Page images
PDF
EPUB

LOIS, DÉCRETS,

ORDONNANCES, RÉGLEMENS,

[ocr errors]

DES

AVIS DU CONSEIL D'ÉTAT,

Depuis 1788 jusqu'à 1830.

ET

[merged small][ocr errors]

1 JUN 1781. — - Décret qui défend aux personnes qui sont ou seront admises dans les tr.banes de l'Assemblée nationale, de donner aucune marque d'approbation ou d'improbation. (B. 15, 1.)

ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUANTE.

1 Jets 1791. Proclamation du Roi concer

nant la nomination du receveur de Villefranche. (L. 4, 961.)

1=12 JUIN 191.-Décret portant circonscription de plusieurs paroisses des départemens de l'Eure, de la Haute-Marne, de la HauteVienne, de la Manche, de la Meuse, du Pasde-Calais, du Puy-de-Dôme et de la SeineInferieure. (L 4, 1165; B. 15, 2.)

1791.

* JUIN 1-91 -P. E. Bouriquen. Voy. 26 MAI Caisse de l'extraordinaire. Voy. 27 MAI 191.-Colmar. Voy. 31 MAI 1791.Colonies. Voy. 29 MAI 1791. Contribution fenciere de 1:91; Corps de finance. Voy. 27 KAI 1791 - Corps de Voltaire. Voy. 30 MAI 1791- Deniers publics; Digue du Rhone. Voy. 27 MAI 1791.- Domaines congéables. Foy. 7 JUIN 1791.-Doubs, etc.; Erreurs du decret du 23 DÉCEMERE 1790. Voy. 26 MAI 1-91. — Gens de couleur. Voy. 15 MAI 1791. -Impositions. Voy. 20 MAI 1791. - Liste civile. Voy. 26 MAI 1791. Péronne, etc. Voy. 29 MAL 1791.

23 JUIN 1791.

Décret relatif à deux lettres epides, June par le ministre des Etats-Unis d'Asar que, l'autre par les représentans de J'Eat de Pensilvanie. (L. 4, 1004; B. 15, 19.)

L'Assemblée national,après avoir enten

3.

[ocr errors]
[ocr errors]

du la lecture d'une lettre du ministre des Etats-Unis d'Amérique, adressée à son président, signée Jefferson, et de celle des représentans de l'Etat de Pensilvanie, en date du 8 avril dernier, par eux adressée au président de l'Assemblée nationale, ensemble le rapport de son comité diplomatique ;

Ordonne que les deux lettres sus énoncées seront imprimées, et insérées dans le procès-verbal de la séance.

Charge son président de répondre à la lettre des représentans de l'Etat de Pensilvanie, et d'exprimer au ministre des EtatsUnis de l'Amérique qu'elle désire voir se resserrer de plus en plus les liens de fraternité qui unissent les deux peuples.

Décrete, en outre, que le Roi sera prié de faire négocier avec les Etats-Unis un nouveau traité de commerce, qui puisse multiplier, entre les deux nations, des relations également avantageuses à l'une et à l'autre.

23 JUIN 1791. Décret relatif à la caisse de Sceaux et de Poissy. (L. 4, 1008; B. 15, 17.)

L'Assemblée nationale décrète qu'à compter de ce jour le Trésor public cessera d'avancer à la caisse de Sceaux et de Poissy aucune somme en écus.

23 JUIN 1791. Décret relatif à la nomination des membres du tribunal criminel de Paris. (L. 4, 1040; B. 15, 17.)

Art. rer. Le procureur de la commune de la ville de Paris, et la municipalité, rem

pliront, pour le jury d'accusation, les fonctions attribuées aux procureurs-syndics de district.

2. Le président du tribunal criminel de Paris aura un substitut.

3. L'accusateur public à Paris aura également un substitut.

4. Le traitement du président du tribunal criminel, dans tout le royaume, sera le double de celui attribué aux juges de district.

5. Celui de l'accusateur public, également dans tout le royaume, sera des trois quarts de celui du président.

6. A Paris, le traitement du substitut du président sera des deux tiers de celui du pré

sident.

