Mémoires de Madame la duchesse d'Abrantès: ou Souvenirs historiques sur Napoléon, la révolution, le directoire, le consulat, l'empire et la restauration, Volume 4

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 178 - Je jure et promets à Dieu, sur les saints Évangiles, de garder obéissance et fidélité au gouvernement établi par la constitution de la République française. Je promets aussi de n'avoir aucune intelligence, de n'assister à aucun conseil, de n'entretenir aucune ligue, soit au dedans, soit au dehors, qui soit contraire à la tranquillité publique; et si, dans mon diocèse ou ailleurs, j'apprends qu'il se trame quelque chose au préjudice de l'État, je le ferai savoir au gouvernement.
Page 120 - Washington est mort. Ce grand homme s'est battu contre la tyrannie. Il a consolidé la liberté de sa patrie. Sa mémoire sera toujours chère au peuple français comme à tous les hommes libres des deux mondes, et spécialement aux soldats français qui, comme lui et les soldats américains, se battent pour l'égalité et la liberté.
Page 146 - Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre, Est sujet à ses lois ; Et la garde qui veille aux barrières du Louvre N'en défend pas nos rois.
Page 120 - En conséquence le Premier Consul ordonne que pendant dix jours des crêpes noirs seront suspendus à tous les drapeaux et guidons de la république.
Page 168 - O toi ! qui du néant ainsi qu'une étincelle, Fis jaillir dans les airs l'astre éclatant du jour ; Fais plus . . . verse en nos cœurs ta sagesse immortelle, Embrase-nous de ton amour. De la haine des rois anime la Patrie, Chasse les vains désirs, l'injuste orgueil des rangs, Le luxe corrupteur, la basse flatterie, Plus fatale que les tyrans.
Page 168 - Et vint absoudre les autels. 0 toi ! qui du néant, ainsi qu'une étincelle, Fis jaillir dans les airs l'astre éclatant du jour, Fais plus... verse en nos cœurs ta sagesse immorEmbraseTnous de ton amour. {telle, De la haine des rois anime la patrie...
Page 175 - ... d'Autun que vous avez gouvernée... Nous vous accordons le pouvoir de porter l'habit séculier et de gérer toutes les affaires civiles, soit qu'il vous plaise de demeurer dans la charge que vous exercez maintenant, soit que vous passiez à d'autres auxquelles votre gouvernement pourrait vous appeler.
Page 84 - Remettez -vous, mon enfant; vous n'êtes pas assez i> calme pour me répondre en ce moment ; je vais m'occuper » de quelques affaires , puis nous prendrons la vôtre. — « Vois-tu ce jeune homme-là? dit le premier consul »à Junot en l'amenant dans l'embrasure d'une fenêtre, si »j'en avais mille comme lui, la conquête du monde ne serait • qu'une promenade.... » Et il tournait la tête de côté pour examiner le jeune homme qui, plongé dans ses méditations, repassait probablement dans...
Page 10 - Il sera proposé une médaille de 500 louis pour prix du meilleur tableau représentant le combat de Nazareth. ART. 2. — Les Français seront costumés dans le tableau avec l'uniforme de la 2° d'infanterie légère et du 14e de dragons.
Page 150 - Gianni , leur annonçant en beaux vers un règne et des jours heureux, ch bien! tout cela ne faisait aucune impression sur le roi Louis : la reine paraissait seule reconnaissante pour elle et pour lui. La plus belle des fêtes fut celle du ministre de l'intérieur, qui vint après celle de M. de Talleyrand. Le ministre de l'intérieur était, à la vérité, celui de tous les ministres qui pouvait avoir le plus de moyens à sa disposition pour donner une fête; mais Chaptal en profita avec une habileté...

Bibliographic information