Essais de morale: contenus en divers traités sur plusieurs levoirs importans, Volume 7

Front Cover
Chez Guillaume Desprez et Jean Dessartz, 1715 - Christian ethics

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 160 - ... qui me pourroit faire une pièce : ailleurs on me faisoit appréhender le gouverneur. Mais ce qui m'a été toujours le plus formidable partout, a été le dégoût et la timidité de mes hôtes. Au lieu des gens que vous savez que je voyois à Paris, j'ai été réduit premièrement à des personnes auprès de qui ni mon latin, ni mon françois, ni tout ce que je pouvois savoir en quelque art et en quelque science que ce fût, ne servoit de rien. Ensuite j'ai été assez longtemps avec les charrons...
Page 243 - C'eft ce que les bonnes gens comme vous ne comprennent pas , & je ne le comprens point du tout auffi, par rapport à moi, car je n'ai que faire du tout de tout ce miracle. Mais quand je confidere de certaines gens , dont le monde eft plein j'en juge autremenr.
Page 162 - Qui m'auroit dit qu'il falloit me résoudre à n'avoir « plus ni feu ni lieu , à être à charge à tout le monde , « à changer continuellement de demeure , à être dé...
Page 160 - La mort de trois perlonnes m'a privé de tous les trois lieux, & outre l'appui que j'ai perdu en leur perfonne, je fuis exclus de ces trois demeures & réduit à n'en avoir plus de fixe. Rien n'eft plus contraire à mon humeur que les changemens de lieu, les vilàges nouveaux , les nouvelles connoiflances.
Page 149 - Antoinette qui avait cm se reconnaître), de l'humeur & de la coutume de celui qui ecrit ; car elle est assez bizarre. Il ne faut souvent qu'un mot pour lui donner lieu de concevoir diverses pensées, sans que ces pensées aient aucun rapport à la rencontre qui les a fait naître, ni qu'il en fasse aucune application à la personne qui ya donné l'occasion. Tous les discours qui sont imprimés (dans les Essais de Morale) ont été faits en cette manière ; on y avoit d'abord -quelqu'un en vue...
Page 156 - ... résolu de ne rien faire, et par je ne sais quels principes on ne trouve pas bon de l'en persuader. On a travaillé de fort bonne foi, pour empêcher que je ne puisse être en repos avec honneur, et jamais on ne s'est acquitté avec plus de soin d'aucune œuvre, que de celle-là. Cependant, Madame, si j'avois autant de foi que je devrois, ce néant ne m'en devroit être que plus précieux, avec ces deux conditions que la providence ya attachées ; puisqu'elles pourroient servir à faire mourir...
Page 156 - S'il s'y mêle quelque passion, elle divertit et empêche le chagrin. Mais maintenant, Madame, je m'en vais entrer dans un entier néant ; je ne réfuterai personne, je continuerai à ne me mêler de rien, je n'aurai commerce qu'avec les morts, qui ne sont pas toujours les plus divertissans du monde, et ce qui est plus singulier, est qu'au...

Bibliographic information