Page images
PDF
EPUB

COLÈRE. (Droit criminel.).

La colère tombe et s'évanouit aussitôt

que la cause qui l'a produite , cesse. La La colère , suivant la définition de

colère n'est donc que défensive, lors même Locke, est cette inquiétude ou ce désordre qu'elle est extrême; et dans l'institution de de l'ame que nous ressentons,

après avoir

la nature , la douleur n'est extrême que reçu quelque injure ou choc violent, et

dans le cas où elle est capable de détruire qui est accompagné d'un desir pressant le corps. de nous venger : passiou qui nous jette

Comme la colère naît de l'impression hors de nous-mêmes , et qui, cherchant le

douloureuse, subile et imprévue que promoyen de repousser le mal qui nous me

duisent en nous les objets extérieurs, les nace ou qui nous a déjà atteint, nous aveu

hommes faibles et délicats, les femmes, les gle, et nous fait courir à la vengeance,

vieillards, les enfans sont communément maitresse impérieuse et ingrate, qui récompense mal le service qu'on lui a rendu, plus sujets à la colère que les autres hommes.

Exposés par

leur délicatesse, par leur faiet qui vend chèrement les pernicieux con

blesse et par leur inexpérience à être ofseils qu'elle donne.

fensés ou blessés plus facilement, et souCelle espèce de colère est couverte, du-. vent par ceux qui ne veulent ni leur nuire, rable, jointe à la haine : celle qui est ou- ni leur déplaire, la nature leur a donné la verte , ingénue , semblable à un feu de

colère comme une espèce de sauvegarde paille , sans mauvaise intention, est un

qui avertit de leur faiblesse et de leur péril simple effet de la pétulance du tempéra- tout ce qui les environne; qui arrête ment, qui peut quelquefois être louable, l'homme indifférent qui les blesserait sans ou du moins qui ne serait répréhensible le vouloir; qui soulève toutes les ames que par l'indiscrétion ou le jort qui en sensibles contre le méchant, contre l'oprésulterait. Mais celte vivacité est bien dif

presseur ; qui appelle à leur secours tout férente d'une violence qui surmonte toute ce qui peut les sauver. Ainsi, la colère , affection, qui nous enlace et nous entraye. sans être dangereuse pour les autres, est Telle était la colère de Coriolan, quand il utile à la sûreté et au bonheur des hommes, viot se rendre à Tullus pour se venger de Rome, et acheter les effets de son ressen

Si les hommes forts et robustes, si ceux timent aux dépens même de sa vie. qui sont nés riches et puissans, si les princes

et les souverains sont si sujets à la colère, Ainsi, dans une douleur extrême et su

si leur colère produit des effets si funestes bile, soit au moral, soit au physique, la à l'humanité, ce n'est point à la nature qu'il colère anime toutes les facultés de l'homme; faut l'imputer. Ce n'est point la nature;

elle multiplie les forces et les louroe contre c'est l'éducation qui rend tous ces hommes l'objet qui la cause; elle l’élève au-dessus emportés, violens, faciles à irriter, terride tout danger; nul péril ne l'arrête; elle bles dans leurs emportemens. C'est une ne cesse enfin que par la destruction de

vérité que l'antiquité nous a transmise sous cet objet.

l'emblème d'Achille, nourri de la moelle Fins de la colère.

des lions et des tigres. Ce n'est point la nature qui les a rendus ignorans, faibles

?? 2. Dans l'institution de la nature, tout efféminés et vaips; ce n'est point elle qui ce qui fait ressentir à l'homme une dou- a soumis à des hommes aussi vicieux et leur extrème, est capable de produire une aussi incapables, le bonheur et la vie d'aumort soudaine et prompte ; la colère qui tres hommes. accompagne cette douleur, qui réunit tou

Ne leur a-t-elle pas donné la raison pour les les forces de l'homme contre l'objet qui les calmer, pour réprimer l'impétuosité de la cause, qui ne lui permet pas de délibé- leur colère, en leur peignant ses effets, en rer, qui fait disparaître à ses yeux le péril, leur faisant sentir leurs injustices ? une telle colère est certainement le moyen le plus efficace que la nature puisse em- C'est cet empire naturel de la raison sur ployer pour la conservation de l'homme, l'homme irrité, qu'Homère vous représente dans un danger aussi pressant .

