Page images
PDF
EPUB

opérées par les groupes atomiques d'acide aqueux que le rayon a traversés.

.. » Le second phénomène, c'est-à-dire la variation de la rotation à poids égal d'acide traversé, quand la proportion d'eau est différente , montre que le pouvoir de rotation moléculaire de l'acide croît avec la quantité d'eau dans laquelle il est dissous; et, par conséquent, cette eau influe sur la constitution des groupes atomiques qui produisent la rotation.

» I n'y a donc pas ici un simple mélange, mais une combinaison véritable, puisque les propriétés individuelles des groupes atomiques se trouvent modifiées par leur présence simultanée en telle ou telle proportion.

» Le temps ne m'a pas permis de suivre ces expériences pour des proportions d'acide moindres que 20/100; et ainsi je n'ai pas encore pu constater si le pouvoir de rotation moléculaire de l'acide continue de croître proportionnellement å la proportion d'eau mêlée avec lui, ou si cet accroissement se ralentit à de grands degrés de dilution, de manière à dégénérer en un pouvoir de rotation constant. Cette dernière supposition me paraît la plus vraisemblable; mais je saurai si elle est vraie.

» Les combinaisons de l'acide tartrique avec des bases solides, même avec l'acide borique, donnent des produits doués de rotation vers la droite; mais l'intensité relative de ces rotations pour les différens rayons simples, rentre dans la loi générale de ce phénomène à laquelle l'acide tartrique fait seul une exception marquée, du moins parmi tous les corps que j'ai pu étudier jusqu'ici. Ainsi, dans ces circonstances le groupe atomique qui constitue l'acide, et celui qui constitue la base, forment en s'unissant un groupe nouveau, où l'on ne retrouve plus les propriétés optiques particulières aux groupes composans. J'ai fixé ici les limites de tempéra

ture entre lesquelles j'ai opéré, parce que je ne sais pas éncore si des températures très-différentes; he changeraient pas la loi de variation du pouvoir moléculaire que j'ai énoncée ici,

:!*..!

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Addition à la note précédente, par M. BIOT. -*** L'expérience a confirnié la prévision que j'exprimais dans cette hote sur la tendance du pouvoir rotatdire de la cide tartriqué vers un état cofistants datis les solutions aquetises très-étendues. Mais l'influence si retnarquablemene simple de la proportion d'eau n'en subsiste pas moing tontla nûment jusqu'aux derniers degrés de dilution : et même je l'ai retrouvée constamment égale aux diverses températures où j'ai pu l'étudier. C'était par une interprétation inexacte de mes propres formules déjà publiées, que la constante du pouvoir rotatoire mavalt päru devoir succeder á tette loi si simple. Ces deux propriétés sont, au contraire, concordantes: Cat la proportion pondérale de l'eau dans une solution, est égale au poids de l'eau, divisé par la somme des poids de l'eau et de l'acide. C'est donc une fraction qui tend toujours vers l'unité sans pouvoir l'atteindre, excepté quand la quan: tité d'eau devient infinie comparativement à l'acide. Mais, bien avant cette limite mathématique, les dernières particules d'eau qui s'ajoutent a'la solution; he produisent plus que des modifications physiquement inappréciables dans la combinaison déjà formée; et dès lors le pouvoit rotatoire de l'acide; ainsi thodifié, paraît 'sensiblement constant, comnte dans le cas d'un simple mélange. T

