Page images
PDF
EPUB

.

Que cette humeur se jette dabord entre le cristallin & la membrane qui le recouvre, il y a aparence ; puisqu'avant que le cristallin ait perdu de la transparence, les malades ne peuvent bien distinguer les objets : ce qui ne peut arriver que parce que cette humeur élevant en bosse cette membrane, elle est la cause d'une nouvelle réfraction des rayons de lumiére, qui les fait agir avec confusion lorsqu'ils atteignent la rétine , comme on peut le concevoir parce que j'ay dic en expliquant la vie.

Si l'on m'objecte ; que si cette sérosité ou humeur que je supose causer l'altération du cristallin , est acide & mordicante , elle peut premiérement altérer l'humeur aqueuse, quand elle se mesle avec elle apres que la membrane qui la retenoit aucour du cristallin est rompuë , & ainsi causer l'altération des autres parties de l'æil. Secondement, quelle doit causer de la douleur , lorsquelle agit sur la membrane qui recouvre le cristallin , puisque c'est le propre des membranes d’être sensibles.

Je répondray à la premiére objection, que cette humeur ne Auant pas continuellement , mais seulement pendant un certain tems, comme il arrive dans la plûpart des Auxions qui se font sur les autres parties de nôtre

corps; elle n'est pas en affez grande abondance pour altérer l'humeur aqueuse , quand la membrane qui recouvre le cristallin, en se brisant, la laisse écouler ; parce que l'humeur aqueuse étant dans une quantité beaucoup plus grande, elle affoiblit & dompte son acidité, dont même elle se décharge dans les veines ,

erî circulant comme je l'ay dit dans la description de l'æil.

A la seconde je diray que la membrane qui recouvre le cristallin étant tres subtile, on ne doit point s'apercevoir de la douleur, puisquelle ne peut

ne peut être que tres legere : aussi voyons nous que d'autres membranes beaucoup plus épaisses , causent peu de douleur lorsquelles sont piquées, comme par exemple l'uvée dans l'opération de l'abbaissement des cataractes.

Il y a cependant des malades , qui lorsqu'ils commencent à être travaillez de cataractes, même avant qu'ils commencent à s'en apercevoir , & quelques-fois aussi quand'elles sont confirmées , se plaignent d'une douleur au fond de l'æil, qui en quelques-uns est violente , & en d'autres suportable : mais cette douleur n'est point causée par cette serofité acide amassée autour du cristallin & qui cause la cataracte ; mais bien par une humeur rhûniatisante qui se jette sur les membranes qui forment le globe de l'æil & sur ses nerfs & autres parties voisines : & cela est si vray, que ce n'est pas seulement le fond de l’æil qui souffre , mais aussi le devant de la tête , & souvent, on ressent même des douleurs de rhûmatisme en d'autres parties du corps.

Il est vray que lorsque cette douleur de rhứmatifme précede ou accompagne l'humeur qui cause la cataracte, ou quelle contribue à la déterminer à couler au centre de l'ail, la cataracte est ordinairement Lufpecte, pour la mauvaise impression quelle cause à tout l'ail; ce qui fait que la cataracte change quelques fois de nature : ausli n'en entreprend-t’on point l'opération,

[ocr errors]
[ocr errors]

que cette douleur ne soit entiérement apaisée, & que la cataracte n'aît de tres bonnes marques ; comme je le diray ci-apres.

J'ay attribué en partie au suc nourricier du cristallin, & en partie aux particules qui se détachent de la superficie de ce corps, la naissance des accompagnemens de la cataracte, ne pouvant l'attribuer à d'autre humeur. Cette serosité acide qui est la cause de l'altération du cristallin, n'est pas capable de prendre corps, ce n'est pas le propre de ces liqueurs : l'humeuraqueuse n'y contribuë aussi en aucune maniére , parce que li cela étoit, on trouverroit quelques-fois de semblables excroissances dans l'espace que cette humeur occupe, sans que le cristallin fût alteré : il n'y a donc que

le fuc nourricier du cristallin qui leur puisse donner naissance, 'en liant avec lui les particules qui se détachent de la superficie de ce corps.

Je n'ay rien dit des caufes extérieures des cataractes, comme font les coups reçeus sur læil ; parce que ces sortes de cataractes ne sont pas pour l'ordinaire vrayes. Cela viendra dans son lieu : aussi bien n'ay-je eu dessein de traiter ici que des causes intérieures des cataractes. Voyons presentement quelles en sont les differences.

1

Des differences des Cataractes vrayes.

CHAPITRE VII.

&

L.

Es cataractes vrayes ne different entre elles, que,

ou a raison de leur âge, ou de leur quantité ou étenduë, ou de leur couleur.

A raison de leur âge, elles sont ou naissantes & imparfaites , ou confirmées & parfaites.

La cataracte est naissante, lorsque le cristallin connience à s'alterer,

que les accompagnemens commencent à se former , & à paroître comme des nuages blancs au travers de la pupille.

Il y en a de deux sortes, de Laiteuses & de Caséeuses, qui ne different que du plus au moins : car toute cataracte dans sa naissance est laiteuse. & cette matiére laiteuse n'est autre chose que ces accompagnemens naissants & encore tres tendres, joints à ces particules qui se détachent de la superficie du cristallin. Et lorsque cette matiére laiteuse acquiert plus de consistance, elle devient comme un lait caillé par morceaux , & forme ainsi la cataracte caséeuse. Dans ces deux états", la membrane qui recouvre le cristallin est encore entiére.

La cataracte est confirmée.& parfaite , lorsque l'altération du cristallin eft entiére . qu'il a acquis une solidité plus grande qu'il n'avoit , que ses

ses accompagnemens ont plus de consistance, qu'ils ont poussé plus abondamment, que la membrane qui couvre le cris

qui se

peut diviser

.

tallin est en partie ou entiérement consommée comme par une espece de supuration louable, & qu'on voit au travers de la prunelle la cataracte entiérement blanche ou d'autre couleur.

Il y a deux dégrez de perfection, un de maturité,. lorsque les accompagnemens & la superficie du cristallin sont dans un certain degré de consistance, qu'ils ne peuvent plus se séparer du cristallin & se diffolldre dans l'humeur aqueuse quand on les touche avec l'éguille, qu'ils se peuvent détacher de l’uvée s'ils avoient contracté quelque adhérence avec cette membrane , & qu'ils sont Ī Aéxibles & si obeissants

que quand on conduit le cristallin au bas de l'uvée, ils ne font aucun ressort, d'où vient que la cataracte demeure.

L'autre de vieillesse , quand les accompagnemens ont tant de consistance, qu'ils deviennent fibreux & font ressort ; d'où vient que la cataracte est fort sujette à remonter lors de l'opération , & qu'ils s'attachent quelques-fois si fort à luvée , qu'on à de la peine à les en séparer.

Quand je dis que les cataractes vrayes different à raison de leur quantité ou étenduë , je n'entens pas que le cristallin alteré soit plus étendu, j'ay dit au contraire qu'il diminuoit en volume : mais j'entens qu'il paroît ainfi , parce que les accompagnemens sont en si grand nombre quelquefois & fi étendus, qu'ils occupent tout l'espace qui est entre le cristallin & l’uvée, & qu'il en passe même au travers de la pupille , comme je l'ay vû quelques-fois, & comme quelques Oçulistes peuvent s'avoir vû : & c'est sans doute ce qui a

[ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »