Quellenbuch zur geschichte der neuzeit: Für die oberen klassen höherer lehranstalten

Front Cover
R. Gaertner, 1890 - Europe - 496 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Herzog Franz Albert an Arnim
78
Wallenſteins Abſeßung
79
Zweiter Pilſener Schluß
80
Marimilian von Bayern über Wallenſteins Fall
81
Ein zeitgenöſſiſcher Geſchichtſchreiber über Wallenſteins Fall
82
Lied auf Wallenſteins
83
Drenſtiernas Reiſe nach Frankreich
84
Der Prager Friede
85
Schlacht bei Jankau Ein Lied
86
Überrumpelung Prags durch Königsmark
87
Der weſtfäliſche Friede
88
Verzeichnis der im 30 jährigen Kriege zerſtörten Ortſchaften
89
Aus Friedrich v Logaus Sinngedichten
90
Hererei und Berenprozeſſe
91
A la mode Rehraus Von H M Moſcheroſch
92
1701
134
1633
138
141
142
1709
166
Vom weſtfäliſchen frieden bis zum Regierungsantritte friedrichs des großen
175
Die brandenburgiſchen Stände bitten den Kurfürſten Friedrich Wilhelm um Reduktion der Soldateska
177
Antwort auf vorſtehendes Geſuch
178
Des großen Kurfürſten religiöſe Toleranz
179
Der Kurfürſt meldet ſeinen Ständen den Sieg bei Warſchau
180
Cromwell an Friedrich Wilhelm nach der Schlacht bei Warſchau
181
Brandenburgs innerer Zuſtand beim Friedensſchluß zu Oliva
182
Der große Kurfürſt und die Schlacht bei Fehrbellin 100 Der Friede zu St Germain
185
Die Acciſe
186
Übergabe Straßburgs Ein Gedicht 103 Johann Sobieski und die Belagerung Wiens
188
1695
191
Die Aufhebung des Ediftes von Nantes 105 Das Potsdamer Edikt des großen Kurfürſten
193
giſchen Staat
196
Boſſuet über das Königtum
198
Declaration of Rights
201
Aus der Dentſchrift Hardenbergs über die Reorganiſation
202
Notſtand in Frankreich
203
Sieg über die Türken bei Zenta
205
Jürfen und Franzoſen Ein Lied 112 über franzöſiſches Weſen in Deutſchland
207
Päpſtliches Breve an Ludwig XIV die Königswürde
208
Allianz zwiſchen Kaiſer Leopold I dem König Wilhelm III
209
Gneiſenaus Denkſchrift an den König Friedrich Wilhelm III
214

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 304 - Trouver une forme d'association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun, s'unissant à tous, n'obéisse pourtant qu'à lui-même et reste aussi libre .qu'auparavant.
Page 309 - Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements...
Page 406 - États respectifs, soit dans leurs relations politiques avec tout autre gouvernement, que les préceptes de cette religion sainte, préceptes de justice, de charité et de paix, qui, loin d'être uniquement applicables à la vie privée, doivent, au contraire influer directement sur les résolutions des princes et guider toutes leurs démarches comme étant le seul moyen de consolider les institutions humaines, et de remédier à leurs imperfections.
Page 310 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.
Page 398 - Les puissances alliées ayant proclamé que l'Empereur Napoléon était le seul obstacle au rétablissement de la paix en Europe, l'Empereur Napoléon, fidèle à son serment, déclare qu'il renonce, pour lui et ses héritiers, aux trônes de France et d'Italie, et qu'il n'est aucun sacrifice personnel, même celui de la vie, qu'il ne soit prêt à faire à l'intérêt de la France.
Page 305 - La souveraineté ne peut être représentée , par la même raison qu'elle ne peut être aliénée ; elle consiste essentiellement dans la volonté générale , et la volonté ne se représente point : elle est la même , ou elle est autre ; il n'ya point de milieu.
Page 321 - ... que ma conscience ne me reproche rien, et que mes défenseurs ne vous ont dit que la vérité. » Je n'ai jamais craint que ma conduite fût examinée publiquement; mais mon cœur est déchiré de trouver dans l'acte d'accusation l'imputation d'avoir voulu faire répandre le sang du peuple, et surtout que les malheurs du 10 août me soient attribués! » J'avoue que les preuves multipliées que j'avais données dans tous les temps de mon amour pour le peuple, et la manière dont je m'étais toujours...
Page 310 - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui: ainsi l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.
Page 311 - Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de constitution.
Page 401 - Nous n'avons pas été vaincus : deux hommes sortis de nos rangs ont trahi nos lauriers , leur pays, leur prince, leur bienfaiteur. Ceux que nous avons vus pendant vingt-cinq ans parcourir toute l'Europe pour nous susciter des ennemis; qui ont passé leur vie à combattre contre nous dans les rangs des armées étrangères...

Bibliographic information