Page images
PDF
EPUB

des besoins indispensables, d'empécher qu'il leur soit fourni du vio ou de l'eau-de-vie, pendant les heures du travail.

Il leur est également enjoint de faire respecter les contremaltres, chefs d'ateliers ou surveillances: d'entendre leurs plaintes cotitre les travailleurs, de les vérifier, d'y faire droit provisoireinent et d'en rendre compte de suite à la préfecture,

Dans les inaisons de Bicêtre, de Saint-Lazare, et de la Petite-Force, les détenus par mesure administrative y seront également obligés au travail.

Les concierges nous rendront compte chaque mois, des progrès et du produit des travaux de chacun des ateliers.

52. Les concierges prendront toutes les mesures et cautions nécessaires pour qu'il ne résulte aucun inconvénient pour la sûreté de la prison ou pour celle des individus, des outils ou instrumens aris à la disposition des condamnés.

53. Il ne peut être établi de nouveaux ateliers dans les prissons sans notre autorisation.

51. Les concierges veilleront à ce que la somme formant la portion due aux ouvriers leur soit payée exactement aux époques fixées par le cahier des charges de l'entreprise générale du service économique des prisons.

55. Les condamnés seront, aussitòt leur arrivée, revêtus des habits de la maison, et ne pourront en porter d'autres tant que durera leur détention.

56. Pour éviter la perte de tems, les personnes munies de permissiou, ne pourront visiter les condamnés et communiquer avec eux que deux fois par semaine ; savoir, les Jeudis et Dimanches, depuis neuf heures du matin jusqu'à trois heures, et pendant une heure seulement.

Dispositions partieulières pour les prisonniers pour dettes.

57. Les chambres des prisonniers pour dettes seront ouvertes aux mêmes heures que celles des prisonniers non travailleurs.

Les prisonniers seront renfermés dans les corridors à huit heures du soir, depuis le ler Avril jusqu'au ler Octobre, et dans leurs chambres à dix heures.

Et depuis le ler Octobre jusqu'au ler Avril, ils seront ren« fermés dans leurs corridors à sept heures et dans leurs chambres à neuf heures.

58. Pour obtenir la permission de communiquer avec un prisonnier pour dettes, il faut en représenter la demande faite par le prisonnier, et visée par le concierge.

Ces prisonniers ont la faculté de communiquer dans leurs chambres avec les personnes du dehors munies de permission ou avec leurs avoués ou avocats, et de manger avec eux sous la surveillance du concierge et des employés.

Les personnes en communication sortiront de la maion au TOME VI.

P

plus tard, une heure avant la fermeture des corridors ; elles en seront avertjes à l'avance par le son de la cloche.

Les personnes qui ont été détenues, ne peuvent obtenir de permission que pour communiquer en présence du concierge.

59. Les alimens cousigués par les créanciers seront distribués aux prisonniers pour deties tous les trois jours, dès neuf heures du matin.

60. Les prisonniers pour dettes ne peuvent jamais, et dans aucun cas, être confondus avec les prisonniers d'une autre classe, soit à la promenuile, soit ailleurs.

L'article 33 des dispositions générales ne leur est point applicable; mais il leur est défendii de placer des fourneaux ou autres ustensiles de cuisine dans les corridors, d'y déposer leurs ordures, ni residus d'alimens; il leur est enjoint de les descendre dans le lieu qui leur sera indiqué par le concierge,

Le concierge veillera avec le plus grand soin à ce que l'usage du charbon ne donne lieu à aucun inconvénient, et à ce que tous les fourneaux soient éteints une demi-heure avant l'époque tixée pour l'extinction des lumières. Dispositions particulières pour les enfans détenus par forme

de correction paternelle. 61. Les enfans détenus par forme de correction paternelle, seront inscrits sur un registre particulier.

Ils seront placés dans des locaux séparés et complettement isolés hors de la rue des autres prisonniers : ils seront logés seuls, , et n'auront de communication dans la prison qu'avec le concierge et leurinstituteur surveillant.

02. Les surveillans enseigneront aux enfans à lire, écrire et compier, ils les feront travailler, et ils conduiront ceux qui professent la religion catholique à la messe, ainsi qu'il est prescrit à l'article 48. lls y seront dans un endroit séparé des autres détenus ; les chambres de ces enfans seront ouvertes et fermées aux mêmes heures que pour les prisonniers travailleurs.

Les surveillans ne les quitteront que pour le coucher, ils les accompagneront à la promenade, et ils ne permettront pas qu'ils communiquent avec les autres,

63. Les personnes de dehors qui auront obtenu la permission de communiquer avec eux, ne pourront le faire qu'en présence des surveillans, et dans leur logement.

64. Nos précédentes ordonnances concernant la police in. lérieure des prisons, notamment celles des 27 Vendémiaire an 10, et 19 Prairial an 12, continueront d'être exécutées dans toutes celles de leurs dispositions auxquelles il n'est point dérogé par la présente.

65. Les inspecteurs des prisons sont aussi chargés de veiller à l'exécution de la présente ordonnance, ils feront, à cet effet, des visites journalières dans ces naisons le matin où le sior,

seuls on avec le concierge ou autres employés, et ils feront chaque jour leur rapport, qui sera mis sous nos yeux avant dis beures du matin.

66. La présente ordonnance sera imprimée, elle sera affichée au greffe, dans les guichets, dans les cours et parloirs, ainsi que dans les chambres et dortoirs des prisonniers.