sous la fable de Minerve, qui descend du

ment. »

ciel pour empieber Achille de luer Aga- la laissent agir que lorsqu'il est nécessaire inemnon, lorsqu'il veut lui ôter Briséis. qu'elle soit mise en mouvement pour la conElle le retient par les cheveux; ses regards servation et pour le bonheur de l'homme; le font trembler et l'arrêtent. Alors, elle elle n'est donc point, dans le système de lui dit : « C'est Junon qui m'envoie pour la nature, un principe de discorde et de vous persuader de réprimer votre colère guerre ; elle ne le devient que dans les contre Agamemnon ; elle vous aime tous hommes que l'éducation a pervertis, ou deux, et elle ne veut pas que votre querelle sur lesquels la raison n'a point d'empire , soit luneste à l'un ou à l'autre. Modérez- qui ont conservé la délicatesse et l'ignovous, et je vous promets une récompense rance de l'enfance. Dans l'homme de la bien plus grande que le plaisir que vous nature, elle est le levier nécessaire au déauriez en vous livrant à votre en porte- veloppement de ses forces pour sa propre

conservation ; dans l'homme corrompu , Voilà ce que la raison dit à tout homme

elle est la source des plus grands maux. puissant et irrité. Si tous ne lui obéissent

Colère réprimée. pas comme Achille, c'est que tous ont bien, comme lui , été nourris de la moelle des 3. Il n'est pas inutile d'opposer à ces tigres et des lions, mais qu'ils n'ont pas petits homines durs, violens, vains et emésé, comme lui, instruits par le centaure portés, quelques exemples propres à répriChiron à suivre les règles de la pru mer leur fougue. dence, et à regarder l'injustice comme le

Deux soldats se déchaînaient contre Anplus grand des maux.

tigone; ils étaient auprès de sa tente, et il Quelquesois la colère a pour cause l'idée les entendait; il souleva la toile de sa tente excessive que l'homme se fait de soi-même

et leur dit : « Eloignez-vous, de peur que et de son mérite. Quiconque s'est formé le roi ne vous entende. »

le roi ne vous entende. » (Plutarque, Dits cette idée de lui-même, est heureux par notables des anciens rois.) cette idée. C'est une espèce de tableau

Philippe de Macédoine recevant une amqu'il a sans cesse devant les yeux, et qu'il bassade des Athéniens, demanda aux amcontemple avec délices. Tout ce qui le con

bassadeurs ce qu'il pouvait faire d'agréable tredit, est inattendu et tend à affaiblir l'i

aux Athéniens : « C'est de vous pendre, dée qu'il a de sa personne. On attaque son répondit Démochares, un des Athéniens. bonheur dans son principe; il s'irrite, et Toute l'assemblée fut indignée de la réanéantirait s'il le pouvait, l'homme qui ponse ; pour Pbilippe, il fit congédier Déose douter de ses arrêts, comme l'assassin mochares, et se contenta de dire aux enqui attaquerait sa vie.

voyés : « Athéniens, dites à vos concitoyens Mais ce n'est point la nature qui donne que ceux qui tiennent de semblables disà l'homme celle vanité. Combien, au con cours sont plus orgueilleux que cenx qui traire, n'a-t-elle pas pris de précautions les entendent sans les pupir. » (ibid.) pour le rendre modeste ! Les bornes de son

Auguste supporta long-temps l'historien intelligence , la faiblesse de son esprit et Timogène, qui lançait contre lui des traits de sa personne, les égaremens de son cæur,

de satire que la malignité recueillait. Ce osons le dire, les sottises de l'un et de l'au- prince, qui ne les igoorait pas, l'averlit tre, car il n'est point d'homme qui ne s'en plusieurs fois, mais inutilement, d'être plus reproche, ne sont-elles pas autant de pré- circonspect. Ne pouvant le corriger, il se servatifs contre la présomption et coutre contenta de lui défendre l'entrée de son la vanité, qui rendent l'homme si facile à

palais. irriter, si dur pour ceux qui le contredi. sent on qui n'ont pas pour lui le degré dit

