Page images
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][graphic][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

SA 2128.47

S

Harvard College Library

May 14, 1914.

Bequest of Georgina Lowell Putnam

(17-19

LIVRE TRENTE-QUATRIÈME.

1803.

Sommaire. Conduite de l'amisal Latouche-'Tréville au Môle St-Nicolas.--Félicia tations adressées à l'armée de St. Domingue par Bonaparte --Réorganisation de l'armée de St. Domingue. Le général Quentin enlève les forts de la Martel. lière et de Jacqut zy --Espedition dirigée par Rochambeau contre les indépendans de la Toriue. -Getirard pénètre de nouveau dans le Sud.—Il prend Aquini sur les français -Il se reunit à Férou ---- Les indépendans du Sud reconnaissent l'autorité io D.ssalines. --Giffard attaque les Cayes, et est repoussé.-Mort de K spoisson --Expédition du général Erverseau au Manit!. ---Le général Sarra. sin se rend de liburon anx Cayes ; après plusieurs combats Rochambeau transporte son quartier.général, al Port-Républicain.- Lal emblématique.-- Lamarre chasse les français du'Petit Gove. - Cangé dirige une attaque contre Léogane.- La garde d'honneur de piochaude un debarque au Petit-Gioare.--Elle est battue par Lamarre.--illort de Néteru ood.--Toussaint Brave attaque le FortLiberté. --Il est repoussé par le généra! Quentin-Le général Brunet part pour le Sud avec 2,000 hommes --Marche générale des troupes françaises du Sud contre Geffrard --Les français sont baltus à Bérette par Gérin ; au Plymouth par Moreau et Thomas Durocher , à (varata par Férou.--Les indigènes prennent le Corail sur Darbois.---Sarrasin est enveloppé dans la plaine des Cayes par Gefiiard. Combat du Pont de Tructie --Sarrasin est dégagé par Brunet - Les indigènes prenrent l'Anse-à. Veau.-- Départ de Laplume et de Nérette pour France. ---Les anglais vendent des armes et des munitions aux indépendans. - Et:t de la plaine du Culde-Sac - Mission du général Pierre Boyer, en France Renforts venus de Fran. ce.- Promotions dans l'armée française. -Capoix prend le Port de Paix ; ensuite la Tortue. ---Ordonnance du 18 avril 1803. - Expédition de Vitt alix Grande-Bot.

[ocr errors]

-Blockaus établis à Drouillard et à Santo.- Les français attaquent l'Arcahaie, et sont repoussés par le général Pétion – Toussaint Brave et Romain s'emparent de l'Acul; ils en sont chassés par Clausel. --- Réunion des chefs indigènes du Petit-Goâve et de Léogane à l'Arcahaie.--But de crite réunion. — Mort héroïque de Laporte.-- Cangé envahit la plaine du Culc- Sac — Combal de Borgella et de Jumécourt.-- Mort de Mimi Bode — Dessalinas part de l'Artibonite pour le Cul-de-Sac.- Il prend lo Mirebalais. -11 envahit la plaino du Cul-de-Sac.–11 se' réunit à Cangé au Camp Frère. ---Première entrevue de Dessalines avec Lamour Dérance.--Les Cultivateurs du Cul-de-Sac se soulèvent pour Dessalines contre les français. — Dessalines fait incendier la plaine du Cul-do Sac.- Siconde entrevue de Dessalines avec Lamour Dérance.-Propagande contre Lamour Dérance dans la plaine de Léogane.- Arrestation et exécution de Pierre Louis — Dissalines dégrade le colonel Montauban.-Gabart est battu à la savane Oblonde. Toute la plaine du Cul de Sac est sonlevée contre les français qui n'occupent que le bourg de la Croix-de-Bouquets et quelques blockaus.

Pendant que l'insurrection s'organisait de toutes parts, et se concenirait sous une seule autorité, la domination française s'anéantissait rapidement. Les maladies avaient considérablement affaibli les équipages des bâtimens de guerre; le moral des matelois était abaitu , et les marins qu'animaient des sentiments d'honneur étaient indignés d'ètre devenus geoliers, et d'être sans cesse témoins de seènes de carnage. L'amiral Latouche Tréville, homme mon el effeminé dans nos climats, commandait les forces navales de St Domingłe. Se livrant à toutes sorles de voiuptés au Môle St. Nicolas, il ne pouvait même pas se résoudre à donner la chasse aux pirogues indigènes qui, sorlant des anses de la cole, attaquaient bardiment les navires marchands et les capturaient. Cependant il demandait sans cesse des grades pour les enseignes de vaisseaux et une foule d'autres ofticiers qui ne se livraient qu'à l'assassinat et à l'orgie. Le vaisseau amiral était encombré de captifs condamnés à être boyés. La plupart des officiers de marine spéculaient sur la position de ces infortunés auxquels ils prétendaient porter toutes sortes de sollicitudes. Ils in vitaient leurs parens à leur envoyer, à bord, de l'argent, pour leur nourriture et leur habillement. Souvent en quelques jours, ils recevaient des sommes considérables dont ils s'approprimient; car ceux auxquels cet argent était envoyé, avaient été noyés, le plus souvent, dès le jour de leur arrivée sur l'escadre. Dans sa correspondance avec le ministre de la marine, Décrès, Latouche Tréville disait que la folle rivalisait de zèle et de dévouement avec l'armée de terre. Cependant il terminait toujours ses lettres en demandant du repos au gouvernement. Décrės lui répondait que le Premier Consul, prenant en considération les services qu'il avait rendus, pensait qu'il serait injuste de le remplacer pendant que St-Domingue était encore en insurrection. Ces réponses quoique flalleuses ne contenlaient pas Latouche Tréville qui, devenu riche, craignait qu'un plus long séjour à St.Domingue de compromit sa fortune.

« PreviousContinue »