Oeuvres de Bossuet, évéque de Meaux,: revues sur les manuscrits originaux, et les éditions les plus correctes..

Front Cover
De l'imprimerie de J.A. Lebel, imprimeur du Roi., 1817 - Christianity
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Popular passages

Page 535 - Eh bien ! repris-je aussitôt, moi, que vous rendez l'arbitre de votre oraison, je vous ordonne, Dieu par ma bouche, de dire après moi : Mon Dieu, je vous prie de me pardonner mes péchés. Je puis bien, dit-elle, répéter ces paroles ; mais d'en faire entrer le sentiment dans mon cœur, c'est contre mon oraison.
Page 86 - S'il se trouve dans vos écrits quelque chose de considérable qui n'ait pas encore été repoussé, j'y répondrai par d'autres moyens. Pour des lettres, composez-en tant qu'il vous plaira, divertissez la ville et la cour, faites admirer votre esprit et votre éloquence, et ramenez les grâces des Provinciales : je ne veux plus avoir de part au spectacle que vous semblez vouloir donner au public...
Page 73 - Vous vous plaignez de la force de mes ex» pressions! Il s'agit de dogmes nouveaux qu'on » voit introduire dans l'Eglise, sous prétexte de » piété, par la bouche d'un archevêque. Si, en » effet, il est vrai que ces dogmes renouvellent » les erreurs de Molinos , sera-t-il permis de le » taire? Voilà pourtant ce que le monde appelle » excessif, aigre , rigoureux -, emporté , si vous le
Page 574 - Non; j'aurai l'air d'un homme muet et confondu : on tiendra ma plume , on me fera expliquer duns l'ouvrage d'autrui , par une simple approbation; j'avouerai que mon amie est évidemment un monstre sur la terre, et que le venin de ses écrits ne peut être sorti que de son cœur. Voilà ce que mes meilleurs amis ont pensé pour mon honneur. Si mes plus cruels ennemis voulaient me dresser un piège pour me perdre , n'est-ce pas là précisément ce qu'ils me devraient demander ? On ne manquera pas...
Page 7 - Je le dis avec douleur, Dieu le sait ; vous avez voulu raffiner sur la piété ; vous n'avez trouvé digne de vous que Dieu beau en soi. La bonté. par laquelle il descend à nous et nous fait remonter à lui, vous a paru un objet peu convenable aux parfaits.
Page 547 - On agissoit en simplicité comme on fait entre des amis , sans prendre aucun avantage les uns sur les autres ; d'autant plus que nous-mêmes , qu'on reconnoissoit pour juges, nous n'avions d'autorité sur M. l'abbé de Fénélon que celle qu'il nous donnoit.
Page 640 - ... que les défenseurs de la vérité, s'ils doivent être purs de tout intérêt, ne doivent pas moins être au-dessus de la crainte qu'on leur impute d'être intéressés. Au reste, je veux bien qu'on croie que...
Page 60 - C'est l'envie de séparer ces motifs que Dieu a unis, qui vous a fait rechercher tous les prodiges que vous trouvez seul dans les suppositions impossibles : c'est, dis-je, ce qui vous y fait rechercher une charité séparée du motif essentiel de la béatitude, et de celui de posséder Dieu.
Page 518 - Gfuyon] : de l'autre, il la communie de sa propre main, il l'autorise dans l'usage quotidien des sacrements, et il lui donne, quand elle part de Meaux, une attestation complète, sans avoir exigé d'elle aucun acte où elle ait rétracté formellement aucune erreur. D'où viennent tant de rigueur et tant de relâchement (17) ? Pour moi, si je croyais ce que croit M.
Page 548 - Fénelon avoit raison de nous dire qu'après tout, nous ne savions ses sentiments que par lui-même. Comme il ne tenoit qu'à lui de nous les taire, la franchise avec laquelle il nous les découvroit nous étoit un argument de sa docilité; et nous les cachions avec d'autant plus de soin, qu'il avoit moins de ménagement à nous les montrer.

Bibliographic information