Eléments métaphysiques de la doctrine du droit (première partie de la Métaphysique des moeurs): suivis d'un essai philosophique sur la paix perpétuelle et d'autres petits écrits relatifs au droit naturel

Front Cover
Auguste Durand, 1853 - Law - 392 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page clxxvi - Lorsque dans la même personne ou dans le même corps de magistrature la puissance législative est réunie à la puissance exécutrice, il n'ya point de liberté, parce qu'on peut craindre que le même monarque ou le même sénat ne fasse des lois tyranniques pour les exécuter tyranniquement.
Page clxxxiii - Il n'ya point encore de liberté si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice. Si elle était jointe à la puissance législative, le pouvoir sur la vie et la liberté des citoyens serait arbitraire : car le juge serait législateur. Si elle était jointe à la puissance exécutrice, le juge pourrait avoir la force d'un oppresseur.
Page clix - Vous devez donc être persuadé que les rois sont seigneurs absolus, et ont naturellement la disposition pleine et libre de tous les biens qui sont possédés aussi bien par les gens d'Eglise que par les séculiers , pour en user en tout temps comme de sages économes.
Page lxvii - Si le possesseur actuel de la chose volée ou perdue l'a achetée dans une foire ou dans un marché , ou dans une vente publique , ou d'un marchand vendant des choses pareilles , le propriétaire originaire ne peut se la faire rendre qu'en remboursant au possesseur le prix qu'elle lui a coûté.
Page clvii - COMME les hommes ont renoncé à leur indépendance naturelle pour vivre sous des lois politiques , ils ont renoncé à la communauté naturelle des biens pour vivre sous des lois civiles.
Page 172 - L'acte par lequel le peuple se constitue lui-même en État, ou plutôt la simple idée de cet acte, qui seule permet d'en concevoir la légitimité, est le contrat originaire, en vertu duquel tous (omne?
Page cxv - Aucun État ne doit s'immiscer de force dans la constitution et le gouvernement d'un autre État. 6° Nul État ne doit se permettre, dans une guerre avec un autre, des hostilités qui rendraient impossible, au retour de la paix, la confiance réciproque, telles que l'assassinat, l'empoisonnement, la violation d'une capitulation, l'excitation à la trahison.
Page 159 - ... ^Troisièmement, enfin, c'est un devoir pour l'homme de passer de l'état de nature à l'état civil : « Tu dois, à cause du rapport de coexistence qui s'établit inévitablement entre toi et les autres hommes, sortir de l'état de nature pour entrer dans un état juridique, c'est-à-dire dans un état de justice distributive (1).
Page cxxxi - Toutes les actions relatives au droit d'autrui , dont la maxime n'est pas susceptible de publicité , sont injustes.
Page 312 - Feu, si ce n'est la guerre, dont la nature se sert pour peupler toute la terre ? Quant à la guerre même, elle n'a besoin d'aucun motif particulier; elle semble avoir sa racine dans la nature humaine, passant même pour un acte de noblesse, auquel doit porter l'amour seul de la gloire, sans aucun mobile d'intérêt.

Bibliographic information