Page images
PDF
EPUB

à la juridiction, est repoussée par l'immunité et l'exterritorialité du ministre. Celui qui entre en contrat avec un autre connait ou doit connaitre la juridiction de ce dernier. C'est l'avis d'Ulpien (I. 19, pref. D. de R. S.), et le propriétaire qui loue sa maison à un ministre étranger renonce au recours de la loi dont il sait le ministre exempt.

Le gouvernement américain pencha donc, en l'absence de toute autorité contraire, à croire que la loi civile prussienne, convenablement interprétée, n'autorisait en fait aucune prétention semblable à celle élevée par le propriétaire dans l'exemple présent. Mais en supposant même qu'elle autorisat cette prétention, elle ne devait pas plus déroger dans ce cas au droit des gens établi que dans le cas d'une contrainte par corps. Les opinions citées plus haut semblaient au gouvernement américain entièrement concluantes sur ce point, et il fut entièrement conforme dans cette manière de voir par l'acte du congrès déclaratoire du droit des gens et par l'opinion des autres gouvernements. Enfin toutes les raisons revendiquées pour les immunités diplomatiques, et universellement reconnues maintenant, semblent justes comme applicables au cas de gages et d'hypothèques en faveur des propriétaires, pour les recours de toute autre espèce. Assurément rien ne le pouvait mieux démontrer que la tentative du propriétaire dans le cas présent, par le moyen de son prétendu gage, pour forcer le ministre à payer des dommages fixés à son gré pour un détriment prouvé seulement par son allégation!

Le gouvernement prussien déclara que son opinion sur le point controversé demeurait invariable, et ne pouvait être changée par le raisonnement qui précède, et les autorités citées à l'appui. A son point de vue, la question

[ocr errors]

Dépêche de M. Legare à M. Wheaton, 9 juin 1843.

[ocr errors]

n'était pas si le bailleur avait le droit de retenir une partie du mobilier appartenant au locataire et trouvé dans les lieux loués à l'expiration du contrat pour sûreté des dommages encourus pour leurs dégradations; mais si le bailleur en exerçant son droit de retenir les meubles avait commis une violation aux priviléges des agents diplomatiques, ou au moins un acte punissable; et si pour cette raison on pouvait le forcer sommairement, et avant la prononciation du juge compétant sur sa réclamation, à rendre les meubles ainsi retenus. Cette dernière question ayant été résolue négativement, la décision de la première devait nécessairement être réservée aux tribunaux compétents. .. Le privilége de l'exterritorialité consiste dans le droit de l'agent diplomatique d'être exempt de toute dépendance du pouvoir souverain du pays près le gouvernement duquel il est accrédité. Il s'ensuit que l'État ne peut exercer contre lui aucun acte quelconque de juridiction, et comme, par une conséquence naturelle de ce principe, les tribunaux du pays n'ont pas en général le droit de connaitre des controverses concernant les ministres étrangers, ils ne sont pas non plus autorisés, dans le cas particulier d'une controverse résultant d'un contrat de louage, à ordonner la saisie du mobilier d'un ministre public.

Si donc le privilege de l'exterritorialité ne se rapporte qu'aux relations existant entre l'agent diplomatique et le souverain pouvoir du pays où il réside, il est également évident que la violation de ce privilége ne peut être commise que par les autorités de ce pays et non par une personne privée. Les relations légales des sujets du pays ne sont, à aucun égard, directement changées par le principe de l'exterritorialité; ce n'est qu'indirectement que ce principe peut opérer sur ces relations; de sorte que dans les différends des citoyens, le sujet n'a pas le droit d'invoquer l'intervention des autorités de son pays contre le ministre étranger contre lequel il peut avoir une réclama

1

[ocr errors]

tion à faire, et s'il veut commencer des poursuites contre lui, il doit s'en référer aux tribunaux du pays même du ministre. Si d'un autre côté le sujet peut se faire justice luimême sans avoir recours aux autorités de son pays, sa position à l'égard du ministre étranger est absolument la même que si le différend se fut élevé avec un de ses compatriotes.

Il est presque inutile d'observer qu'en pareil cas la partie ne doit pas sortir des limites généralement permises. S'il employait la violence, il se rendrait coupable d'infraction à la loi, et serait punissable comme si la partie adverse était habitante du pays.

Dans la controverse en question, aucune autorité dépendant du gouvernement prussien n'avait participé, soit directement soit indirectement, à la saisie des meubles du ministre américain; le propriétaire de la maison les ayant retenus de son propre mouvement, il n'y avait donc pas de violation du privilége de l'exterritorialité. Il n'y avait aucune preuve de violence commise par lui, et le simple fait de la retenue des meubles ne pouvait être considéré comme un acte illégal.

