Histoire du gouvernement parlementaire en France, 1814-1848, Volume 10

Front Cover
Michel Lévy, frr̀es, 1871 - France
(p. 349-354) Dans un chapitre sur l'état des partis en 1814-1815, analyse des similitudes et différences d'idées entre les royalistes du "Journal Général" et les constitutionnels. Constant et le "Censeur"; sa théorie de la responsabilité ministérielle dans ses "Réflexions sur les constitutions". L'auteur rapproche son opinion sur la monarchie constitutionnelle de celle de Tracy et de Lanjuinais.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 659 - Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de cette liberté.
Page 681 - En présence de Dieu je jure d'observer fidèlement la Charte constitutionnelle avec les modifications exprimées dans la déclaration, de ne gouverner que par les lois et selon les lois, de faire rendre bonne et exacte justice à chacun selon son droit et d'agir en toutes choses dans la seule vue de l'intérêt, du bonheur et de la gloire du peuple français.
Page 676 - Quelles que soient les destinées qui attendent M. le lieutenant général du royaume, je ne serai jamais son ennemi s'il fait le bonheur de ma patrie. Je ne demande à conserver que la liberté de ma conscience et le droit d'aller mourir partout où je trouverai indépendance et repos. « Je vote contre le projet de déclaration.
Page 616 - L'état des militaires légalement assuré, La réélection des députés promus à des fonctions publiques. Nous donnerons enfin à nos institutions, de concert avec le chef de l'État, les développements dont elles ont besoin. Français, le duc d'Orléans lui-même a déjà parlé, et son langage est celui qui convient à un pays libre : «Les Chambres « vont se réunir, vous dit-il ; elles aviseront aux moyens « d'assurer le règne des lois et le maintien des droits de la « nation. « La Charte...
Page 652 - Toutes les nominations et créations nouvelles de pairs, faites sous le règne du roi Charles X, sont déclarées nulles et non avenues.
Page 671 - La présente Charte et tous les droits qu'elle consacre demeurent confiés au patriotisme et au courage des gardes nationales et de tous les citoyens français. 67. La France reprend ses couleurs. A l'avenir, il ne sera plus porté d'autre cocarde que la cocarde tricolore.
Page 20 - Monseigneur, la devise de ma famille, qui lui a été donnée par Calixte II, en 1120, est celle-ci : « Etiamsi omnes, ego non. « C'est aussi celle de ma conscience. « J'ai l'honneur d'être, avec la respectueuse considération qui est due au ministre du roi, « AJ, cardinal, archevêque de Toulouse.
Page 441 - ... timides et douteuses. La vérité a déjà assez de peine à pénétrer jusqu'au cabinet des rois ; ne l'y envoyons pas faible et pâle; qu'il ne soit pas plus possible de la méconnaître que de se méprendre sur la loyauté de nos sentiments.
Page 533 - Mais avant la réunion, la constitution de la Chambre, il n'ya que des élections faites. Or, nulle part la Charte ne dit que le roi peut casser les élections. Les ordonnances publiées aujourd'hui ne font que casser les élections : elles sont donc illégales, car elles font une chose que la Charte n'autorise pas.
Page 616 - Il respectera nos droits, car il tiendra de nous les siens. Nous nous assurerons par des lois toutes les garanties nécessaires pour rendre la liberté forte et durable; « Le rétablissement de la garde nationale avec l'intervention des gardes nationaux dans le choix des officiers; « L'intervention des citoyens dans la formation des administrations...

Bibliographic information