore c'est du persan moderne qu'il se rapproche le plus particulièrement. L'un et l'autre sont aujour d'hui à peu près également éloignés du zend; cependant le kurde, que n'a fixé aucune culture littéraire, et qui est resté abandonné au caprice de l'usage, est allé plus loin que le persan dans la voie des altérations. Les contractions y sont bien plus nombreuses et les suppressions de flexions plus complètes. Aussi, est-ce beaucoup moins par le vocabulaire que par la grammaire que le kurde diffère du persan. On y trouve un certain `nombre de termes arabes, turcs, araméens et même grecs; mais ces éléments d'importation

étrangère ne peuvent pas se confondre avec le fond de la langue. Les termes arabes se sont introduits dans le Kurdistan, comme en Perse, avec l'islamisme; les mots turcs y sont venus à la suite des rapports politiques. Quant aux termes araméens et grecs, la forme sous laquelle ces derniers ont été admis dans le kurde indique assez que pour y arriver ils sont passés par l'intermédiaire de l'arabe ou du turc; les premiers auront été, selon M. Rodiger, empruntés aux chrétiens syriens ou chaldéens. Ce mélange d'éléments ariens et sémitiques n'est pas sans donner au kurde quelque rapport avec le pehlvi.

La langue qui nous occupe n'a pas de flexions pour indiquer les nombres et les cas; elle manque également du verbe substantif, et énonce, comme l'hébreu, le sujet et l'attribut sans l'intermédiaire d'une copule verbale. La conjugaison ne présente que deux temps, dont l'un n'est même autre chose que l'infinitif précédé du pronom personnel. L'autre temps répond à l'aoriste persan.

La littérature kurde est nulle, à moins qu'on ne veuille donner ce nom à quelques chants populaires. Les documents publics et même la correspondance particulière s'écrivent en

persan.

Le P. Maur. Garzoni, Grammatica e vocabulario della lingua kurda; Rome, 1786, in-8°.

E. Rodiger et A. F. Post, Kurdische studier. (dans le Journal asiatique allemand, tomes III et suivants; Bonn, 1840, etc).

LÉON VAÏSSE.

KYSTE. (Médecine.) Kúotis, vessie. Ce mot désigne une membrane formant sac et enveloppant un produit pathologique dont la nature est très-variable. Ainsi les kystes renferment tantôt un liquide (hydropisie enkystée, abcès enkysté, etc.), tantôt des acéphalocystes (kyste hydatique), tantôt du tissu adipeux, lardacé, encéphaloïde, athéromateux, etc.; tantôt enfin le produit d'une grossesse extra-utérine. Le mot kyste s'applique par extension à l'ensemble de la tumeur enkystée; cette dernière dénomination est cependant plus correcte. Les kystes sont tantôt libres, c'est-à-dire faciles à séparer d'un tissu cellulaire très-lâche, tantôt adhérents aux parties qui les environnent; comme les autres tumeurs, ils sont tantôt pédiculés, tantôt à base large. Leurs parois ont quelquefois une consistance cartilagineuse; dans d'autres cas elles sont au contraire d'une extrême ténuité. Les uns ne forment qu'une seule poche, d'autres sont multiloculaires. On les rencontre dans toutes les parties du corps, sauf dans l'épaisseur des os et des cartilages. Leur formation a exercé la sagacité des auteurs les plus célèbres, qui sont restés divisés d'opinion sur ce point comme sur tant d'autres. Mecket nous semble avoir

émis la proposition la plus vraisemblable en considérant les kystes comme autant de membranes séreuses accidentelles, développées sous l'influence, non expliquée du reste, d'un épanchement de fluide. Mais cela ne peut s'entendre de certaines tumeurs, par exemple de celles qu'on ne peut supposer avoir été liquides primitivement. Ainsi les kystes graisseux ne sont que le développement normal des follicules sébacés ou des vésicules adipeuses; par conséquent ils préexistaient au dépôt anormal de tissu quelconque dont ils sont l'enveloppe.

Quand on peut isoler le kyste des tissus circonvoisins et l'enlever en totalité, ce procédé est le moyen de guérison le plus sûr; quand au contraire le kyste est adhérent ou qu'il est impossible de l'enlever en totalité, on en obtient la guérison en modifiant la nature de ses parois au déterminant leur adhésion par la suppuration. Les applications et les injections caustiques, iodées, etc., sont les moyens qu'on emploie ordinairement dans ce A. L.

cas.

TABLE DES ARTICLES

CONTENUS DANS LE DIX-HUITIÈME VOLUME.

