Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small]

ASTITUTION

TILOR

UNIVERSITY

24 MAY 1976 OF CXCRD

***

*,

A U ROY Sire.

[ocr errors]

Les Bergers qui vont faire le tour du monde ious la conduitte des Muses, craindroient avecque raison qu'ils ne fussent accusez de peu de jugement, d'aller si loing voir les merveilles de la Nature , & n'en voir point une dont ils sont si près. C'est vostre Majesté, SIRE , de qui j'entends parler. Qui considerera les rares vertus que l'on voit paroistre en toutes ses actions , n'avoüera-t'il pas que les plus celebres peuples de la terre n'ont jamais veu de merites qui se puissent égaler aux vostres ; & que tous ces grands hommes des siecles passez, qui ma liberté si je vous dis qu'en ce feui poinct nous vous serons tousjours de

sobeiflans : c'est une verité si cognuë | qu'elle n'est pas mesme ignorée dans

les cabanes de ces pauvres Bergers, & c'est ce qui leur a faict naistre le desir de voir celuy dont la renommée les avoit si souvent entretenus ; & de vous asseurer qu'ils iront en tant de lieux publier les douceurs de vostre Empire, qu'ils feront envie à tous les peuples du monde d'y venir garder leurs troupeaux : & aux Rois mesme d'y changer leurs sceptres en houlettes : ce sera lors, SIRE, que je n'auray plus d'autres demandes à faire à Dieu, que de nous conserver ce que vous nous aurez acquis , ny d'autres graces à luy rendre que de m'avoir fait naistre,

[ocr errors]
[ocr errors]

SIRE,

Vostre tres-humble, tres-obeyliant & tres-fidele sujet & serviteur ,

RACAN

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

V Hyomines

, dont les inventions

Tirent des mains des Destinées
Les memorables actions :
Si jadis aux rives de Loire
Vous avez recité l'histoire
De mes incurables douleurs :
Quittez ceste inutile peine,
Aussi bien ma belle inhumaine
Ne faict que rire de mes pleurs.

Faites , Déesse , que ma lire,
Traifnant les rochers après soy,
'Aux deux bouts du monde aille dire
Des chansons dignes de mon Roy :
Tous les veritables Oracles
Nous promettent que les miracles
De son courage ambitieux,
Feront tant bruire son tonnerre,

[ocr errors]

2

[ocr errors]

زنA ii

Qu'un jour il sera sur la terre,
Ce qu'est Jupiter dans les Cíeux.

Dès fon Printemps chacun s'eftonne
De la sagesse de ses meurs,
Et juge qu'avant son Automne
Il produira des fruids tous meurs :
Fit-il pas voir à ces armées,
D'injuste colere animées,
Que rien ne pouvoit l'empescher
De leur faire mordre la poudre
Et qu'il a fceu jetter la foudre
Aulli-toft qu'il a sceu marcher.

Desja la Discorde enragée
Sortoit des gouffres de l'Enfer,
Desja la France ravagée
Revoyoit le fitcle de fer
Et desja toutes les Furics)
Renouvellans leurs barbaries
Rendoicnt les vices triomphans
Par une impieté fi noire
Que la nuit mesme n'eût peu croirc
Avoir produit de tels enfans.

Toutesfois nos rages civiles
Ont trompé l'espoir des meschants,
La Paix rend la pompe en nos villess
Et l'abondance dans nos champs :
Et maintenant qu'en afseurance
Il conduit la Nef de la France,
Et
que

les plaisirs ont leur tour,
Ses yeux, qui pour venger nos larmes
S'armoient d'éclairs dans les alarmes,
Sont armez d'atraicts pour l'amour.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

.

« PreviousContinue »