7. A Paris, le traitement du substitut de l'accusateur public sera des deux tiers de celui de l'accusateur public.

8. Il y aura, auprès du tribunal criminel de Paris, un commissaire du Roi, dont le traitement sera égal à celui des autres commissaires de la mème ville.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

38 JUIN 1791.-Décret relatif à la gendarmerie de la Corse. (L. 4, 1062; B. 15, 24.),

2 JUIN 1791. - Décret qui ordonne un projet relatif aux dépenses à faire sur le produit des domaines nationaux, et sur la manière de les acquitter. (B. 15, 17.)

L'Assemblée nationale, considérant que dans le département de Corse il n'y avait giment provincial en a toujours fait le service; point de maréchaussée; que le ci-devant réaprès avoir entendu ses comités de constitution et militaire, sur les observations faites par le directoire du département de Corse, département sera composée, au moment de décrète que la gendarmerie nationale de ce cette première formation, d'officiers, sousofficiers et soldats qui aient servi dans le régi ligne; qu'attendu la localité, cette gendarmement provincial corse ou dans les troupes de rie, au lieu de vingt-quatre brigades à cheval, sera composée de trente-six brigades à pied, lesquelles seront divisées en trois compagnies, sous les ordres d'un colonel et de deux lieutenans-colonels; qu'au surplus, les décrets rendus sur l'organisation de la gendarmerie en général seront exécutés en Corse comme dans tous les autres départemens.

[blocks in formation]

1791.

-

3 JUIN 1791. Bordeaux. Voy. 28 MAI 1791Caisse de Sceaux et de Poissy. Voy. 2 JUIN Congrégations. Voy. 29 MAI 1791. Etats-Unis d'Amérique. Voy. 2 JUIN 1791. Ferme et régie générales; Forêt de Brix; Gendarmerie; Matières d'or et d'argent. Voy. 30 MAI 1791.- Procedure criminelle; Procédure contre les ecclésiastiques. Voy. 28 MAI 1791.

Reduction d'imposition. Voy. 27 MAI 1791. Remboursemens d'offices militaires. Voy. 30 MAI 1791.- Thévenot, etc. Voy. 28 MAI 1791. Tribunal criminel de Paris. Voy. 2 JUIN 1791.

-

4=12 JUIN 1791. Décret relatif au canal de Givors. (L. 4, 1123; B. 15, 29.)

Art. rer. Les propriétaires du canal de Givors exécuteront les travaux désignés dans l'arrêté du directoire du département de Rhône-et-Loire, du 3 février 1791, conformément au plan y annexé.

2. Ils acquerront les propriétés nécessaires à la confection de ces travaux et de ceux autorisés par les lettres-patentes du mois de décembre 1-88, enregistrées au parlement de Paris le 5 septembre suivant, d'après l'estimation faite par des experts nommés par le directoire du département. Les difficultés, s'il en servient, seront portées d'abord au directoire du district, et terminées définitivement par celui du département.

3. Les réglemens rendus les 13 février 1782 et 11 février 1783, pour la police particuhere du canal, seront provisoirement exécu

les.

4=12 JUN 1791. -Décret relatif aux belandrer de Dunkerque, aux bateliers de Condé, et tous autres des départemens du Nord et du Pasde-Calais. (L. 4, 1121; B. 15, 25.)

Art. 1. Les priviléges exclusifs ci-devant accordés au corps des belandriers de Dunkerque, des bateliers de Condé, et tous autres du département du Nord et du Pas-de-Calais, de charger de certaines marchandises en certains lieux desdits départemens, sont révoqués, ainsi que tous prétendus droits réclamés par différentes communes de faire exclusivement le tirage des bateaux, lequel pourra être fait par les bateliers, par qui et comme ils jugeront convenable.

