Page images
PDF
EPUB

Cette belle Nymphe du Tage , Pour qui nous filmes tant de væux, Tient ce miracle de cet âge Dans les chaînes de ses cheveux : Les Graces dont elle est suivie La font admirer de l'envie , Tous les mortels sont éblouys D'y voir tant de flames paroiftre; Aussi les Dieux l'avoient faict naistre Pour Jupiter , ou pour LOUYS.

Roy, dont le pouvoir indomptable Et des Loix le ferme foustien, Aux meschans aussi redoutable, Comme agreable aux gens de bien, Quel Hynine en la bouche des Anges Pourra celebrer vos louanges ; Si l'Univers dans sa rondeur N'a rien digne de vos mcrites : Et fi le Ciel dans ses limites N'en peut limiter la grandeur ?

Ce Grand HENRY, dont la Memoire A triomphe du monument, Elt maintenant comblé de gloire Sur les voûtes du Firmament, La nuict pour luy n'a plus de voiles, Il marche deflus les eftoiles, Il boit dans la coupe des Dieux, Et voit sous ses pieds les tempestes Venger sur nos coulpables teltes La juste colere des Cieux.

Mais quoy que ce Roy confidere De tout ce qu'il voit aux deux bouts,

CHANSON DE BERGERS,

A la louange de la Reyne Mere

du Roy.

[ocr errors]
[ocr errors]

Er par

nous

AISSEZ, cheres brebis, jouïffez de la joye,

Que le Ciel nous envoye,
A la fin la clemence a pitié de nos pleurs ::
Allez dans la campagne, allez dans la prairie ;

N'épargnez point les fleurs,
Il en revient assez sous les pas de Marie.
Par elle renaistra la saison defirée

De Saturne & de Rhée ,
Où le bon-heur rendoit tous nos deGirs 'conteijs

elle on verra reluire en ce rivage

Un éternel Printemps. Tel

que le voyons parestre en son visage. Nous ne reverrons plus nos campagnes defertes,

Au lieu d'espics, couvertes
De tant de bataillons l'un à l'autre opposez :
L'innocence & la paix regneront sur la terre,

Et les dieux appaisez
Oubliront pour jamais l'usage du tonnerre.
Le soin continuel, dont son puissant Genie

Nos affaires manie ,
Rend tousjours leur succez conforme à fon desir.
Notre bonne fortunc eft par luy goavernée,

Et souffre avec plaisir,
Que de fi belles mains la tiennent enchaînéca

Son bon-heur nous rendra la terre aufli feconde,

Qu'en l'enfance du monde,
A l'heure que le Ciel en estoit amoureux,
Et jouyrons d'un âge ourdy d'or & de foye,

Où les plus malheureux
Ne verferont jamais que des larmes de joye.
Delia ce grand Soleil diflipant les nuages,

Autheurs de nos orages,
Espand de tous costez sa lumiere si loin,
Que celuy qui le soir se va coucher dans l'onde,

Voit bien que sans besoin ,
Il en sort au matin pour éclairer le monde.
En nos tranquillitez aucune violence

N'interrompt le filcnce,
Nos troubles pour jamais sont par elle amortis,
Depuis les premiers flots de Garonne & de Loire,

Jusqu'à ceux de Thetis, On n'entend autre bruit que celuy de la gloire. La Nymphe de la Seine inceslamment revere

Celte grande Bergere, Qui chasse de ses bords tout suject de soucy, Et pour jouyr long-temps de l'heureuse fortune,

Que l'on potlode icy,
Porte plus lentement son tribut à Neptune.
Paiffez donc, mes brebis, prenez part aux delices

Dont les destins propices,
Par un fi beau remede ont guery nos douleurs :
Allez dans la campagne, allez dans la prairie,

N'espargnez point les fleurs,
Il en revient affez sous les pas de Marie.

[ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

C ,

Es Bergers ont fi bien parlé

Rome n'a jamais eftalé
Tant d'ornements sur le theatre :
Miraculeux pere des Vers,
Grand Racan, fais

que

l'Univers
Puisse lire une cuvre li belle :
Donnc-luy ce rare entretien;
Ta gloire ne doit craindre rien
Malherbe & Balzac son

pour

elle.

[ocr errors][merged small][ocr errors]

AUTRE

A LUY-MESME: Par Monsieur de Sigongne son Nep: veu, & de defunct Monsieur de

Sigongne.

EPIGR A M M E.

[ocr errors]

EST ouvrage par qui l'Amour

Nous rend luy-mesme ses oracles,
Faict encore voir à la Cour
Tous les jours de nouveaux miracles.
Il ravit les cours & les yeux,
Il se faict admirer des Dieux,
Et donne de l'amour aux Anges :
Mais parmy tant d'effers divers,
En a-t'il faict de plus estranges
Que m'avoir fai, faire des Vers?

[ocr errors]
« PreviousContinue »