En principe tout propriétaire d'une maison, bien qu'il l'ait louée à une autre personne, reste en possession de sa propriété. Il suit de la que les effets mobiliers apportés dans ladite maison par le locataire, peuvent etre considérés à quelques égards comme en la possession du propriétaire. C'est pour cette raison que le droit civil de Prusse, de même que celui de la plupart des États de l'Europe, donne au propriétaire une garantie sur le mobilier du locataire, pour sûreté du payement du loyer. La question de savoir jusqu'à quel point ce droit fondé sur la loi positive d'un pays particulier peut etre exercé contre un ministre étranger, doit être mise hors de considération, puisque l'acte de retention ne peut etre regardé comme illégal et punissable, et en pareil cas il appartient aux tri

[ocr errors]
[ocr errors]

18. Droits et taxes.

[ocr errors]

bunaux de justice de se prononcer sur les droits que peut
avoir acquis le propriétaire au moyen de cet acte '.

La personne et les effets mobiliers du ministre ne sont
pas sujets aux impôts. Il est exempt de droits d'importa-
tion sur les articles à son usage personnel et à celui de
sa famille. Mais cette dernière exemption est maintenant,
selon l'usage de la plupart des nations, limitée à une
somme déterminée, pendant la durée de la mission. Il est
soumis au payement des droits de péage et des postes
aux lettres. L'hôtel qu'il habite, quoique exempt du loge-
ment des troupes, est soumis aux impôts, ainsi que les
autres propriétés foncières du pays, soit qu'il appartienne
au ministre ou à son gouvernement; et bien qu'en général
sa maison soit inviolable, et que les agents de la police,
des douanes, ou de l'accise, n'y puissent pénétrer sans sa
permission, les abus qu'entraina ce privilége en faisant
dans certains pays un asile pour les coupables, le restrei-

gnirent de beaucoup dans l'usage moderne des nations ?
$19. La pratique des nations a aussi étendu l'inviolabilité
Messagers
et courriers. des ministres publics aux messagers et aux courriers en-

voyés avec des dépêches aux légations ou par les léga-
tions établis dans différents pays. Ils sont exempts de
toute espèce de visites et de recherches en traversant les
territoires des puissances amies de leur gouvernement.
Pour que cette exemption ait de l'effet, ils doivent être
munis de passeports de leur gouvernement, attestant leur
caractère officiel, et, dans le cas de dépêches par mer, le
vaisseau, ou aviso, doit etre aussi muni d'une commission
ou patente. En temps de guerre, un arrangement spécial,
au moyen de cartel ou de pavillon de trêve et de

i Lettre du baron de Bulow à M. Wheaton, 5 juillet 1844. Voyez un examen remarquable de la controverse ci-dessus par M. FOELIX, le savant éditeur de la Revue du droit français et étranger, t. II, p. 31.

? VATTEL, liv. IV, chap. 1x, § 117 et 148. MARTENS, Précis, etc., liv. II, chap. v, $ 220. Manuel diplomalique, chap. II, § 30, 31. – MERLIN, Répertoire, lit. Ministre public, sect. v, 85, n° 23.

$ 20. Passage

public

d'un Etat

autre

que celui

patentes, non-seulement de leur propre gouvernement, mais encore du gouvernement ennemi , est nécessaire pour préserver ces vaisseaux de dépêches d'interruption entre puissances belligérantes. Mais un ambassadeur ou autre ministre public résidant en pays neutre, à l'effet de conserver les relations de paix et d'amitié entre l'État neutre et son gouvernement, a le droit d'envoyer librement ses dépêches dans un vaisseau neutre, qui ne saurait être inquiété par les croisières d'une puissance en guerre avec son pays !

L'opinion des publicistes semble quelque peu divisée sur la question du respect et de la protection à accorder d'un ministre à un ministre public qui traverse le territoire d'un État territoire autre que celui auprès duquel il est accrédité. L'inviolabilité des ambassadeurs sous l'empire du droit des gens ne lie, ainsi que Grotius et Bynkershoek, entre autres, le accrédité. comprennent, que les États qui les envoient et ceux qui les reçoivent ?. Wicquefort, en particulier, qui a toujours été considéré comme le plus courageux champion des droits des ambassadeurs, affirme que l'assassinat des ministres du roi de France, François fer, sur les terres de l'empereur Charles - Quint, quoiqu'un meurtre atroce, ne portait aucune atteinte au droit des gens en ce qui touche les priviléges des ambassadeurs. On peut le regarder comme une violation du droit de passage inoffensif qu'aggravait encore la circonstance du caractère de dignité des victimes du crime; on peut même le regarder comme une juste cause de guerre contre l'empereur, sans y comprendre la question de protection au caractère d'ambassadeur, qui résulte exclusiveinent d'une présomption légale,

auprès duquel il est

[ocr errors]
[ocr errors]

1

| Vattel, liv. IV, chap. ix, $ 123. — Martens, Précis, etc., liv. VII, chap. XIII, § 250. Robinson's Admirally Reports, vol. VI, p. 466. La Caroline,

2 GROTIUS, de jure belli ac pacis, lib. II, cap. xviii, $ 5. BYNKERSHOEK, de Foro competenti legatorum, cap. ix, $ 7.

« PreviousContinue »