2. Tous réglemens relatifs au mode d'admission à l'état de navigateur, au régime et à la police de la navigation dans lesdits départemens, seront exécutés moyennant le paiement des droits de patente, jusqu'à ce qu'il ait eté rendu par le Corps-Législatif un décret sur la navigation fluviale pour tout le royaume.

3. L'Assemblée nationale n'entend rien innover au traité passé à Crespin entre les bateliers de Condé et ceux de Mons, le 14 août 1636.

4. Il sera, d'après l'avis du département du Nord, pourvu à l'indemnité qui pourrait être due aux belandriers de Dunkerque, à raison des cent vingt belandres qu'ils ont dû fcnstruire en exécution de l'arrêt du conseil da 23 juin 1781; et Sa Majesté sera priée de donner les ordres nécessaires pour assurer le service du port et de la rade de Dunkerque. 4=12 JUIN 1791.- Décret relatif à la répartition des cent mille soldats auxiliaires, par départemens. (L. 4, 1096; B. 15, 29.) L'Assemblée nationale, sur le rapport de son comité militaire, sur les propositions faites par le ministre de la guerre, pour la réparti

tion des cent mille soldats auxiliaires dans les départemens du royaume, a approuvé qu'il en soit réservé vingt-cinq mille pour le service de la marine, et a adopté le projet de la répartition, contenu dans le tableau ciannexé, pour les soixante-quinze mille soldats auxiliaires destinés au service de l'armée de terre; en conséquence, elle décrète ce qui suit:

Art. 1er. Dans chacun des quatre-vingttrois départemens, un préposé par le Roi sera chargé de vérifier l'âge, la taille et l'ap. titude au service des soldats auxiliaires du département, d'en tenir le contrôle, de veiller aux remplacemens, et de rendre compte au ministre de la guerre de toutes les opérations relatives à cet objet.

2. Dans chaque district, un officier ou sous-officier de gendarmerie nationale sera chargé de tenir les controles particuliers des auxiliaires du district; il entretiendra une correspondance suivie, à cet égard, avec le préposé par le Roi, pour surveiller, dans le département, tous les détails relatifs aux auxiliaires.

3. Le ministre de la guerre adressera au directoire de chaque département un état relevé sur le tableau général des auxiliaires, et qui indiquera pour combien d'hommes ce département a été compris dans la répartition générale; le directoire de département en fera ensuite la répartition particulière par district, en adressera l'état aux directoires de district, et en remettra le double au préposé par le Roi, et veillera à ce que les directoires de district fassent aussitôt publier, dans les municipalités de leur arrondissement, la loi relative aux auxiliaires.

4. Les hommes qui voudront entrer dans les auxiliaires remettront leurs soumissions à la municipalité du chef-lieu du canton, qui les adressera au directoire de district, et celui-ci les fera remettre à l'officier de gendarmerie nationale, pour en former un état général par district.

5. Lorsque le nombre des soumissions, pour entrer dans les auxiliaires, s'élevera à plus de moitié du nombre déterminé pour chaque district, l'officier ou sous-officier de gendarmerie nationale, chargé de ce détail dans chaque district, en préviendra le préposé par le Roi, qui sera tenu de se rendre au chef-lieu du district, pour faire la revue de réception.

6. Tous les hommes qui auront présenté des soumissions, seront prévenus à l'avance de se rendre au jour fixé dans le chef-lieu du district, pour y passer la revue de réception.

7. Cette revue sera faite par le préposé du Roi, en présence d'un membre du directoire du district et de l'officier ou sous-officier de gendarmerie nationale, qui en signeront avec lui le procès-verbal.

8. Il ne sera reçu dans les auxiliaires que

des personnes domiciliées, ayant au moins dix-huit ans et pas plus de quarante ans d'âge, et réunissant d'ailleurs toutes les qualités requises par les réglemens pour entrer dans l'infanterie. On admettra de préférence ceux qui auront servi dans les troupes de ligne, et qui produiront des certificats de bonne conduite.

"

Le procès-verbal constatera les noms lieux de naissance et du domicile, âge, taille, signalement et observations sur les sujets qui seront admis; il fera également mention de ceux qui auront été refusés.

