Page images
PDF
EPUB

49, QUAI DES AUGUSTINS, A PARIS,

Envoi franco dans toute l'Union postale contre mandat de poste ou valeur sur Paris.

[blocks in formation]

La notion de l'énergie, l'étude de ses transformations, ont renouvelé depuis un demi-siècle la face de la science : mathématiciens, physiciens chimistes en ont tiré de merveilleuses conséquences, mais tandis que les physiciens non contents d'arriver à de brillants résultats, tendaient avec effort à initier la jeunesse studieuse dans la voie nouvelle et à associer la jeune génération à leur ouvre, ce qui a peut-être été l'une des causes de la rapidité des progrès accomplis, il semble que les chimistes, tout en accumulant dans de nombreux mémoires dont certains sont d'impérissables monuments les résultats de cinquante années de travail, se soient moins préoccupés de les faire connaître aux étudiants et de préparer ceux-ci à continuer leur æuvre.

C'est un tel enseignement fondé sur ces matériaux que M. le Professeur Ditte donne dans ses cours de la Sorbonne; l'ouvrage que nous présentons aujourd'hui au public est la reproduction des

2

leçons faites à la Faculté des sciences pendant les années 1890 et 1891 par l'éminent professeur.

L'auteur ne cherche pas à faire euvre d'érudition, ni à faire connaftre un grand nombre de faits qui trouvent leur place naturelle dans une encyclopédie; mais prenant les mieux connus d'entre eux, il s'attache à les étudier en détails de manière à montrer comment les choses se passent, quel est le mécanisme de la réaction considérée. C'est qu'en effet une fois en possession d'un fait bien établi et bien discuté, l'étudiant ne sera pas embarrassé pour se rendre compte des faits analogues, et s'il veut devenir chimiste à son tour, pour appliquer à l'étude de phénomènes non encore étudiés les connaissances qu'il aura acquises; s'il veut au contraire se borner à apprendre de la chimie sans en faire l'objet de ses études ultérieures, ce mode de procéder lui permettra de connaître à tond un certain nombre de réactions, d'acquérir des connaissances étendues, sans avoir recours plus qu'il ne convient à sa mémoire et de donner en même temps satisfaction à son esprit.

Ce résultat, M. Ditte l'obtient par un usage constant des principes de la Thermochimie et des lois de la Dissociation; son cours est un exemple frappant du merveilleux parti qu'on peut tirer de l'emploi simultané de ces deux ordres de données qui lui permettent d'insister à chaque instant sur les caractères de ce qu'il a appelé les formes et les aspects de la matière; sur l'étude des réactions inverses si fréquentes et des équilibres auxquels elles donncni lieu.

L'ouvrage débute par un résumé court et clair des méthodes employées pour mesurer les quantités de chaleur mises en jeu dans une réaction, et des lois de la Mécanique chimique; l'auteur établit la suite des théorèmes dont il fera continuellement usage, puis il entre dans son sujet : « L'étude des métaux peut, dit-il, être faite à deux points de vue ; d'une part on doit examiner l'action des éléments et celle des composés de divers ordres sur l'ensemble des métaux, rechercher les circonstances dans lesquelles cette action s'effectue, et arriver de cette façon à connaître l'ensemble des propriétés essentielles des sels et des divers groupes de combinaisons binaires; on voit en même temps comment varie l'ensemble des propriétés quand on passe d'un groupe de composés à un autre groupe de composés analogues. Mais il convient d'autre part d'étudier séparément chaque métal, d'examiner les diverses combinaisons qu'il forme et d'arriver à reconnaître ses caractères particuliers. »

La première partie « Étude générale des métaux » constitue à elle seule les trois quarts du premier volume de l'ouvrage. M. DITTE

3

y étudie d'abord tous les groupes de composés binaires des métaux, puis ensuite les sels, en faisant ressortir les propriétés générales de chacun de ces groupes, les analogies et les différences que tel d'entre eux présente avec les groupes voisins, de manière à présenter une vue d'ensemble des propriétés des composés métalliques. A la fin du premier fascicule commence l'Étude particulière des métaux » qui est continuée et terminée dans le second. Aucun d'eux n'est laissé de coté, non que l'étude de chacun comporte les mêmes développements, mais elle est faite de manière à dégager les propriétés caractéristiques de chaque métal, les analogies et les différences qu'ils présentent entre eux; l'auteur. qui les connaît bien, a pensé qu'il n'y a pas de petits métaux, qu'au point de vue philosophique, tous sont des corps présentant la même importance, et il dit de chacun d'eux ce qu'il est nécessaire pour les faire connaître aux jeunes gens, pour éveiller leur intérêt sans surcharger leur mémoire, pour leur montrer quelle place il occupe à côté des corps analogues.

De cette manière l'étude particulière des métaux ne consiste plus en une série de monographies détachées, elle présente, elle aussi, un tableau d'ensemble non pas d'ailleurs sans lacunes; l'auteur, et là n'est pas son moindre mérite, s'est bien gardé de taire les desiderata auxquels une étude aussi vaste faite scientifiquement devait le conduire. Par là il a rendu un signalé service aux jeunes chercheurs de demain qui sont les étudiants d'aujourd'hui.

Les étudiants ! telle a été la constante préoccupation du savant professeur : c'est pour eux qu'il a écrit ces pages dont l'ensemble constitue un livre vécu, car si l'auteur a pu dissimuler avec modestie la part qui lui revient dans l'histoire des composés métalliques, son livre est l'image fidèle de cet enseignement vibrant qui fait de M. DITTE un des maîtres dans l'art d'enseigner.

« PreviousContinue »