Sénèque ; en rapportant ces faits, se

Que tous ceux qui se croient offenses, d'admiration qu'il croit mériter ?

rappellent ces exemples ; que chacun dise Ainsi, dans l'ordre de la nature, toutes en soi-même : Suis-je plus puissant et plus les fois que la colère est inutile ou injuste, grand qu'Antigone , que Philippe, qu'Aula raison et l'humanité la répriment, et ne guste : cependant ils ont supporté patiem,

ment

ment la médisance, la raillerie , les ou de la 2me partie du Code Pénal de 1791 , trages. Que suis-je donc pour que ce soit où il est ainsi disposé : un crime si énorme que de me déplaire, de me contredire ou de m'offenser ? (De n'existe point de crime; et il n'y a lieu à

Art. 5. « En cas d'homicide légitime, il ira , L. 3, C. 23, 24.)

prononcer aucune peine ni même aucune La raison trouve toujours, dans celui

condamnation civile. même qui nous offense , un motif pour ne Art. 6. « L'homicide est commis légitipas nous irriter contre lui; dans l'enfant, mement, lorsqu'il est indispensablement c'est son âge ; dans une femme, c'est son commandé

par

la nécessité actuelle de la sexe; dans un inconnu, c'est la franchise légitime défense de soi-même ou d'autrui. et la liberté; dans l'homme de notre société, c'est la familiarité.

Art. 9. « Lorsque le meurtre sera la suite

d'une provocation , violence, sans touteLors même qu'aucun de ces motifs n'ex fois que le fait puisse être qualifié homicuse l'offense qu'on nous fait, on trouve cide légitime, il pourra être déclaré excudes raisons de ne pas s'en irriter dans son sable , et la peine sera de dix années de propre intérêt. Ainsi , lorsque les courti

gène ; la provocation par injures verbales sans voulaient engager Philippe à chasser ne pourra en aucun cas, être admise comme un médisant qui le déchirait, il leur ré excuse de meurtre. » pondit : Je m'en garderai bien; ce médi

Voyez Accusation , Peines , Provocasant irait porter ailleurs ses médisances.

tion, etc. Ainsi , lorsqu'on lui rapportait les déclamations des rhéteurs d'Athènes contre lui :

COLLATÉRAL, LIGNE Je leur suis obligé, répondit-il; sans leurs COLLATÉRALE. Tome 4 , page 587. invectives j'aurais peut-être été ce qu'ils me reprochent d'être. (Plutarque, Com

Voyez Succession. ment il faut retenir sa colère.)

COHÉRITIERS.
DROIT CRIMINEL.

Voyez Succession.
4. Ceux qui prétendent qu'un meurtre
commis dans la colère ne doit pas propre-

1. COLLATION, COLLATEUR

DE BÉNÉFICE. Tome 4, pag. 587. ment être mis au nombre des injustices punissables, n'ont pas une idée juste du

Voyez Culte. droit naturel ; car il est certain que l'injustice ne consiste essentiellement qu'à violer les droits d'autrui. Il n'importe qu'on

2. COLLATION DE PIÈCES, Copies

collationnées. Tome 4, pag. 592. le fasse par un mouvement de colère, par avarice, par sensualité, par ambition, ete., qui sont les sources d'où pro

COLLECTE, COLLECTEURS. viennent ordinairement les plus grandes

Tom. 4, pag. 595. injustices. C'est le propre, au contraire, de la justice, de résister à toutes les tentations, 1. COLLÉG E. Tome 4, pag. 602. par le seul motif de ne faire aucune infraciion aux lois de la société. Il est pourtant

Voyez Prytanée. vrai que les actions auxquelles on est porté

2. COLLÉGE. (Droit public.) par la colère sont moins odieuses

que

celles qui naissent du desir des plaisirs, lequel C'est le nom qu'on donne à un corps n'est pas si brusque, et qui peut trouver plus facilement de quoi se satisfaire ail

ou compagnie de personnes qui ont la leurs sans injustice.

même dignité, ou qui sont occupées de

mêmes fonctions. Le législateur français a su faire cette Les Romains appelaient collége tout asdistinction dans la jore section du titre 2 semblage de plusieurs personnes occupées Tome XII.