Il est défendu aux prisonniers et aux employés de l'enlever ou la déchirer.

Les employés qui se permettraient cette contravention, seront destitués.

Les prisonniers qui s'en rendraient coupables, seront mis à Ja chambre de punition pendant cinq jours. Si le conpable n'était point connu, les détenus de la chambre ou du dortoir seront punis par la privation de communication avec les personnes du dehors pendant dix jours, et de la promenade pendant le même tems:

Londres, le 23 Janvier. Discours d'ouverture du Notes sur le discours d'ouverParlement.

ture du parlement d'An. Milords et Messieurs,

gleterre. S. M. nous comnande de vous exprimer son profond regret de ce que les efforts de l'empereur d'Autriche contre l'ambition (a) et la violence (a) Quelle grossièreté de de la France sont devenus style! Si l'Autriche avait été inutiles, et de ce que S. M. I. victorieuse, et si ses arinées a été forcée d'abandonner la étaient parvenues sur les bords lutte et de conclure une pais du Rhin, on entendrait audésavantageuse. Quoique la jourd'hui l'Angleterre se vanguerre ait été entreprise par ter d'avoir contribué à relever ce monarque sans encourage- la monarchie autrichienne, et ment de la part de S. M; à rétablir sa puissance. L'AnS. M. a fait, pour secourir gle'erre seule auroit tout fait. l'Autriche, tous les efforts qui Mais l'entreprise de l'Autriche semblaient compatibles avec n'a eu pour elle, que de mala le véritable soutien de ses als heureux résultats: le cabinet liés, et le bien et l'intérêt de britannique la désavoue: il ses propres domaines.

suit en cela l'usage constant de l'Angleterre, et bientôt il faudra croire que des frégates anglaises ne sont pas venues à Trieste pour apporter les subsides de l'Angleterre ; que le cabinet de Londres n'a eu aucune connaissance des projets de la cour de Vienne: que,

[ocr errors]

ex

tandis qu'il en voyait une armée en Espagne pour soutenir la guerre dans la péninsule, qu'il excitait la Porte contre la France et la Suède contre le Nord, il ne pensait pas à

l'Autriche. Peut-on se L'ne attaque sur les arme

quer d'une nation avec aussi mens et les établissemens ma.

peu de pudeur Pour con

naître la véritable opinion du ritimes de la France dans l'Escaut fournissait à la fois ministère anglais, il suffit de une perspective de détruire rerie et les articles nombreux une force naissante, qui tous où ils exprimaient avec les jours devenait plus à craindre pour la sûreté de ce pays, avaient conçues lors de la dé

altation les espérances qu'ils (b) et celle de détourner les

claration de l'Autriche. efforts de la France de l'objet

(6) Ce n'était donc pas important de renforcer ses armées sur le Danube, et de pour secourir l'Autriche que

vous faisiez cette expédition ? réprimer l'esprit de résistance qui se manifestait dans le nord de l'Allemagne.

Ces considérations déterminèrent S. M. à employer ses forces dans une expédition por l'Escaut.(c)

(C) Excellente logique ! Si vous vouliez exciter la révolte dans le nord de l'Allemagne, c'est à l'embouchure de l'Elbe, et non pas dans l'Ile de Walcheren, qu'il falluit débarquer; mais il n'y avait point à Hambourg de vaisseaux et d'arsenaux à incendier. Vos expéditions ne sont que des expéditions incendiaires !

Quel succès pouviez vous attendre ? il ne fallait pas beaucoup de pénétration pour sentir que du moment où vous attaqueriez le territoire sacré, des millions de bras, qui ne pouvaient pas se lever pour aller combattre en Allemagne, étaient toujours prêts à se lever pours ecourir leurs foyers, et rivaliseraient de courage et d'enthousiasme pour les dé

fendre ! Attaquer la France, ce n'était pas empêcher l'empereur de disposer de ses troupes pour vaincre l'Allemagne; c'était, au contraire, lui donner une nouvelle armée d'hommes, qu'une fois eurôlés, l'empereur pourrait retenir sous les drapeaux autant qu'il le jugerait convenable. Le cabinet britannique connait bien peu la France, et ne conpait pas davantage l'empeseur! Il n'a pas encore su juger les circonstances actuelles. Si l'on avait demandé à l'empereur ce que l'Angleterre devrait faire pour servir ses intérêts, il lui aurait sans doute conseillé de violer le territoire de la France, certain que le résultat de cette expédition serait de lui donner une armée toute équipée, qui, après avoir culbuté les Anglais dans la iner, pourrait se porter sur le Rhin, sur le Weser, et de là, sur le Danube. Si la guerre avec l'Autriche avait continué les 100,000 hommes de gardes nationales, réunis dans la Belgique, après avoir repoussé les Anglais, auraient pris leur direction sur le 8e corps, et auraient joint l'armée destinée à agir contre la Bohème. Rien n'était plus facile que de profiter de leur enthousiasme. La preuve en est, que beaucoup d'hommes des gardes nationales une fois sortis de leurs foyers, et revenus à la vie militaire, n'ont plus voulu la quitter sans avoir tenté encore quelques glorieux hasards, et qu'ils ont pris parti dans plus sieurs nouveaux régimens, appelés régimens des gardes na

[ocr errors]
« PreviousContinue »