Page images
PDF
EPUB

2. Des Membranes propres, i. de lo Cornée.

CHAPITRE V I I.

L

Es membranes propres sont trois , la Cornée ,

l'uvée & la Rétine. La Cornée, est la plus grande de ces membranes , puisque c'est elle qui forme le globe de l'ail

. Elle est dure & épaisse ; son épaisseur n'est pas égale, elle l'elt d'avantage vers son fond, & elle diminuë insensiblement en approchant en devant. Elle est opaque par derriere, polie & transparente par devant ; d'où vient que quelques Anatomistes la divisent en la partie transparente qu'ils appellent Cornée , & en la partie opaque qu'ils nomment Selérotique , ou Dure ; mais je ne la reconnois ici

que pour une seule & même membrane.

Elle est entretissuë de toutes sortes de fibres , d'où vient qu'il est difficile de la déchirer uniëment. Et comme toutes les autres membranes qui ont une épaisseur un peu considerable , on cstime qu'elle est composée de plusieurs pellicules appliquées les unes sur les autres, dont le nombre ne le peut déterminer. Il est cependant bien difficile de diviser la cornée opaque par pellicules, pour la quantité des fibres qui la traversent: & la transparente, au contraire , se divise un peu plus aisément ; car avec la pointe de la lancette couchée de plat on en peut lever deux & trois épaisseurs, & même plus fans percer l'æil, on s'en peut figurer un bien plus grand nombre : mais comme ces divisions artificielles

.C

1

nc funt qu'arbitraircs , cllco nc funt pas tout à fait capables de persuader , il faut donc avoir recours à la faison tirée de l'expérience. On sçait par expérience que la cornée transparente est souvent travaillée, de pustules & d’abčez ; & comme ces petites humeurs qui Iont plus ou moins enfoncées , sont sujettes à s'applatir.& même à faire fusée, on juge qu'elles se trouvent entre des pellicules ; parce qu'autrement l'humeur qui cause ces petites humeurs, trouvant un obstacle égal de toutes parts , formeroit nécessairement & toûjours une humeur ronde.

Cette membrane forme une ampoule qui contient les autres parties intérieures de l'ail, & c'est ce que l'on appelle Le globe de l’æil, dont la rondeur n'est

pas exacte ; car la partie transparente de la cornée s'éleve en une bosse qui excéde la superficie sphérique de la partie opaque. Cette bosse dans l'homme , & dans la plûpart des animaux quadrupedes , fait partie d'un cercle, dont le diametresi ce cercle étoit entier, seroic moindre d'une huitiême partie ou environ, que le diametre du cercle formé par la partie opaque de la cornée : & dans les oyseaux elle est si éminente , que le diametre de son cercle n'égale qu'environ le demi dianietre de la partie opaque. Ainsi selon que cette boffe est éminente ou déprimée , c'est-à-dire , selon qu'elle fait partie d'un plus grand ou d'un moindre cercle, on voit les objets ou plus perits, ou plus gros, ou de plus loin , ou de plus prés, comme je le diray ci-apres.

Cette bosic de la partie transparente de la cornée exceptéc, le globe de l'æil se trouve rond en tout sens

[ocr errors]

dans l'homme & dans les animaux quadrupedes: mais dans les oyseaux & dans les poissons, il est applati de devant & derriére.

La cornée contre le fentiinent de du Laurent, a des arteres qui viennent du rameau de la carotide qui accompagne le nerf optique en sortant du crane , & qui lui fournissent fa nourriture , & des veines qui se déchargent dans les jugulaires & qui remportent le superflu de cette même nourriture. Les plus considerables de ees vaisseaux se jettent particuliérement vers la partie postérieure aux environs du nerf optique, où ils forment differentes ramifications, dont les unes s'étendent par toute la cornée & finissent entre ses pellicules, & les autres pénétrent en biaisant ces mêmes pellicules & entrent dans le globe de l'ail, pour se distribuer à l'uvée , à la rétine & aux autres parties intérieures , comme je le diray dans la suite.