5

I.

ticle 7.)

ci

aux vêmes fonctions, et comme liées et hlée de canton. Le président et les quatre unies ensemble pour y travailler de con- scrutaleurs nomment le secrétaire. ( Arcert; ils disaient ce mot non seulement des

ticle 5.) personnes qui travaillaient aux fonctions de

L'assemblée de canton se divise en secla religion, du gouvernement ou des arts

tions pour faire les opérations qui lui appar. libéraux, mais encore de celles qui s'oc

tiennent. Lors de la première convocation cupaient des arts mécaniques.

de chaque assemblée , l'organisation et les Il y a encore à Rome le collége des car- formes en seront déterminées par un rèdinaux, qu'on nomme autrement le sacré glement émané du gouvernement. ( Articollége. Les Allemands ont le collége des cle 6.) électeurs. Il y a trois colléges de l'empire :

Le président de l'assemblée de canton le collége électoral , le collége des princes , et le collége des villes impériales.

nomme les présidens des sections : leurs fonctions finissent avec chaque assemblée

sectionnaire : ils sont assistés chacun de DROIT FRANÇAIS.

deux scrutateurs, dont l'un est le plus 2. Depuis la constitution de l'an 8 les âgé, et l'autre le plus imposé des citoyens assemblées politiques sont nommées colléges ayant droit de voter dans la section. [ Arélectoraux. Ces colléges sont le produit des opérations des assemblées de canton : il L'assemblée de canton désigne deux cifaut donc connaitre l'organisation de celles- toyens, sur lesquels l'empereur choisit le

pour savoir comment s'opère la compo- juge de paix du canton. Elle désigne pasition des colleges électoraux. Voici ce qui reillement deux citoyens pour chaque place a été constitutionnellement réglé à cet vacante de suppléant de juge de paix. ( Arégard par le sénatus-consulte du 16 ther- ticle 8.) midor an 10 ( bulletin 206, n° 1876, 3me

Les juges de paix et leurs suppléans sont série , pag. 535):

nommés pour dix ans. ( Art. 9.) Chaque ressort de justice de paix a une

Dans les villes de cinq mille ames , l'asassemblée de canton ; chaque arrondissement communal ou district de sous-préfec

semblée de canton présente deux citoyens

pour chacune des places du conseil munilure a un collége électoral d'arrondisse- cipal. Dans les villes où il y aura plusieurs ment; chaque département a un collége électoral de département. (Articles 1, 2

justices de paix ou plusieurs assemblées de

canton, chaque assemblée présentera égaet 3.)

lement deux citoyens pour chaque place Assemblée de canton.

du conseil municipal. (Art. 10.) 3. L'assemblée de canton se compose

Les membres des conseils municipaux de tous les citoyens domiciliés dans le sont pris , par chaque assemblée de canton, canlon, et qui y sont inscrits sur la liste sur la liste des cent plus imposés du cancommunale d'arrondissement. A dater de ton. Cette liste sera arrêtée et imprimée par l'époque où, aux termes de la constitution, ordre du préfet. ( Art. 11.) les listes communales doivent être renouvelées, l'assemblée de canton sera compo

Les conseils municipaux se renouvellent

tous les dix ans par moitié. (Art. 12.) sée de tous les citoyens domiciliés dans le canton , et qui y jouissent des droits de ci- L'empereur choisit les maires et adjoints toyen. ( Art. 4.)

dans les conseils municipaux : ils sovt cing Le premier consul (l'empereur) nomme

ans en place : ils peuvent être renommés. le président de l'assemblée de canton ; ses

(Art. 13.) fonctions durent cinq ans : il peut être re

L'assemblée de canton domme au collége nommé indéfiniment. Il est assisté de quatre électoral d'arrondissement, le nombre de scrutateurs, dont deux sont les plus âgés, membres qui lui est assigné, en raison du et les deux autres les plus imposés des ci- nombre de citoyens dont elle se compose. toyens ayant droit de voter dans l'assem- (Art. 14.)

