Cours d'économie politique, ou Exposition des principes que déterminent la prospérité des nations ...

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 296 - Britannique, pour faire prononcer par toutes les puissances de la chrétienté l'abolition de la traite des noirs, de telle sorte que ladite traite cesse universellement, comme elle cessera définitivement et dans tous les cas, de la part de la France, dans un délai de cinq années; et qu'en outre, pendant la durée de ce délai, aucun trafiquant d'esclaves n'en puisse importer, ni vendre ailleurs que dans les colonies de l'État dont il est sujet.
Page 139 - D'ARGENT, valeur reçue à Paris, etc. " Ce changement, léger en apparence, était fondamental. Les premiers billets stipulaient une quantité fixe d'argent, celle qu'on connaissait au moment de la date sous la dénomination d'une livre. Les seconds ne stipulant que des livres, admettaient toutes les variations qu'il plairait au pouvoir arbitraire d'introduire dans la forme et la matière de ce qu'il appellerait toujours du nom de livres.
Page 79 - Les annales de notre patrie nous fournissent un fait, plus curieux que tous ceux que je viens de citer, savoir l'existence d'une monnaie de confiance représentant, non pas de l'or et de l'argent, mais des peaux et des fourrures. Dans le temps où les peaux servaient de numéraire en Russie, l'incommodité attachée à la circulation d'un numéraire si volumineux et si périssable, donna lieu à l'idée de les remplacer par de petits morceaux de cuir timbrés, qui par-là devinrent des signes payables...
Page 296 - Britannique relativement à un genre de commerce que repoussent et les principes de la justice naturelle et les lumières des temps où nous vivons, s'engage à unir , au futur congrès...
Page 9 - Smith, cette idee a d'abord saisi tous ses lecteurs; tous en ont senti la verite et 1'importance; et cela suffit pour lui en assurer tout 1'honneur, lors meme que son genie ait etc guide par les indications de ses devanciers.
Page 15 - Les grains sont loitj de faire la portion la plus'considérable des produits du sol de l'Angleterre : l'immense quantité de viande, de beurre, de fromage et de laitage qui s'y consomme ; l'énorme quantité de laine qui s'y emploie, le grand luxe de chevaux et la nature du terrain, font trouver un grand avantage à conserver beaucoup de pâturages : aussi des cantons entiers en. sont couverts, sans compter les communes ou landes dont le royaume entier est parsemé. On compte dans ce qui est cultivé...
Page 5 - Ce n'est pas seulement pour les raisons que je viens d'alléguer, que les mets envoyés par le roi font tant de plaisir à ceux qui les reçoivent : les viandes qui sortent de sa cuisine ont encore le mérite d'être mieux apprêtées qu'ailleurs; et l'on ne doit pas plus s'en étonner que de voir les ouvrages, de quelque genre que ce soit, mieux travaillés dans les grandes villes que dans les petites. Dans celles-ci, le même homme est obligé de faire des lits, des portes, des charrues, des tables,...
Page 98 - En conséquence de ce règlement, tout commercant fut obligé de tenir un compte avec la banque, une loi expresse interdisait tout arrêt juridique sur les sommes déposées à la banque. Cet avantage, ainsi que les autres attachés aux dépôts confiés à une banque de ce genre , étaient autant de motifs pour les négocians d'y porter de l'argent, et d'y laisser les sommes une fois déposées. La banque faisait profession de ne pas prêter la moindre partie des fonds qu'elle avait en dépôt,...
Page 6 - On conçoit qu'un ouvrier qui s'occupe à tant de choses ne peut réussir à toutes également. Au contraire, dans les grandes villes, où une multitude d'habitans ont les mêmes besoins, ^un seul métier suffit pour nourrir un artisan ; quelquefois même il n'en exerce qu'une partie : tel cordonnier ne chausse que les hommes, tel autre...
Page 12 - C'est depuis cette loi, la moins mauvaise qu'ait pu faire la manie réglementaire, que l'agriculture a fait de rapides progrès ; qu'un grand nombre d'actes du parlement ont été passés pour diviser, défricher et enclore des communes, percer de nouvelles routes, ouvrir de nouveaux canaux, et qu'un grand nombre de riches propriétaires se sont livrés avec ardeur à la culture de leurs terres et y ont répandu de gros capitaux, surtout pour se procurer d'excellentes et superbes races de bestiaux.

Bibliographic information