I.

I, par M. Léon Vaisse, professeur à l'Ins-
titution nationale des sourds-muets,
membre de la Société Asiatique... col.
IAMBE, par M. Saint-Agnan Choler.
IAROSLAW.

IBIS, par M. le colonel Bory de Saint-Vin-
cent, membre de l'Institut ( Acad. des
Sciences).
ICHNEUMON, par M. E. Desmarest, aide-
naturaliste au Muséum d'histoire natu-
relle, secrétaire de la Société Entomolo-
gique de France.

ICHTHYOLOGIE, par M. Bory de Saint-
Vincent.

IDEALISME, par M. Schoen..

IDÉE, par M. Th. Jouffroy, membre de
l'Institut (Acad. des Sciences morales),
professeur à la Faculté des Lettres. .
IÉNA...

IGUANE, par M. E. Desmarest.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

ILE, par M. Eyriès, membre de l'Institut
(Acad. des Inscriptions).

34

[blocks in formation]
[ocr errors]

Choler.

ILLE-ET-VILAINE (DEPARTEMENT D'). .
ILLINOIS..

ILLUMINĖS. .

ILLYRIE (Géographie et Histoire), par
M. L. Dussieux, répétiteur d'histoire à
l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr..

(Linguistique ), par M. L. Vaisse.
IMAGE (Litterature), par M. Saint-Agnan
Choler.
IMAGES (Histoire religieuse), par M. Alf.
Maury, sous-bibliothécaire de l'Institut.
IMAGINATION, par M. P. F. Tissot, mem-
bre de l'Institut (Acad. française), pro-
fesseur au Collège de France.
IMÉRÉTHIE, GOURIEL, MINGRÉLIE.
IMPOTS, par M. Hyacinthe Maury, em-
ployé au ministère des finances.
IMPROVISATION, par M. Saint-Agnan

INCENDIES SOUTERRAINS, par M. Ro-
zet, capitaine d'état-major.
INCLINAISON DES MASSES MINÉRA-
LES, par le même.
INCOMMENSURABLE, IRRATIONNEL, par
M. Francœur, membre de l'Institut
(Acad. des Sciences), professeur à la
Faculté des Sciences.

39

43

44

[blocks in formation]
[blocks in formation]

INVERTEBRES.

IODE, par M. H. Dézé, ancien élève de l'É-

856

[blocks in formation]

nationale.

col. 638

cole polytechnique, préfet du départe-

JEUX (Antiquités), par M. Léon Renier.
JOINTS, par M. Rozet. . . . . .

[ocr errors][merged small][merged small]

ment de l'Ain.

ib.

JONCÉES, par M. Gabriel Verger.

IOTACISME, par M. Léon Vaïsse.

390

IPECACUANHA.

391

IRIDÉES, par M. Gabriel Verger.

[blocks in formation]

JOUES CUIRASSÉES, par M. E. Desma-
rest....

ib.

647

648

IRLANDE (Géographie).

393

[blocks in formation]

JOURNAUX, par M. Charles Cassou.
JUGEMENT, ARRET, par M. Baron.
JUGEMENT DERNIER, par M. Alfred
Maury.

[ocr errors]

649

684

687

701

703

734

432

JURASSIQUE (TERRAIN ), par M. Rozet.
JURIDICTION, par M. Emile Boucher..

738

742

ISODYNAMIQUES (LIGNES ),

par le

JURISPRUDENCE, par le même.

743

ib.

ISOMÉRIE, par M. Duponchel.

434

JURY, par M. G. de Villepin, avocat à la
cour d'appel de Paris. .

745

ISOMORPHISME, par le même.

ib.

JUSQUIAME, par M. G. Verger.

761

ISOPODES, par M. E. Desmarest.

435

JUSTICE, par M. Th. Berlier, conseiller

ISOTHERMES (LIGNES ), par M. Rozet.

436

d'état.

762

ITABIRITE, par le même..

[blocks in formation]

767

ITACOLUMITE, par le même.

ib.

K.

ITALIE (Géographie), par M. L. Dussieux.

438

(Linguistique), par M. Léon

[blocks in formation]

-

(Litterature), par M. A

KABYLIE, par M. Felmann, chef de divi-

nard, maitre des conférences

[ocr errors]

sum au ministère de la guerre.

779

normale.

463

KALICUT.

785

[blocks in formation]
[blocks in formation]

IVOIRE.

561

KAMICHI, par M. E. Desmarest.

787

[blocks in formation]
« PreviousContinue »