Elle nomme au collage électoral de dé- dans chaque département, sous les ordres partement , sur une liste dont il sera parlé du ministre des finances, une liste des six ci-après, le nombre de membres qui lui cents citoyens plus imposés aux rôles des est attribué. ( Art. 15.)

contributions foncière, mobilière et sompLes membres des colléges électoraux

tuaire, et au rôle des patentes. Ou ajoute doivent être domiciliés dans les arrondis- à la somme de la contribution, dans le désemens et départemens respectifs. ( Arii- partement du domicile , celle qu'on peut cle 16.)

justifier payer dans les autres parties du

territoire de la France et de ses colonies. Le gouvernement convoque les assem- Cette liste sera imprimée. (Art. 25.) blées de canton, fixe le temps de leur du· rée et l'objet de leur réunion. ( Art. 17.)

L'assemblée de canton prendra sur celte,

liste les membres qu'elle devra nommer au Colléges électoraux.

collége électoral de département. (Art. 26.) 4. Les colléges électoraux d'arrondisse- L'empereur peut ajouter aux colléges meot ont un membre pour cinq cents ha- électoraux d'arrondissement dix membres, bitans domiciliés dans l'arrondissement : le pris parmi les citoyens appartenant à la nombre des membres ne peut néanmoins légion d'honneur, on qui ont rendu des excéder deux cents, ni être au-dessous de services. Il peut ajouter à chaque college cent vingt. ( Art. 18.)

électoral de département vingt citoyens , Les colléges électoraux de département

dont dix pris parmi les trente plus imposés ont un membre par mille habitans domi- du département, et les dix autres, soit ciliés dans le département; et néanmoins parmi les membres de la légion d'honneur, ces membres ne peuvent excéder trois soit parmi les citoyens qui ont rendu des cents, ni être au dessous de deux cents.

services. Il n'est point assujetti, pour ces (Art. 19.)

nominations, à des époques déterminées.

( Art. 27.) Les membres des colléges électoraux sont à vie. ( Art. 20.)

Les colléges électoraux d'arrondissement

présentent à l'empereur deux citoyens doSi un inembre d'un collége électoral est miciliés, pour chaque place vacante dans dénoncé au gouvernement comme s'étant le conseil d'arrondissement. Un au moins permis quelque acte contraire à l'honneur de ces citoyens doit être pris hors du colou à la patrie , le gouvernement invite le lége électoral qui le désigne. Les conseils collége à manifester son veu : il faut les

d'arrondissement se renouvellent par tiers trois quarts des voies pour faire perdre au

tous les cinq ans. (Art. 28.) membre dénoncé sa place dans le collége. (Art. 21.)

Les colléges électoraux d'arrondissement On perd sa place dans les colléges élec- présentent à chaque réunion deux citoyens, toraux pour les mêmes causes qui font per- pour faire partie de la liste sur laquelle dre le droit de citoyen ; on la perd égale- doivent être choisis les membres du tribument lorsque , sans empèchement légitime,

nat. Un au moins de ces citoyens doit être on n'a point assisté à trois réunions succes

pris nécessairement hors du collège qui le sives. ( Art. 22. )

présente. Tous deux peuvent être pris hors

du département. (Art. 29.) L'empereur nomme les présidens des colléges électoraux à chaque session. Le Les colléges électoraux de département président a seul la police du collége élec- présentent à l'empereur deux citoyens dooral, lorsqu'il est assemblé. (Art. 23.)

miciliés dans le département, pour chaque Les colléges électoraux nomment, à cha- place vacante dans le conseil général du que session, deux scrutateurs et un secre- département

. Un de ces citoyens au moins

doit être pris nécessairement hors du collaire.(Art. 24.)

lége électoral qui le présente. Les conseils Pour parvenir à la formation des colléges généraux de département se renouvellent lectoraux de département, il sera dressé par tiers tous les cinq ans. (Art. 30.)

« PreviousContinue »