Le parti républicaine sous la monarchie de juillet: formation et évolution de la doctrine républicaine , avec une préface de A. Esmein

Front Cover
A. Pedone, 1901 - France - 496 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 308 - Le principe de fraternité est celui qui, regardant comme solidaires les membres de la grande famille, tend à organiser un jour les sociétés, œuvre de l'homme, sur le modèle du corps humain, œuvre de Dieu, et fonde la puissance de gouverner sur la persuasion, sur le volontaire assentiment des cœurs.
Page 191 - J'en accepte l'impopularité d'un jour. Quoique admirateur de ce grand homme , je n'ai pas un enthousiasme sans souvenir et sans prévoyance. Je ne me prosterne pas devant cette mémoire ; je ne suis pas de cette religion napoléonienne , de ce culte de la force que l'on veut depuis quelque temps substituer dans l'esprit de la nation à la religion sérieuse de la liberté.
Page 6 - La puissance législative s'exerce collectivement par le Roi , la Chambre des pairs et la Chambre des députés des départements.
Page 429 - Ici, s'élève une objection grave. « La foi, comment la donner, quand je l'ai si peu moi-même ? La foi en la patrie, comme la foi religieuse, a faibli en moi. » Si la foi et la raison étaient des choses opposées, n'ayant nul moyen raisonnable d'obtenir la foi, il faudrait, comme les mystiques, rester là, soupirer, attendre. Mais la foi digne de l'homme, c'est une croyance d'amour dans ce que prouve la raison. Son objet, ce n'est pas telle merveille accidentelle, c'est le miracle permanent...
Page 451 - La révolution accomplie par le peuple devait s'organiser, selon nous, au profit du peuple par une série continue d'institutions fraternelles et tutélaires propres à conférer régulièrement à tous les conditions de dignité individuelle, d'instruction, de lumières, de salaires, de moralité, d'éléments de travail, d'aisance, de secours et d'avènement à la propriété, qui supprimassent le nom servile de prolétaire, et qui élevassent le travailleur à la hauteur de droit, de devoir et...
Page 141 - homme, malgré vos ministres et votre loi.. Esclave de « toutes les lois justes, ennemi de toutes les lois iniques, « entre les persécuteurs et les victimes je ne balancerai « jamais. Je ne connais pas de pouvoir humain qui « puisse me faire apostasier Dieu, l'humanité, la France.
Page 343 - Faible, l'homme se laisse réduire à un minimum qui est en raison même de sa faiblesse. Fort, il empiète et dévore dans la mesure de sa force.
Page 429 - Voilà toute la ressemblance. Et voici la différence. La Révolution fonde la fraternité sur l'amour de l'homme pour l'homme, sur le devoir 'mutuel, sur le droit et la justice Cette base est fondamentale, et n'a besoin de nulle autre.
Page 86 - Toutes les institutions sociales doivent avoir pour but l'a«mélioration du sort moral, physique et intellectuel de la classe »la plus nombreuse et la plus pauvre.
Page 189 - Derrière cette France qui semble s'assoupir un moment, derrière cet esprit public qui semble se perdre, et qui, s'il ne vous suit pas, du moins vous laisse passer en silence sans vous résister, mais sans confiance; derrière cet esprit public qui s'amortit un instant, il ya une autre France et un autre esprit public; il ya une autre génération d'idées qui ne s'endort pas, qui ne vieillit pas avec ceux qui vieillissent, qui ne...

Bibliographic information