9. Les hommes admis contracteront, dans les formes prescrites par la loi sur le recrutement, un engagement de trois ans, sous la condition de joindre, aussitôt qu'ils en seront requis par les corps administratifs, les régimens qui leur auront été désignés, pour y servir sous les mêmes lois et ordonnances, et avec le même traitement que les autres soldats. Leur solde d'auxiliaire courra du jour de leur engagement signé.

10. Le proces-verbal d'admission clos et arrêté, il sera ouvert par l'officier ou sousofficier de gendarmerie nationale un contrôle par district, dans la forme qui sera donnée, où tous les auxiliaires seront inscrits nominativement et par canton; il en sera tenu un contrôle général par le préposé du Roi, auquel l'officier ou sous-officier de gendarmerie nationale adressera, tous les mois, les mutations qui pourraient survenir.

11. L'existence desdits hommes, les mutations et décès, seront constatés, tous les six mois, par les revues qu'ils passeront dans le chef-lieu du district au jour fixé. Ces revues seront faites par le préposé du Roi, en présence de l'officier ou sous-officier de gendarmerie nationale et d'un membre du directoire du district, qui signeront l'état de cette revue.

12. Il sera remis un double de cet état de revue, aussi signé, au receveur du district, d'après lequel il paiera les auxiliaires immé diatement après la revue, c'est-à-dire de six mois en six mois, et dans le chef-lieu du district.

[blocks in formation]

15. Dans l'intervalle des revues, les auxiliaires pourront s'absenter de leur district, mais seulement avec un congé signé de l'officier de gendarmerie nationale, qui ne pourra l'expédier que sur la demande et l'attestation de la municipalité, et à la charge d'être présent à la première revue.

16. Tout auxiliaire qui ne se sera pas présenté à la revue, et qui ne pourra justifier auprès du préposé par le Roi et d'un membre du directoire du département, par un certificat authentique, de l'impossibilité où il aurait été de s'y trouver, et de la validité des causes de son absence, sera rayé du contrôle, privé de sa solde et des droits que lui donnent les décrets des 4 février et 16 avril derniers.

17. Les revues seront faites assez promptement pour ne jamais exiger, de la part des auxiliaires, un séjour de plus de vingt-quatre heures dans le chef-lieu du district, à l'exception cependant de la revue de réception, pour laquelle il sera pris le temps nécessaire pour s'assurer que les hommes réunissent les qualités requises.

(Suit le tableau de répartition des 75,000 auxiliaires par département, décrétée par l'Assemblée nationale.)

4=12 JUIN 1791.-Décret qui autorise le directoire du district de Provins et celui du district de Bergerac, à acquérir les bâtimens nécessaires à leur établissement. (L. 4, 1131.)

4:

10 JUIN 1791.- Décret qui rend la liberté au sieur Muscar, sous-officier au régiment de Vivarais. (B. 15, 25.)

512 JUIN 1791.- Décret relatif à l'agriculture et aux cultivateurs. (L. 4, 1125; B. 15, 30; Mon. du 7 juin 1791)

Voy. loi du 28 SEPTEMBRE 6 OCTOBRE 1791, ou Code rural.

[blocks in formation]
[ocr errors][merged small][ocr errors]

être arrêté dans ses fonctions agricoles extérieures, excepté pour crime, avant qu'il ait été pourvu à la sûreté des bestiaux servant à son travail ou confiés à sa garde; et même, en cas de crime, il sera toujours pourvu à la sireté des bestiaux immédiatement après l'arrestation, et sous la responsabilité de ceux qui l'auront exercée.

4. Aucuns engrais, meubles ou ustensiles de Tesploitation des terres, et aucuns bestiaux servant au labourage, ne pourront être saisis ni vendus pour cause de dettes, si ce n'est par la personne qui aura fourni les ustensiles cu les bestiaux, ou pour l'acquittement de la créance du propriétaire vis-à-vis de son fermier; et en seront toujours les dernics objets saisis, en cas d'insuffisance d'autres objets mobiliers.

