Histoire de Fénelon, archevêque de Cambrai, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 341 - Nous nous consolerons, mes très chers frères, de ce qui nous humilie, pourvu que le ministère de la parole que nous avons reçu du Seigneur pour votre sanctification n'en soit pas affaibli ; et que, nonobstant l'humiliation du pasteur, le troupeau croisse en grâce devant Dieu.
Page 461 - ... cause d'ignorance , nous voulons pareillement , et ordonnons par l'autorité susdite , qu'elles soient publiées aux portes de la basilique du prince des apôtres , de la chancellerie apostolique , et de la cour générale au...
Page 23 - ... libre de suivre mon cœur en cette occasion. J'espère que vous serez persuadé des raisons qui m'arrêtent, quand M. le duc de Chevreuse vous les aura expliquées. Comme vous n'avez rien désiré que par bonté pour moi, je crois que vous voudrez bien entrer dans des raisons qui me touchent d'une manière capitale. Elles ne diminuent en rien la reconnoissance, le respect, la déférence et le zèle avec lesquels je vous suis dévoué.
Page 73 - ... entendu dans un sens très contraire au mien. Je n'ai point été surpris , monsieur , que vous ayez cru ce qu'on vous a dit contre moi et sur le passé et sur le présent; je ne suis point connu de vous , et je n'ai rien en moi qui rende difficile à croire le mal qu'on en peut dire : vous avez déféré aux sentiments d'un prélat dont les lumieres sont très grandes.
Page 121 - Cambrai avec un cœur plein de soumission, de zèle, de reconnaissance et d'attachement sans bornes pour le Roi. Ma plus grande douleur est de l'avoir fatigué et de lui déplaire. Je ne cesserai aucun jour de ma vie de prier Dieu qu'il le comble de ses grâces. Je consens à être écrasé de plus en plus. L'unique chose que je demande à Sa Majesté, c'est que le diocèse de Cambrai, qui est innocent, ne souffre pas des fautes qu'on m'impute. Je...
Page 458 - En cet état on ne veut plus le salut, comme salut propre, comme délivrance éternelle, comme récompense de nos mérites, comme le plus grand de tous nos intérêts; mais on le veut d'une volonté...
Page 169 - Quelque grande autorité, monseigneur, que vous ayez justement acquise jusqu'ici , elle n'a point de proportion avec celle que vous prenez dans le style de ce dernier livre. Le lecteur sans passion est étonné de ne trouver, dans un ouvrage fait contre un confrère soumis à l'Église, aucune trace de cette modération qu'on avait louée dans vos écrits contre les ministres protestants.
Page 61 - ... été jusqu'ici en votre faveur, ne peuvent s'empêcher de dire, ou en secret ou tout haut, que vous avez peu de partisans dans cette affaire : comme en effet il est vrai qu'il ne se trouve presque personne qui ose vous soutenir ni dans la forme ni dans le fond...
Page 472 - J'ai expliqué ma définition dans la Préface de mon Codex diplomaticus Juris gentium , publié avant la naissance de ces nouvelles disputes, parce que j'en avois besoin pour donner la défmition de la justice, laquelle, à mon avis, n'est autre chose que la charité réglée suivant la sagesse; et la charité étant une bienveillance universelle, et la bienveillance étant une habitude d'aimer, il...
Page 267 - J'écris ceci pour le peuple, ou pour parler nettement, afin que le caractère de M. de Cambrai étant connu, son éloquence, si Dieu le permet, n'impose plus à personne... C'est donc jusqu'au peuple que s'étend votre charité, pour me montrer au doigt comme un imposteur qui lui tend des pièges ; pour vous, vous vous récriez que vous avez besoin de réputation dans votre diocèse ; tout au contraire, selon vous...

Bibliographic information