Études sur l'Angleterre, Volume 2

Front Cover
Guillaumin et Cie, 1856 - England

From inside the book

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 215 - ... il n'ya point de liberté, parce qu'on peut craindre que le même monarque ou le même Sénat ne fasse des lois tyranniques pour les exécuter tyranniquement. Il n'ya point encore de liberté si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice.
Page 98 - La société anglaise, prise pour un tout, est de nos jours, eu égard aux nombres dont elle se compose, infiniment plus riche et plus forte qu'elle ne l'a jamais été. Mais toutes les classes de la nation n'ont pas participé au progrès dans la même mesure. L'accroissement de la richesse n'a pas profité à chacune d'elles dans une égale proportion. La répartition s'est faite au contraire entre elles de manière à augmenter les inégalités sociales. Les riches se sont enrichis, et les pauvres...
Page 70 - ... tout habitant mâle du royaume, qui aurait atteint l'âge d'homme, eût le droit de voter dans les élections ; 2° que le vote eût lieu au scrutin secret [Ballot] ; 3° que les élections fussent annuelles ; 4° que le cens d'éligibilité fut supprimé, et que les membres des communes reçussent un traitement ; 5...
Page 444 - ... livres; et il n'est pas moins évident que ce taux ne pourrait s'augmenter que dans le cas où le nombre des ouvriers se réduirait dans une • proportion plus forte que la somme du capital. Aussi longtemps que le capital et la population marchent de front, qu'ils augmentent ou diminuent dans la même proportion, le taux des salaires reste le même. C'est seulement quand le rapport du capital à la population vient à changer que le prix du travail subit une augmentation ou une réduction correspondante....
Page 279 - PortArthur, les criminels parqués ensemble sont emploi és aux plus rudes travaux. Pour garder ces hommes désespérés , les soldats se font assister d'une meute de chiens féroces. La moindre faute est punie du fouet , la peine de toute faute grave est la mort. Les condamnés préfèrent généralement la mort à la détention dans l'île de Norfolk. Les insurrections y sont fréquentes, et on les étouffe dans des torrents de sang.
Page 27 - Les Gallois gardent cette ignorance incommode jusque dans les villes de l'Angleterre ; Liverpool renferme plus de vingt chapelles où l'on prêche en langue gaélique, et où le même idiome est seul employé dans le service divin. L'intérêt cependant commence à prévaloir sur l'aversion. Les Gallois comprennent que la connaissance de l'anglais peut devenir pour eux une ressource...
Page 53 - ... quant aux cardeurs et aux tisserands, ils n'avaient d'autres ressources que la pitié des. manufacturiers qui se manifestait par l'aumône d'un morceau de pain chaque jour. Vers le milieu de décembre les fonds de l'Union se trouvaient épuisés. Le conseil municipal, ému de cette détresse universelle, vota un faible secours de 100 livres sterling.
Page 206 - Cette inégalité de rang doit-elle entraîner une infériorité de puissance ? Voilà ce que Montesquieu n'admet pas. « Le corps législatif étant composé, dit-il, de deux parties, l'une enchaîne l'autre par sa faculté mutuelle d'empêcher. Toutes les deux sont liées par la puissance exécutive, qui le sera elle-même par la législative. » Montesquieu prévoit bien que ses lecteurs auront de la peine à concevoir que, de trois forces qui se tiennent mutuellement en échec, il puisse résulter...
Page 24 - Et maintenant, Rébecca a souffert jusqu'à ce que sa chair eût été déchirée et l'os mis à nu; mais à la fin elle a renversé le gentilhomme. Que les maîtres du sol s'entendent pour la guérison de ses blessures, pour redresser ce qui va de travers, pour réparer la selle, et ni eux ni Rébecca n'en souffriront à l'avenir. » Les gens du pays de Galles ne parlent pas toujours par apologues. Dans une de ces réunions dont le Times a public en quelque sorte les procès- verbaux , un fermier...
Page 83 - La teneur de ce document faisait aussi peu d'honneur aux lumières de ceux qui l'avaient adopté qu'aux intentions de ceux qui l'avaient rédigé. Les pétitionnaires ne se bornaient pas à solliciter le suffrage universel, à se plaindre du système d'exclusion dont s'inspiraient tous les actes du parlement, ni à exposer l'état profond de misère dans lequel les classes laborieuses s'enfonçaient de jour en jour. C'était une protestation en forme contre toute espèce de propriété. Ils attaquaient...

Bibliographic information