Outre ces vaisseaux, il s'insere en cette miembrane quelques rameaux de nerfs, qui viennent du rameau ophthalmique de la cinquième paire. Ces rameaux ayant accompagné le nerf optique se distribuent en partie au fond de cette membrane & se répandent à sa luperficie extérieure & intérieure , & le reste la pénétrant entiérement en d'autres endroits se porte à luvée & au cercle ciliaire, comme je le diray ci-apres.

C'est à la partie postérieure de cette membrane qu'eft l'entrée du nerf optique pour se jetter au dedans du globe de l'æil. En pénétrant cette membrane, il s'y attache fortement , en sorte qu'on ne l'en peut séparer. C'est ce qui a fait dire aussi à quelques Anatomistes

ܪ

modernes , que la cornée n'est autre chose qu'une extension ou dévelopement de la membrane extérieure de ce nerf: ce que je ne leur accorde pas ; parce que

fi cela étoit , cette membrane devroit étre douée d'un fentiment plus exquis que celui qu'elle a , & fa ponction dans l'abaissement des cataractes seroit insuportable aux malades, ce qui n'est pas, puisqu'ils ne ressentent qu'une mediocre douleur, quoi que cette membrane soit dure & assez épaisse; & je pourrois même assurer qu'ils n'en ressentiroient presque pas ; n'étoit qu'on est obligé de piquer le blanc de l'æis dont les membranes qui le composent sont d'un sentiment trés exquis, mais dont la douleur est suportable lorsqu'on les pique, à cause de leur peu d'épaisseur qui est bien-tôt pénétrée par l'éguille,

L'union qui se remarque dans l'implantation de ce nerf, ne peut étre non plus un argument de l'extention de la membrane : cette union étant aussi nécessaire que celle qui se rencontre dans toutes les autres parties de

même de nature bien differente, comme des ligaments & des tendons avec les os., sans qu'on

cela que les os prennent leur naissance des ligaments ou des tendons.

D'ailleurs, s'il étoit vray que la cornée fût une production de la membrane extérieure du nerf optique, il s'ensuivroit que dans les oyseaux & dans quelques poissons dont la partie opaque de la cornée se convertit en partie en os, & dans d'autres animaux où elle se trouve cartilagineuse, la membrane extérieure de ce nerf, que l'on supose former la cornée , deviendroit

nôtre corps,

puisse dire

pour

offeuse, ou cartilagineuse, cequi seroit absurde: quand même on objecteroit qu'on voit d'autres membranes, comme celle qui forment la fontanelle chez les enfants, & des tendons, comme ceux des muscles , des cuisses & des jambes dans les oiseaux se convertir en os quand ils vieillissent ; parce qu'on ne s'est jamais avisé de dire, que les membranes qui forment la fontanelle, fussent une production de la dure-mere , quoi qu'elle y soit attachée, & que les tendons des muscles fussent une fuite des nerfs.

Il est donc bien plus probable de dire que cette membrane est formée dés la premiére conformation de même que les autres parties de notre corps, & qu'elle est d'une nature toute particuliére , ne s'y en rencontrant point de semblable dans le reste du corps , comme on peut le connoître en comparant cette membrane avec İcs ligaments des articles, les aponévroses des muscles, les membranes qui les envelopent, celles qui recouvrent les os, & généralement toutes les autres membranes.

Quand je dis que c'est à la partie postérieure de la cornée qu'est l'entrée du nerf optique , je l'entens dans l'homme particuliérement, dans le chien & dans quelques autres animaux qui ont le cerveau plus gros que d'autres à proportion de leur corps, chez lesquels cette entrée est presque directement opposée au trou de l’uvée; car dans la brebis, le bæuf & autres animaux quadrupedes, dans les oiseaux & dans les poissons, elle se trouve plus à côté du globe en tirant vers le nez , aux uns plus, aux autres moins.

[ocr errors]
« PreviousContinue »