5. La durée et les clauses des baux des biens de campagne seront purement conventionnelles.

6. Nulle autorité ne pourra suspendre ou intervertir les travaux de la campagne, dans les opérations de la semence et de la récolte.

S JOIN 1791Proclamation du Roi, en exécution de la loi du 27 mai 1791, relative aux troubles d'Avignon. (L. 4, 1059.)

5 JUIN 1791.- Dieppe. Voy. 29 MAI 1791.

6=12 JUIN 1791. — Décret relatif à la fabricaLion du papier pour les assignats décrétés le 7 mai 1791. (L. 4, 1139; B. 15, 105.)

L'Assemblée nationale décrète que la dame Lagarde continuera d'être chargée de la fabrication du papier, pour les assignats décrétés le 17 mai dernier.

6=12 JUIN 1791. Décret qui permet l'aliénation des bâtimens composant l'ancien HôtelDica de Bourg, et autres objets dépendant dudit Hotel-Dieu. (L. 4, 1094; B. 15, 32.)

6=12 JUIN 1791. - Décret qui renvoie au pouvoir exécutif une lettre des administrateurs du directoire du département du Morbihan, portant que les ennemis de la révolution s'agitent sans cesse pour troubler la tranquillité publique, etc. (L. 4, 1120; B. 15, 38.)

6=12 JUIN 1791. — Décret qui désigne les maisons de retraite des ci-devant religieux du département du Pas-de-Calais, qui vondront continuer de vivre en commun. (L. 4, 1133; B. 15, 33.)

6 JUN 1791. — Décret portant vente de domaines nationaux à différentes municipalités des départemens de l'Ardèche, des Ardennes, de la Côte-d'Or, d'Eure-et-Loir, du Gard, de la Loire-Inférieure, du Morbihan, de la Mayenne,

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Art. rer. Les débiteurs autorisés par les art. 6 et 7 du titre II du décret du 23 novembre

1er décembre 1790, à faire une retenue sur les rentes ci-devant seigneuriales ou foncières, sur les intérêts ou rentes perpétuelles, constituées avant la publication de ladite loi, soit en argent, soit en denrées, et de prestation en quotité de fruits à raison de la contribution foncière, la feront au cinquième du montant desdites rentes ou prestations pour l'année 1791, et pour tout le temps pendant lequel la contribution foncière restera dans les proportions fixées pour ladite année, sans préjudice de l'exécution des baux à rentes ou autres contrats faits sous la condition de la non-retenue des impositions royales.

2. Quant aux rentes ou pensions viagères non stipulées exemptes de la retenue, les débiteurs la feront aussi au cinquième, mais seulement sur le revenu que le capital, s'il est connu, produirait au denier vingt; et, dans le cas où le capital ne serait pas connu, la retenue ne se fera qu'au dixième du montant de la rente ou pension viagère, conformément à l'article 8 du décret du 23 novembre =1er décembre 1790. Ces proportions demeureront les mêmes pour tout le temps déterminé par l'article précédent.

3. Le débiteur fera la retenue au moment où il acquittera la rente ou prestation; elle sera faite en argent, sur celles en argent, et en nature sur les rentes en denrées, et sur les prestations en quotité de fruits.

[ocr errors]

7=10 JUIN 1791. Décret relatif à la dime. (L. 4, 1092; B. 15, 94.)

Art. 1er. Dans les lieux où la dime ne se percevait qu'après le champart, agrier ou autres redevances et prestations foncières en quotité de fruits, et dans les lieux où ces sortes de prestations se percevaient quand et quand la dime, la suppression de la dime ne profitera qu'au propriétaire du sol, et le propriétaire desdites redevances ne pourra prétendre à aucune augmentation, à raison de la dite suppression.

2. Dans les lieux où la dime se prélevait avant le champart, agrier ou autres redevances ou prestations foncières en quotité de fruits, la suppression de la dîme profitera, tant au propriétaire du sol, qu'au proprié

« PreviousContinue »