5 5 À l'époqne' où la note fut écrite, ge' 'H'avais pas encore observé de tartrate terreux. J'ai trouvé depuis que, pat'une exception jusqu'ici spéciales, le tartrate d'alumine très con centré eterde la rotation vers la gauche, tandis que les com

binaisons de l'acide tartrique avec les bases alcalinės l'exércent généralement vers la droite; du moins toutes celles qne j'ai pu observer agissent ainsi. L'étude du tartrate de glucine pourra nous indiquer si cette inversion est un caractère propre des tartrates terreux; et notre confrère M. Berthier a bien voulu me promettre d'en faire préparer pour ce but dans son laboratoire. Mais, comme le tartrate d'alumine adhère à l'eau jusqu'au point de prendre avec elle l'état gommeux, il se pourrait qu'il eût, ou qu'il n'ent pas, cette spécialité de rotatioh, selon la proportion d'eau à laquelle il serait uni. Car, d'après mes.expériences actuelles, l'eau, l'esprit de bois, l'alcool, qui n'ont par eux-mêmes aucune faculté rotatoire, peuvent contracter, aveo certaines substances qu'on y dissout, une union assez intime, quoique passagère, pour que les groupes moléculaires résultant de la combinaison, acquièrent des pouvoirs rotatoires inverses de ceux que possédaient les groupes primitifs; pouvoirs que ceux-ci ' reprennent quand on les sépare. C'est vraisemblablement une union de ce genre, mais rendue permanente, qui produit linversion qu'on observe dans l'action rotatoire du sucre de raisin avant et après sa solidification.

:1

[ocr errors][merged small]

SUR L'ACIDE ARSÉNO-VINIQUE,
Présentée à l'Académie royale des sciences

PAR M. Félix D'ARCET.

« En faisant réagir l'acide arsénique sur l'alcool, on peut donner naissance à un acide nouveau , análogue aux acides sulfo-vinique et phospholvinique.: "?ind shibou.

» L'arséno-vipate de baryte est composé ainsi :
Barium....

27,20
Carbone...,

19,21 Hydrogène..... 3,33 Arsenic..

15,31 Oxigène. .

34,95

100,00
d'où sa formule;

Ba 0. + C16 H2O 02 + As 05
Ba..... 856,9 25,6
C16..... 612,0

18,3
H20...... 125,0
As?

940,7 ..' 15,3
08... 800,0 37,1

3,7

3334,6

100,6 d'où l'acide arseno-vinique :

C16 H20 As? 07

Calculée. Trouvée.
C16.... 612

25,6 ...24,93
125

5,6

4,47
940,7 39,4

38,91
07.....
700
29,4

31,69

H2o...
As....

[blocks in formation]

100,0 » L'arseno-vinate de baryte calciné a laissé pour résidu ... 54,60 darséniate de baryte: le calcul avait indiqué 53,62».;

[ocr errors]

RECHERCHES

SUR LES EPPETS DE LA COMPRESSION ET DE LA RARÉPACTION DE

L'an, TANT SUR LE CORPS QUE SUR LES MEMBRES ISOLÉS,

Lues à l'Académie royale des sciences par le docteur Junod.

EXTRAIT.

M. Magendie a fait, sur ce mémoire, un rapport à l'Académie des sciences qui, sur la demande de M. Poinsot, sera inséré dans les mémoires de l'Académie avec le dessin de l'appareil.

Pour opérer sur tout le corps, on se sert d'un grand récipient sphérique en cuivre, dans lequel on entre par une ouverture située à la partie supérieure, et que renferme un couvercle portant trois ajutages; le premier pour un thermomètre, le second pour un baromètre ou un manomètre, le troisième pour le tube de communication entre le récipient et les corps de pompe. L'air contenu dans l'intérieur de l'appareil peut être renouvelé sans cesse au moyen d'un robinet.

Lorsqu'on augmente de moitié la pression atmosphérique, voici ce qu'on observe: 1° La membrane du tympan devient le siége d'une pression assez incommode , puis se dissipe peu à peu à mesure que l'équilibre se rétablit.

2Le jeu de la respiration se fait avec une facilité nouvelle : la capacité des poumons semble augmenter, les inspirations sont grandes et moins fréquentes. Au bout de 15 minutes, on éprouve à l'intérieur du thorax une chaleur agréable; on dirait que les aréoles pulmonaires, qui depuis longtemps étaient devenues étrangères au contact de l'air, se

« PreviousContinue »